Femmes congolaises de l'Aisne, battues, torturées, violées

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 02-Aisne
Contact

Pétition

P2886 - Femmes congolaises de l'Aisne, battues, torturées, violées

Le Préfet de l'Aisne doit entendre votre souffrance !

 

16 mars 2016 : La préfecture n’entend toujours pas ! Continuons à signer cette pétition pour que ces femmes violentées, martyrisées puissent enfin tenter de se reconstruire en France dans la paix et la sérénité.



(English version below)


(Versión española abajo)



Le viol est devenu systématique au Congo (RDC). Les rebelles, mais aussi la police, l’armée et les services secrets l’utilisent comme arme de guerre dans les combats du Sud-Kivu et dans la répression de toute opposi­tion à Kinshasa.Retour ligne manuel
Dans l’Aisne, plusieurs femmes réfugiées
ont subi ces atrocités : militantes elles-mêmes ou femmes de mili­tants, filles ou femmes d’officiers rebelles à l’autorité du président Kabila... leurs histoires dif­fèrent jusqu’au mo­ment où elles sont arrêtées, emmenées dans des camps militaires et rouées de coups, gravement torturées et sys­tématiquement violées. C’est souvent de l’hôpital qu’elles par­viennent à s’échapper.Retour ligne manuel
Ces femmes n’ont pas été écoutées : leur demande d’asile a été rejetée par des hauts fonctionnaires qui ne les ont pas entendues. Elles sont aujourd’hui sans papiers.Retour ligne manuel
Ces femmes sont malades de la torture. Elles suivent un traitement pour limiter les effets du syndrome post­-traumatique dont elles sont victimes. Elles essaient de se reconstruire dans un lieu sûr.Retour ligne manuel
Le préfet de l’Aisne veut les expulser vers le lieu de leur viol. Le médecin de l’Agence Régionale de Santé constate la gravité de leur état de santé, mais le Préfet prétend qu’il y a des psychiatres au Congo et qu’elles peuvent s’y faire soigner. Il leur demande de quitter le territoire français et veut les remettre à la police congolaise qui les a torturées et violées.Retour ligne manuel
La France a honoré récemment le médecin congolais Denis Mukwege, prix français des droits de l’homme, fait chevalier de la Légion d’honneur. pour son aide aux femmes victimes de viols en RDC. François Hollande l’a lui-même décoré.Retour ligne manuel
Le préfet de l’Aisne s’honorerait de reconnaître les souffrances de ces femmes et de régulariser leur situation administrative en leur attribuant un titre de séjour. Nous le lui demandons par cette pétition.


CDSP 02



Rape has become systemic in the Congo (DRC). The rebels, but also the police, the army and the secret services use it as a weapon of war in the fighting in South-Kivu and in the repression of any opposition to Kinshasa.

In the Aisne Department of France, several female refugees have suffered these atrocities : militants themselves or wives of militants, daughters or wives of officers rebelling against the authority of president Kabila... their stories differ up to the point when they are arrested, taken to military camps and beaten up, severely tortured and systematically raped. It’s often from hospitals that they manage to escape.

These women haven’t been heard : their applications for asylum have been rejected by senior officials who haven’t listened to them. They are now illegal immigrants.

These women are ill from torture. They are being treated for PTSD. They are trying to start over in a safe place.

The Aisne prefect wants to deport them back to the place where they were raped. The doctor from the Regional Health Agency confirms the severity of their state of health, but the prefect claims that there are psychiatrists in the Congo and that they can get treatment there. He’s asking them to leave France and wants to hand them over to the Congolese police who tortured and raped them.

France has recently honoured Congolese doctor Denis Mukwege, who received the French prize for Human Rights, and was made chevalier de la Légion d’honneur for his help to rape victims in the DRC. François Hollande honoured him himself.

The Aisne prefect would make himself proud by acknowledging the suffering of these women and granting them residency. We are asking him to do so through this petition.
 


 


La violación se ha convertido en un crimen banal en el Congo RDC. Tanto los rebeldes como la policía o el ejército la utilizan sistemáticamente como arma de guerra en los combates del sur de Kivu y en la represión a todo tipo de oposición en Kinshasa.


En el Aisne (02), pequeño departamento del norte de Francia, muy golpeado por la crisis y tentado por el espejismo de la extrema derecha, se han refugiado varias de estas mujeres congolesas, víctimas de atrocidades. Son militantes o esposas de militantes por los derechos humanos, son hijas o esposas de oficiales rebeldes a la autoridad del presidente Kabila, a veces simples mujeres que se encontraron en mal momento en mal lugar. Un día fueron arrestadas, llevadas a un campamento militar o a la celda de un cuartel, sufrieron palizas, graves torturas y violaciones a repetición. Muchas están aquí tras lograr escapar del hospital al que fueron llevadas casi moribundas.


A estas mujeres nadie las escucha : su petición de asilo ha sido denegada por las autoridades de un país que rechaza sistemáticamente 80 % de las peticiones de asilo que le son presentadas « por falta de pruebas ». Estas mujeres son consideradas hoy en día emigrantes ilegales.


Están enfermas por la tortura sufrida y se hallan bajo tratamiento médico por síndrome post-traumático. Estas mujeres intentan actualmente rehacer sus vidas en un lugar seguro, pero el Prefecto de l’Aisne quiere expulsarlas y enviarlas de nuevo al lugar donde fueron violadas. Los médicos forenses oficiales constatan la gravedad de su estado de salud pero, según el Prefecto, ya habrá psiquiatras en el Congo para curarlas. Se les pide que abandonen el territorio francés y que vuelvan a ponerse entre las manos de la misma policía congolesa que las torturó y violó.


Francia, país que honora oficialmente al médico congolés Denis Mukwege, le otorga el premio de los derechos humanos, y lo nombra caballero de la Legión de Honor pour su ayuda a las mujeres víctimas de violación en RDC, decorado por el propio presidente de la República François Hollande.


 El Prefecto de l’Aisne se honraría reconociendo el sufrimiento de estas mujeres y regularizando su situación al otorgarles una tarjeta de residente. Es lo que le reclamamos en esta petición.


Firma ahora y ayúdanos a ayudarlas. Tu firma es preciosa : GRACIAS POR ELLAS




Poster un message



 

lundi 14 mars 2016.

Je signe cette pétition...  Que mettre ici ?
Que mettre ici ?

Comment ça marche ?
Comment signer en 3 étapes :
1. [Maintenant !] Remplissez le formulaire ci-dessous et cliquez sur « Valider ». Aussitôt, le site va automatiquement vous envoyer un email (courriel) pour s’assurer de votre existence et que ce n’est pas une plaisanterie douteuse mais que vous avez bien l’intention de signer

2. [Dans 5 minutes] Vous allez recevoir cet email (courriel) de confirmation automatique.

3. [Dès réception !] Cliquez sur le lien contenu dans le mail de confirmation, ou bien, si le lien est inactif, copiez le dans votre navigateur internet favori (Firefox, Safari, Mozilla, Netscape, Opera, Explorer...).
N’attendez pas ! Faites le dès réception du message. Merci !
- Oui, vous pouvez confirmer plusieurs jours après, mais pourquoi attendre et risque d’oublier ?! -
La signature apparaîtra une heure plus tard environ dans la liste des signataires.

En cas de problème, répondez au message, sans rien effacer, et en expliquant au mieux ce qui se passe... Un humain(!) vous répondra.

Identifiants personnels
email_adress :
email_confirm:


  •  Que mettre ici ?
    Que mettre ici ?

    AVERTISSEMENT À PROPOS DES EMAILS
    Entrez votre adresse email sous sa forme simple, par exemple mdubois@erenis.fr ou marie.dubois@papiers.org

    SVP n’allez pas plus loin si vous n’êtes pas sûr(e) de votre adresse courriel (email) ou si votre boîte email est pleine et ne peut plus recevoir de messages :
    Comme expliqué ci-dessus, cette adresse courriel est obligatoire pour la validation : un message automatique doit y être envoyé.
    Ce message contiendra un lien internet avec un code de confirmation personnel et unique.
    Après signature, surveillez votre boîte email !
    . Assurez-vous que votre boite email n’est pas pleine et peut recevoir des messages,
    . Assurez vous que personne d’autre n’a accès à vos messages,
    . Si vous utilisez un système anti-spam (bien !), vérifiez que ce mail ne soit pas bloqué, ou surveillez ceux qui ont déjà été bloqués pour voir s’il n’y est pas !
    ... sinon votre confirmation de signature ne pourra jamais aboutir !
    Il suffira de cliquer sur le lien qui sera indiqué dans le mail pour confirmer votre engagement.

    En cas de problème, si votre adresse email est refusée, ou si vous n’avez pas reçu d’email après plusieurs heures, etc. : contactez resf.appel@gmail.com ... Un humain(!) vous répondra.

    NB : Une adresse courriel ne peut pas être réutilisée pour une seconde signature.

    Les adresses courriel collectées ne sont pas rendues publiques, ni dans la liste des signataires, ni autrement.

  •  Que mettre ici ?
    Que mettre ici ?


    Que mettre ici ?
    Une pétition si elle est bien sûr une manifestation de solidarité et de soutien à la cause décrite a pour vocation de convaincre les autorités et les juges du bien fondé de cette cause et du sérieux et de la motivation des signataires. Il faut donc qu’elle apparaisse dans tous ses éléments comme crédible et respectueuse : Nom : nom et prénom du signataire (évitez les pseudos : celui qui signe s’engage personnellement) suivi autant que possible d’une indication qui peut lui donner du poids et/ou du sens : métier, fonction ...
    Entrez votre nom comme par exemple « Marie Dubois »
    (prénom nom, et autres précisions que vous jugerez utiles : Ville, Fonction, Mandat, Appartenance...). Nous protégeons strictement votre adresse email ; Nous faisons le maximum pour que les autres informations ne soient pas archivées sur internet et consultables quand on y fait une recherche. Mais votre nom et les autres indications que vous y joignez sont visibles à la consultation des dernières signatures.
    Évitez donc d’indiquer dans cette zone "votre nom" une adresse email ou postale, protégez-vous !
    . Risque légal : La plupart des pétitions ne comportent pas ce risque (délit de solidarité"). si vous ne souhaitez pas assumer ce risque, vous avez le choix de ne pas signer, ou de signer avec un pseudonyme mais ce dernier recours ôte de la crédibilité à la pétition toute entière.
    Vous pouvez exprimer votre soutien de bien d’autres façons : faire un don, aider le collectif le plus proche de vous, etc.


    En cas de problème, si vos noms ou qualités comportent une erreur, si vous souhaitez les changer, si vous souhaitez qu’un(e) proche signe avec votre adresse email, etc. : contactez appel@resf.info si possible en répondant au message reçu de façon à conserver toutes les informations décrivant la pétition et votre signature, et avec la même adresse email que celle utilisée pour la signature ... Un humain(!) vous répondra.


    NB : Nous nous reservons la possibilité de rejeter les signatures comportant des noms ou autres indications à caractère injurieux ou infamants.

Un message, un commentaire ?
  •  Que mettre ici ?
    Que mettre ici ?

    Que mettre ici ?
    Une pétition si elle est bien sûr une manifestation de solidarité et de soutien à la cause décrite a pour vocation de convaincre les autorités et les juges du bien fondé de cette cause et du sérieux et de la motivation des signataires. Il faut donc qu’elle apparaisse dans tous ses éléments comme crédible et respectueuse.
    Votre commentaire doit être lié à l’objet de la pétition et donner une note plus personnelle à la signature.
    Éviter les formules stéréotypés et passe-partout ainsi que les commentaires agressifs et offensants, pratiquer la "litote" : dire moins pour suggérer davantage.
    Vos commentaires pourront peut-être être utilisés par les initiateurs de la pétition pour ajouter des arguments ou des formulations utiles à la défense de la cause objet de la pétition.

    Si vous voulez adresser une question ou un commentaire à RESF il faut s’adresser au contact indiqué pour cette pétition
    ou à : appel@resf.info

    Si, après avoir signé, vous voulez apporter une correction à votre commentaire, vous ne pourrez pas le faire vous-même
    ... mais vous pouvez vous adresser à appel@resf.info

Déjà signé?
3351 signatures en ligne
697 signatures sur papier
4048 signatures au total

Dernières signatures
3351 signatures en ligne
697 signatures sur papier
4048 signatures au total
Faire connaître cette pétition

À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 02-Aisne
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0