Le Télégramme : Lannion (22) - Sans-papiers. Une famille craint la vendetta

Accueil > ACTUS générales > Dans les médias d’ici ...
Medias - Le Télégramme

Lannion (22) - Sans-papiers. Une famille craint la vendetta

 

Ils ont dû quitter l’Albanie suite à une vendetta, une pratique érigée là-bas en véritable système. Depuis trois mois à Lannion, les six membres d’une même famille risquent l’expulsion vers leur pays d’origine.

Ardit, Lumturi, Veli, Fatbardh, Enisa et Ditmira ont eu le courage de poser à visage découvert.

par Marie-Hélène Clam

«Ici, on est en sécurité, mais si on doit retourner en Albanie on risque la mort»: Ditmira, belle-fille de la famille F., résume calmement la situation. Depuis trois mois, Veli, le père, Lumturi, la mère, Fatbardh et Ardit, les deux frères, et Enisa, la petite soeur, ont trouvé refuge à Lannion. Transférés de Brest, fin novembre, ils habitent à Ker-Uhel dans un logement réquisitionné par le préfet. Dans un anglais parfait, la jeune femme témoigne: «Là-bas, nous avions une vie normale. Mon beau-père était convoyeur de fonds, ma belle-mère, cuisinière, mon beau-frère et mon mari, menuisiers. C'est la vendetta qui a tout changé». Ce système de vendetta, gjakmarrje en albanais, n'est pas rare. «C'est même une pratique érigée en système», indique Philippe Vital, le président du Collectif de soutien aux sans-papiers de Lannion, qui, avec l'aide de l'association Kerlann, les aide dans leur quotidien.

Double vendetta

Ainsi, officiellement, les autorités albanaises font part de 27 assassinats dus à ces vendettas, rien que pour le second semestre 2011. Dans le cas de la famille de Ker-Uhel, le gjakmarrje est né suite à la rupture des fiançailles de Fatbardh, le fils aîné, avec une certaine Anisa. Puis il est tombé amoureux de Ditmira. Or le père de Ditmira avait tué un membre de la famille de la première jeune fille. La raison de la vendetta devint donc double. La famille, par peur d'être assassinée, reste alors cloîtrée chez elle, pendant trois mois. «Enisa, 12ans, la petite soeur, a dû arrêter l'école (aujourd'hui elle est scolarisée à Woas Wen). Moi, je faisais des études pour être infirmière, j'ai dû arrêter aussi», rapporte Ditmira.

13.000 € pour sauver sa peau

Pas de plainte déposée auprès de la police. «Cela aurait été pire pour nous», affirme la jeune femme. «Aujourd'hui, la police n'a ni la capacité ni la possibilité de défendre les victimes, le système est trop vaste», rapporte le Comité de réconciliation nationale (créé en 1990), qui tente des médiations entre clans ennemis. C'est justement après l'échec d'une tentative de médiation que la famille F. décide de quitter le pays. «Nous sommes partis en minibus. C'était très cher, 13.000€. Les passeurs nous ont pris nos papiers mais ne nous les ont pas rendus», traduit Ditmira. Un périple qui les fait traverser toute l'Europe du Sud avant d'arriver en France. Elle ne détaillera pas le trajet: trop dangereux. Aujourd'hui, la famille risque l'expulsion et le retour vers l'Albanie «considérée comme un pays sûr», ironise Philippe Vital. «Si la préfecture décidait de les enfermer au Centre de rétention administrative (CRA) de Rennes (procédure prioritaire) ce serait la dernière étape avant l'expulsion. Sinon, ils peuvent déposer un dossier auprès de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) qui aura quinze jours pour statuer.». D'ici là, le collectif de soutien aux sans-papiers n'a pas l'intention de rester les bras croisés. Une manifestation est prévue, le 25 février, à 14h, devant La Poste. «On espère des parrainages républicains», indique Philippe Vital. Puis, le 3 mars, une soirée concert avec repas tajine sera organisée au Carec, à Ploubezre.

 

jeudi 9 février 2012.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de ACTUS générales / Dans les médias d'ici
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0