CHERCHE FAMILLE MAXHURAJ DESESPEREMENT

Accueil > RESF > COMMUNIQUÉS RESF
Contact
  6 RESF - Cartouche et texte RESF seuls - 100 x 40 (pour les CP)

Communiqué du RESF

CHERCHE FAMILLE MAXHURAJ DESESPEREMENT

 

Ci-dessous le communiqué publié par le personnel du collège Charles Langlais de Pontivy (Morbihan) où était scolarisé Klévis, l’aîné des trois enfants de la famille Maxhuraj arrêtée le 14 mars à 6 heures du matin et sans doute expulsée dans la journée.
Un certain nombre d’informations font penser que la famille Maxhuraj aurait pu être expulsée avec d’autres, dans un charter. Elle se serait en particulier trouvée enfermée dans une salle à Roissy, avec d’autres familles, sous la surveillance d’une quinzaine de policiers. Impossible de savoir depuis lors ce qu’il est advenu des parents et des enfants Maxhuraj, le cabinet du ministre comme la préfecture refusant de répondre aux questions.
Manuel Valls et François Hollande auraient-ils renoué avec la pratique des expulsions par charters entiers auxquelles même Sarkozy avait été obligé de renoncer du fait de l’indignation de l’opinion, dont les socialistes. Il faut que le ministère de l’Intérieur et l’Elysée disent ce qu’il en est et ce qu’est devenue la famille Maxhuraj, si elle a été expulsée, et par quels moyens.

Contacts : Anne Renaud 06 82 80 68 25 (Pontivy), Richard Moyon 06 12 17 63 81

COMMUNIQUE DES ENSEIGNANTS DU COLLEGE CHARLES LANGLAIS :

Nous, personnel enseignant et non enseignant du Collège Charles Langlais de Pontivy, nous nous indignons !

Hier matin, nous avons été choqués de constater l'absence d'un de nos élèves :
Klévis, élève discret, n'a jamais évoqué les difficultés rencontrées par sa famille (une semaine dans la rue, puis ballotée d'hôtel en hôtel etc). Il mettait un point d'honneur à être assidu à l'école. La semaine prochaine, il devait présenter un exposé sur les chevaliers. Mais :
Hier à 6h du matin, les policiers sont venus l'arrêter, lui et sa famille, pour les embarquer vers Roissy où un avion les attendait pour les expulser vers l'Albanie.
La famille de Klévis qui avait une bonne situation en Albanie avait choisi de quitter son pays à cause de violences mafieuses et préférait subir toutes les difficultés de l'exil plutôt que retourner dans son pays où les mêmes risques et violences l'attendent.
Or, la France les renvoie en Albanie !
Qu'allons nous dire à ses camarades ?
Nous enseignons que la France est la patrie des droits de l'homme, une terre d'accueil dont la devise est Liberté-Egalité-Fraternité.
Qu'allons nous dire à nos élèves ?
Deux autres familles albanaises dont les enfants sont scolarisés dans notre collège sont susceptibles de subir le même sort dans les semaines qui viennent : Xhoana et Kleidisa, arrivées en 6ème l'an dernier, ont appris rapidement le français, se retrouvent parmi les meilleurs élèves en classe de 5ème et sont un exemple pour les autres par leur volonté et leur soif d'apprendre.
Ces enfants là ne sont-ils pas une richesse pour notre pays ? Vont-elles elles aussi être expulsées du jour au lendemain ?
Nous nous indignons du sort réservé à Klévis. Nous appelons tous les parents, citoyens à être vigilants : nous ne voulons pas constater un beau matin l'abscence de Xhoana et Klédissa dans nos classes !
Comme l'aurait dit Stéphane Hessel, INDIGNONS NOUS !
Le jeudi 14 mars 2013, les personnels du Collège Charles Langlais de Pontivy.

 

COMMUNIQUE RESF 14 mars 2013

MINISTERE DE LA CHASSE A L’ENFANT : VALLS ASSURE LA RELEVE

La neige paralyse une partie du réseau routier et ralentit le trafic aérien mais il faut rendre hommage à la Police aux frontières du ministre Valls et du président Hollande qui n’hésite pas à braver bourrasques, tempêtes et intempéries pour accomplir sa mission. Et quelle mission !
Ce matin, à 6 heures, la famille Maxhuraj a été arrêtée à Pontivy (Morbihan). Les deux parents, Sélami et Améla, les trois enfants Klévis, 12 ans, Ergy, 11 ans et Vonessa, 9 ans, ont été chargés dans deux voitures. Ils roulent en ce moment vers Paris où un avion les attend pour les expulser vers l’Albanie.
Les parents et les trois enfants ont fui leur pays où ils étaient menacés en 2011. Améla, la mère, a été blessée dans une affaire de vendetta. Ils ont été déboutés de leur demande d’asile à l’OFPRA puis devant la CNDA.
Les trois enfants sont scolarisés. Klévis est un élève exemplaire, tous trois parlent très bien le français, Vonessa fait de la danse, les deux garçons du foot. Les parents ont des promesses d’embauche.
C’est une famille sympathique qui préfère dormir dans la rue plutôt que de retourner en Albanie assurent ceux qui la connaissent. Le collectif qui les suit assure que la peur qu’ils expriment n’est pas feinte mais, au contraire, bien réelle.
Ils étaient assignés à résidence à Pontivy avec obligation de pointer à la gendarmerie plusieurs fois par semaine depuis le 28 février. Ce matin, Monsieur Valls a montré que, dans la lignée de ses prédécesseurs, Sarkozy, Hortefeux, Besson et Guéant, la chasse à l’enfant ne lui répugnait pas.

samedi 16 mars 2013.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de RESF / COMMUNIQUÉS RESF
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0