Elle étudie ici, elle vit ici ! Elle reste ici ! Non à l'expulsion. !!

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 49-Maine et Loire
Contact
 RESF - Heeeeelp!

Communiqué de presse

Elle étudie ici, elle vit ici ! Elle reste ici ! Non à l'expulsion. !!

 

Voir le tract d’appel au rassemblement en fin d’article


Cette histoire paraît surréaliste, pourtant ce que vit M, lycéenne en terminale ES de Joachim du Bellay à Angers est bel et bien ancré dans la réalité.
M est née en Arménie, mais est obligée de fuir son pays natal pour la Russie à l’âge de 5 ans.
Sa mère est soupçonnée d’avoir des origines Azerbaïdjanaises. Or la situation diplomatique dans ces deux pays, surtout au début du nouveau millénaire, est si exécrable qu’il suffit du moindre doute pour devenir un
ennemi d’état, en l’absence de toute preuve objective.
Après avoir séjourné en Russie pendant près de 10 ans, la famille de M est à nouveau persécutée.
Le gouvernement en place poursuit sa politique autoritaire et xénophobe contre les étrangers et les immigrés.
En 2011, M, son frère et ses parents arrivent en France et demandent asile auprès de L’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA).
Après un premier refus, la famille fait appel auprès de la Cour Nationale du Droit d’Asile (CNDA) qui la déboute.
Le 4 juillet 2013, la décision tombe, la famille doit quitter son hébergement.
L’Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF) arrive en décembre 2013 pour le père, en février 2014 pour la mère. Sans solution, la famille reste à Angers. Comme une OQTF n’est valable qu’un an, la préfecture
l’a renouvelée mi-avril 2015 avec cette fois une expulsion forcée par la police en guise d’au revoir, bien que la famille soit parfaitement intégrée, que M obtienne des notes en terminale qui forcent le respect malgré
les multiples barrières.
En Arménie, la famille est activement recherchée. La contraindre à quitter le territoire français c’est la précipiter dans les bras de la police arménienne ! C’est aussi priver d’avenir M et son petit frère âgé de 14
ans, protégé par la loi française qui garantit la scolarité jusqu’à 16 ans indépendamment de la nationalité de l’élève. Mais le préfet ne l’entend pas de cette oreille, et malgré maintes et maintes discussions, il reste sur sa
position. Une position qui ne surprend guère car elle fait écho à des cas qui se multiplient dans tous les collèges et lycées du département (à la Vénaiserie, à Chevrollier, à Paul-Emile Victor, déjà à Joachim du
Bellay...).


Nous condamnons ces décisions, prises sans considération des personnes, poussées à fuir leur pays pour de multiples raisons, mais jamais par plaisir ! On ne se déracine pas de gaîté de coeur.
C’est aussi nier le principe républicain de l’Ecole, qui accueille tous ses enfants, qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs pour les éduquer et faire d’eux des citoyens républicains et émancipés.
A un mois du Bac et du Brevet des Collèges, l’émancipation et l’idéal républicain s’incarnent-ils dans une OQTF, qui conduit les familles à une précarité matérielle, morale, physique et psychique ? Comment
accepter cette mise-en-concurrence entre ceux qui sont français et ceux qui n’ont pas la chance d’être nés sous la bonne étoile ?


Choqués par cette décision, nous réclamons l’annulation immédiate de l’OQTF, la régularisation de M et de toute sa famille. Plus largement nous appelons à la régularisation de toutes les familles du département
qui vivent la même situation. Enfin, le titre de séjour doit être automatique pour les familles dont les enfants sont scolarisés.


 


Refusons les logiques d’expulsions, mobilisons-nous !
Rassemblement mardi 12 mai à 17h15 en place de la préfecture.


 


 


Texte signé par :
Union Nationale des Lycéens du Maine et Loire, CGT FERC, Mouvement des Jeunes Communistes du Maine et Loire, Collectif de Soutien des Sans-Papiers du Maine-et-Loire, FSU 49, Réseau Education Sans- Frontières, Parti Communiste Français du Maine-et-Loire, Sud Solidaires, CGT SYAC, Union Départementale de la CGT du Maine-et-Loire, SNEIP-CGT des Pays de la Loire, SDEN-CGT , Fédération
des Conseils des Parents d’Eleves du Maine-et-Loire, Parti Socialiste du Maine-et-Loire, Alain Pagano conseiller municipal d’Angers, Union Nationale des Etudiants de France, Union Générale Étudiante d’Angers
et de Cholet UNEF.

mercredi 6 mai 2015.

Tract rassemblement
Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA à ce propos :

Rassemblement contre l’explusion de M., lycéenne de Terminale

Mardi 12 mai 2015 17:00-22:30

Angers (49) Place de la préfecture

À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 49-Maine et Loire
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0