Pour le respect et la défense des droits de Nika, un enfant malade de 5 ans

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 07-Ardèche ...
Contact

Les droits de l'enfant ?

P2629 - Pour le respect et la défense des droits de Nika, un enfant malade de 5 ans

Nika a droit à la santé, à l'école, à un toit, à se nourrir, à se vêtir, à jouer

 

Fin 2015
Malheureusement Nika est décédé, Il n’avait que 7 ans, mais la maladie l’a emporté . Il est triste de penser que cette issue fatale n’est certainement pas pour rien dans la décision de l’administration qui a cédé, après le décès de Nika en délivrant un titre de séjour à la famille.Le combat de RESF n’a pas été vain, pour la famille , malgré une issue bien triste.
Merci pour votre aide


2 janvier 2014 : Voir article "Des nouvelles de Nika"


La famille de Nika est en sursis jusqu’au 28 décembre, logée dans un gîte. Mais passée cette date, leur situation sera extrêmement difficile, et invivable. L’administration rajoute une dose de précarité et d’inhumanité en proposant d’éclater la cellule familiale en séparant le père du reste de la famille, alors que l’état de santé de Nika nécessite la présence de ses deux parents, au sein d’une famille soudée et unie. De plus, elle délivre à la famille une Autorisation Provisoire de Séjour de 6 mois, sans autorisation de travailler. Inacceptable !

 Le vendredi 29 novembre 2013, la famille Kevkhichvili a été contrainte de quitter le CADA (Centre d’accueil des demandeurs d’asile) alors que l’un des trois enfants, Nika, souffre d’une très grave maladie nécessitant des soins lourds et constants, pour une durée indéterminée (selon le professeur qui le soigne)au Centre d'Oncologie-Pédiatrie de Léon Bérard, à Lyon.

Une solution d’hébergement provisoire a été trouvée, mais elle est encore trop éloignée d’Annonay au regard de l’état de santé de Nika, qui peut être hospitalisé à tout moment en urgence. De plus, elle prendra fin, au plus tard, le 28 décembre.
 
La seule solution d’hébergement proposée par l’Etat, via le 115, est un hébergement d’urgence au sud de l’Ardèche, qui sépare le père de la famille et éloigne considérablement Nika de l’hôpital de Lyon où il est soigné et où il doit se rendre plusieurs fois par semaine.Une telle situation ne peut qu'être qualifiée de "maltraitance à enfant "
 
Le 10 décembre, Monsieur le Préfet de l’Ardèche a délivré aux deux parents « une autorisation provisoire de séjour de six mois » sans autorisation de travailler. Or les deux parents ont chacun une promesse d’embauche, et l’autorisation de travailler est la condition essentielle pour que cette famille puisse obtenir un logement.
 
Sans autorisation de travailler, cette famille survit  grace à l'aide des citoyens, des associations et des collectivités locales ou départementales, mais ces aides sont ponctuelles et insuffisantes pour faire face aux besoins indispensables que sont la nourriture, l’habillement, la scolarité des enfants et les soins pour Nika. Et surtout, elles ne leur permettent pas d’accéder à un logement.
 
Pour que M. et Mme Kevkhichvili n’aient pas à choisir, le 28 décembre, entre la rue et l’hébergement d’urgence dans les conditions évoquées ci-dessus, nous demandons à Monsieur le Préfet de l’Ardèche de leur accorder une autorisation de travail à chacun.
mercredi 1er janvier 2014.

605 signatures en ligne La pétition est close
Faire connaître cette pétition

À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 07-Ardèche
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0