Communiqué de Presse RESF 30 Nîmes, le 19 Octobre 2013 Gard. Hébergement

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 30-Gard ...
Contact

Communiqué de Presse RESF 30 Nîmes, le 19 Octobre 2013 Gard. Hébergement

 

Le RESF 30 demande instamment aux pouvoirs publics locaux (préfecture mais aussi conseil général,
agglomération de Nîmes Métropole, Ville de Nîmes) et aux élus du territoire nîmois de prendre les mesures urgentes qui s’imposent pour héberger les enfants qui vivent avec leurs parents dans la rue depuis des semaines, devant les locaux du 115 au centre-ville, ou dans des bidons villes de la périphérie nîmoise.

RESF a obtenu une presque victoire ! Le Président de la République, après avoir lu le rapport qui lui a été rendu sur l'arrestation et l'expulsion de la jeune Léonarda, vient de dire clairement que l'école doit être préservée des conflits. Il a précisé qu’arrêter des enfants qui sont à l'école, c'est à dire sous sa protection, et dans tous les aspects des activités scolaires, est une atteinte à l'humanité dont est nécessairement imprégnée la République.


Nous l'avions déjà dit en Mai dernier quand la police est allée chercher des enfants à l'école Courbet, à Nîmes, pour les expulser avec leur mère. Ces écoliers nîmois ont eu plus de chance que Léonarda ou Khatchik : grâce à la mobilisation rapide et forte autour d’eux, ces enfants ont été mis à l'abri et ont pu continuer leurs scolarités.


Toutefois, si le Président de la République avait consulté la Convention Internationale des Droits de l'Enfant (CIDE), il y aurait lu (articles 2 et 3) qu'au-delà de l'école, l'intérêt supérieur de l'enfant doit être une considération primordiale dans toute décision qui le concerne, particulièrement dans le domaine de la sécurité et de la santé. Il ne peut démanteler cette famille, en accueillant seule Léonarda, comment imaginer sa vie sans ses proches, le logement, les repas ?


Et il doit en être ainsi pour tous les enfants, sans distinction, qui vivent sur le sol des 192 états signataires de la CIDE (dont la France). C'est pourquoi le RESF 30 demande instamment aux pouvoirs publics locaux (préfecture mais aussi conseil général, agglomération de Nîmes Métropole, Ville de Nîmes) et aux élus du territoire nîmois de prendre les mesures urgentes qui s'imposent pour héberger les enfants qui vivent avec leurs parents dans la rue depuis des semaines, devant les locaux du 115 au centre-ville, ou dans des bidons villes de la périphérie nîmoise.

lundi 21 octobre 2013.

Faire connaître cet article
À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 30-Gard
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0