lundi noir des expulsions en Vendée

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 85-Vendée > Actualités
Contact

lundi noir des expulsions en Vendée

lundi noir des expulsions en Vendée

 

Appel à une révolte citoyenne" devant la préfecture de la Roche sur Yon le lundi 2 mars 2015, "lundi noir des expulsions " de 10H30 à 16H.


Nous appelons toutes les citoyennes et tous les citoyens à venir manifester leur indignation, avec des pancartes et objets bruyants, suite aux expulsions répétées qui amènent à reconduire dans des pays qui n’en veulent pas des étrangers gravement malades, des bébés de 2 semaines, des hommes, des femmes, des enfants traumatisés par leur errance et le rejet dont ils font l’objet. Ce sont des êtres humains, soyons nombreux lundi pour le dire, le répéter tout au long de cette journée"


1er Exemple : la préfecture de la Vendée veut expulser pour la deuxième fois une famille, sans tenir compte de l’état de santé du père de famille.


C’est d’autant plus grave que l’année dernière la préfecture a déjà expulsé vers la Belgique cette famille venue du Daghestan avec 2 jeunes enfants. L’état de santé du père qui s’est aggravé depuis son arrivée, nécessite des soins. Désormais, l’administration française sait que la Belgique a refusé le séjour à cette famille et lui a refusé les soins et que le tribunal de Nantes a annulé la décision préfectorale vendéenne de l’an dernier. C’est pour cela qu’ils sont revenus en France. Et de nouveau, sans attendre l’audience du tribunal administratif qui ne statuera que dans quelques semaines sur les mêmes fondements que l’année précédente, un rendez-vous avec « enfants et bagages » a été donné pour le lundi 2 mars à 11h, à la préfecture de la Roche sur Yon.


Quel dilemme insurmontable pour cette famille déjà très éprouvée malgré son grand courage.

  1. Partir en Belgique, c’est à coup sûr ne plus être soigné et c’est très probablement une expulsion vers le Daghestan, le jour même de leur arrivée ou dans les 30 jours. Il y a eu des exemples. Il faut savoir que le frère de madame qui a dû quitter la Belgique après plusieurs années, a été tué par les forces russes en février 2014.
  2. Rester en France, c’est permettre à l’Etat de les déclarer « en fuite » et de les placer dans une sorte de « purgatoire administratif » d’un an, sans aucune aide avec la menace journalière d’être expulsés.
  3. Il reste bien sûr la solution la plus humaine et tout aussi légale : l’annulation par le préfet ou par le tribunal de cette décision préfectorale


 


2ème exemple : A partir du 1er mars, expulsion d’un nourrisson de 2 semaines avec ses parents d’origine tchétchène qui ont eu le malheur de passer par la Pologne.


Djamil L., né le 17 février 2015 à l’hôpital de la Roche sur Yon, est retourné dans le mobil home du camping de la Mothe Achard dès le 20 février où ses parents sont assignés à résidence depuis 3 mois, avec son grand frère.


Mardi 24 février, les gendarmes sont venus annoncer que la maman devra désormais signer tous les jours à la gendarmerie : ce qui signifie clairement que l’expulsion peut avoir lieu n’importe quand, à partir des 2 semaines du bébé. Avec ses parents et son grand frère, il rejoindra un trottoir ou un centre fermé de Pologne, avant l’expulsion vers la Tchétchénie[1]. Il laissera à la Roche sa tante réfugiée en situation régulière et ses cousins qu’il n’aura pas eu le temps de connaître.


Quel parent peut imaginer une telle situation : les gendarmes qui viennent vous chercher au petit matin ?... Qui portera le couffin ? Que pourra emmener la maman ? etc.


-------------------------------------------------------------


A l’initiative du collectif " Vivre ensemble" composé des associations : La Cimade, SOS Famille Emmaüs, la Pastorale des migrants, la LDH, Toit Solidaire, CCFD- Terre Solidaire, APF, CYVIC, Secours populaire, ATD Quart Monde et RESF




[1] Il y a moins de 1% des Tchétchènes qui sont protégés durablement en Pologne. Pourquoi ne pas retourner en Tchétchénie ? Pour vous faire une idée, ne manquez pas de voir en direct ou en différé l’excellent reportage primé de Manon Loizeau sur ARTE, mardi 3 mars 2015 à 22h35 « Tchétchénie, une guerre sans traces ».


 

dimanche 1er mars 2015.

Faire connaître cet article
À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 85-Vendée / Actualités
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0