Actu côté Toulouse : Expulsion des réfugiés syriens aux Izards : l'inquiétude des associations de soutien

Accueil > ACTUS générales > Dans les médias d’ici ...

Actu côté Toulouse: Expulsion des réfugiés syriens aux Izards : l'inquiétude des associations de soutien

 

De nombreuses associations toulousaines se mobilisent pour apporter leur soutien aux réfugiés des Izards, en passe d’expulsion, et interpeller les pouvoirs publics.



Dans ce squat du Nord de la ville voué à la démolition, vivraient à ce jour 38 familles de réfugiés syriens. (Photo : Côté Toulouse/Amandine Briand)


par Nicolas Leboeuf


Le verdict est maintenant connu depuis quelques jours. Jeudi 4 février 2016, le Tribunal d’Instance de Toulouse a décidé de l’expulsion, à la fin de la trêve hivernale, des quelques 200 réfugiés syriens occupant depuis avril dernier les logement vides du bailleur social Habitat Toulouse, situés place des Faons dans le quartier des Izards. Certaines familles devront de plus s’acquitter d’indemnités d’occupation, dépassant, pour certains appartements, les 500 euros.


La décision passe évidemment très mal du côté des nombreuses associations de soutien, dont le rôle dans la survie de la communauté est crucial. Aussi, pour n’en citer que quelques unes, la CIMADE, le Droit au Logement, l’APESAR, le Réseau Éducation Sans Frontière 31, la Ligue des Droits de l’Homme, mais aussi la FCPE et Toulouse Solidarité ont choisi de rédiger une lettre ouverte adressée à Sylvia Pinel, ministre du Logement, et à Pascal Mailhos, préfet de région. La missive appelle l’État à prendre ses responsabilités.


La promesse d’accueil de 30 000 migrants en France formulée par François Hollande en septembre dernier ne semble pas encore s’être concrétisée en Haute-Garonne : pour Cathy Granier, l’une des porte-parole du RESF, moins de deux familles ont pour le moment été reçues, dont une à Ramonville, en octobre.


Des solutions, certes, mais à quel prix ?


« La préfecture a proposé de reloger les familles dans des CADA (Centre d’Accueil Demandeurs d’Asile) mais pas toujours dans la région toulousaine, et souvent à condition qu’elles acceptent de se séparer » déplore Cathy Granier, qui voit mal comment ces hommes, ces femmes et ces enfants que les bombes et la répression à Homs et Damas ont tragiquement rapprochés, pourraient accepter de ne plus vivre ensemble. Pour les associations, ces relogements expéditifs se sont fait au compte-goutte, sans concertation préalable avec les familles et les collectifs de soutien.

Ne souhaitant pas être envoyées trop loin de leurs proches, des familles syriennes ont refusé de répondre favorablement aux injonctions de l’OFII (Office Français de l’Immigration et de l’Intégration) de partir à l’autre bout du pays alors qu’une concertation aurait permis de trouver des solutions, constatent les collectifs engagés aux côtés des réfugiés.


L’autre préoccupation des associations toulousaines concerne l’éducation des plus jeunes de la communauté syrienne. Depuis la rentrée de septembre, la petite trentaine d’enfants de la première vague de réfugiés arrivée en avril ont pu être scolarisés sur Toulouse. D’après RESF 31, encore 17 n’ont pas encore pu rejoindre les rangs de l’école, qu’il rappelle pourtant « obligatoire en France ».


« Des municipalités se sont portées volontaires pour accueillir des réfugiés » : Cathy Granier et ses collègues bénévoles sont persuadés que les logements et les terrains vides ne manquent pas dans la ceinture large toulousaine. De quoi loger les familles dans un périmètre proche de leur ancien habitat de fortune, sans les contraindre à se séparer.

mercredi 10 février 2016.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de ACTUS générales / Dans les médias d'ici
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0