Article du Télégramme :"115 dossiers de régularisation déposés dans le Morbihan"

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 56-Morbihan ...
Contact

Article du Télégramme :"115 dossiers de régularisation déposés dans le Morbihan"

 

 

Morbihan. L'efficacité d'un réseau de solidarité active

En nombre de dossiers déposés, le Morbihan pointe devant les autres départements bretons. Le travail des associations locales n'est pas étranger à cette situation.

La préfecture de Vannes a reçu 115 des 254 dossiers déposés en Bretagne, devant Rennes (85), Saint-Brieuc (29) et le Finistère (25). C'est la première fois que l'Ille-et-Vilaine, toujours loin en tête en matière de dossiers de migrants, est devancée par un autre département breton.

Moins d'urgence dans le Morbihan

Il semblerait que l'explication principale réside dans l'efficacité de l'action des associations morbihannaises de soutien aux étrangers, qui consacrent plus leur temps à l'aide concrète aux personnes qu'aux manifestations revendicatives. Il est vrai que la situation des étrangers est différente selon les villes. À Rennes, porte d'entrée des migrants, l'urgence est de loger les nombreux demandeurs d'asile qui, faute d'abri, peuvent être conduits à dormir dehors en plein hiver. À l'inverse, du côté de Vannes, les étrangers en situation irrégulière sont plutôt des déboutés du droit d'asile qui se trouvent déjà en France depuis plus de deux ans et qui ont commencé à s'intégrer. Une intégration à laquelle contribue la scolarisation des enfants et qui confère un rôle particulier au Réseau éducation sans frontière (RESF), remarquablement dynamique dans le Morbihan.

Conseil et accompagnement

« Nous attendions la circulaire Valls, et nous espérions qu'elle aille effectivement dans le sens d'une clarification des droits des étrangers », rappelle Anita Kervadec, représentante à Vannes du RESF 56. « Dès qu'elle est sortie, nous avons fait circuler l'information dans notre réseau, relayé par les associations de parents d'élèves, les organismes caritatifs, ou les syndicats. De cette manière, nous avons pu inciter nos contacts à aller vers les familles d'étrangers en situation irrégulière pour les conseiller et les accompagner dans les démarches d'admission au séjour ». Cette action volontaire ne serait cependant pas la seule explication du nombre de dossiers du Morbihan. Selon Anita Kervadec, il serait dû aussi à la typologie des familles qui s'y sont installées.

Une « réelle volonté de s'intégrer »

« Beaucoup d'étrangers se sont stabilisés ici depuis plusieurs années. Il s'agit essentiellement de familles dont les enfants sont scolarisés et qui ont une réelle volonté de s'intégrer ». Une volonté d'intégration qui a trouvé un soutien déterminant auprès du réseau, grâce notamment aux séances de familiarisation avec la langue et la culture françaises. Quant aux valeurs de la République, « elles ne sont pas au coeur des préoccupations de personnes dont la priorité est d'assurer leurs besoins vitaux, mais qui sont prêtes à faire les efforts nécessaires pour avoir le droit de rester ».

mercredi 27 février 2013.

Faire connaître cet article
À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 56-Morbihan
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0