HERCULANO RIBEIRO NE SERA PAS EXPULSE !

Accueil > RESF > COMMUNIQUÉS RESF
Contact
  6 RESF - Cartouche et texte RESF seuls - 100 x 40 (pour les CP)

Communiqué du RESF

HERCULANO RIBEIRO NE SERA PAS EXPULSE !

 

Le démembrement des familles, pratique barbare héritée de la décennie Sarkozy est poursuivi avec ardeur par M. Valls avec la bénédiction du président Hollande. Et comme sous Sarkozy, les réactions de solidarité de la population sont nombreuses et parfois efficaces. Elles l’ont été pour Herculano Ribeiro libéré samedi 12 janvier au terme de quatre mois d’emprisonnement, il faut qu’elles le soient pour Zviad Suladze, père de deux enfants. La xénophobie d’Etat du gouvernement actuel, même si elle ne porte pas le même masque et le même fond politique, dans les faits n’a rien à envier à la xénophobie d’Etat du pouvoir précédent.

Voir détails

HERCULANO RIBEIRO NE SERA PAS EXPULSE

Cela faisait quatre mois et dix jours qu’Herculano Ribeiro Da Silva Pinto, Capverdien en France depuis 12 ans, père d’un enfant français de six ans, était en rétention ou en prison parce que sans papiers. Voir ci-dessous CP RESF du 11 janvier 2013.
Victime d’une nouvelle tentative d’embarquement forcé pour le Cap-Vert via Lisbonne le 11 janvier dans l’après-midi, il avait été jeté à terre et tabassé sur le tarmac alors qu’il était menotté. Il avait réussi à ne pas embarquer. Ramené au Centre de rétention du Mesnil-Amelot, il avait été transféré à l’hôpital de Meaux sur décision du médecin du CRA.
Des irrégularités dans la procédure de transfert ayant été constatées, la Cimade introduisait un recours devant le JLD de Meaux, audiencé samedi 12 janvier qui libérait Herculano Ribeiro sur le champ, mettant ainsi un terme à quatre mois de privation de liberté et de menace immédiate d’expulsion. Il va retrouver son fils. Il a du travail, il doit pouvoir vivre légalement, il doit être régularisé.
Cette libération est aussi la victoire de la solidarité qui des militants LDH et RESF qui de l’aéroport de Marignane à celui de Roissy, du CRA de Marseille à celui du Mesnil-Amelot, de TGI en JLD a témoigné de ce que l’absence de rupture avec la politique de Sarkozy en matière d’immigration produit les mêmes effets dévastateurs et n’est pas plus acceptée. Ce qui était inadmissible sous Sarkozy le reste sous Hollande. Cela doit changer, la loi doit changer.

« Y a-t-il des lois en France qui autorisent à expulser un père de famille en abandonnant sa famille ? » Zviad SULADZE

En France depuis 2004, ce Georgien a demandé plusieurs fois l’asile et a sollicité sa régularisation, mais les réponses furent toujours négatives. Il est père de 2 enfants, Olga 16 ans, venue rejoindre son père en France après le décès de sa mère en 2010, aujourd'hui scolarisée en 3e au Collège Sacré-Cœur, et Nicolizi un petit garçon de 21 mois né d'une seconde union.

Malgré la mobilisation qui grossit chaque jour, la préfecture des Côtes d'Armor maintient enfermé ce père de famille en laissant seule une adolescente qui a déjà perdu sa mère. Pour faire face à cette situation, le Collège Sacré Coeur a pris en charge Olga à l'internat.

Une nouvelle demande de régularisation a été déposée fin décembre, mais le préfet exige un extrait de casier judiciaire avant de se prononcer. Un critère de plus dans une circulaire déjà très restrictive !

Zviad Suladze a été présenté vendredi 11 janvier pour la seconde fois devant le JLD. Au cours de cette audience, il lui a été reproché son refus de signer la fiche de renseignements pour le consulat et sa volonté affichée de ne pas vouloir rentrer en Géorgie. Il interroge le juge "Y a t-il des lois en France qui autorisent à expulser un père de famille en abandonnant sa famille ?". Le JLD répond qu'il n'a pas la compétence pour répondre à sa question...Le représentant de la Pref déclare alors qu'un laissez-passer sera délivré par les autorités géorgiennes le 15 janvier et que le vol interviendra avant le 20 janvier...Le JLD décide de prolonger la rétention de 20 jours.
Zviad Suladze fait appel de cette décision. Il a décidé d'entamer une grève de la faim et d'interrompre son traitement. Zviad Suladze est malade, il bénéficie d'un suivi médical régulier.

RESF 22 et RESF 35 appellent à un rassemblement devant le CRA de Rennes lundi 14 janvier à 12h30 pour demander la libération de Zviad Suladze, ainsi que celle de Clara K, une demandeuse d'asile congolaise du Nord Kivu, mariée à un réfugié angolais, dont l'expulsion est prévue le 15 janvier.

Contacts
Marignane : Frédéric Grimaud 06 09 51 12 51
Marseille : Jean-Claude Aparicio (LDH) 06 80 95 22 39 Florimond Guimard 06 74 64 13 55
St-Brieuc : 06 63 11 94 86 Rennes : Carole Bohanne 06 48 26 61 40
Région parisienne : Jean-Michel Delarbre 06 89 30 86 15 Richard Moyon 06 12 17 63 81


voir aussi :

dimanche 13 janvier 2013.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de RESF / COMMUNIQUÉS RESF
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0