La Cimade : Préfecture du Morbihan : Stop / Danger !

Accueil > ACTUS générales > Communiqués communs et autres que Resf
Membres du RESF - Cimade - La Cimade

Communiqué de presse – 15 février 2016

Préfecture du Morbihan : Stop / Danger !

 

Depuis la fin de l’année 2015 la situation de certains demandeurs d’asile se dégrade en Morbihan, la préfecture se livrant à une série d’arrestations et d’interpellations.

source : La Cimade

Une jeune femme est arrêtée en préfecture afin de l’expulser vers un
pays où sa sécurité est en jeu, alors même que son enfant qu’elle élève
n’était pas avec elle. Trois bénévoles de la Cimade accompagnaient cette
personne pour témoigner du déroulement de la convocation : elle a été
sommée de suivre les policiers. Les tentatives de demande de précisions
par les bénévoles ont été très mal perçues par la police et le personnel
de la préfecture.

Cette personne a finalement été relâchée.

Une famille avec deux adolescents scolarisés a été convoquée à
plusieurs reprises au commissariat, convocation remise non en mains
propres mais à leur colocataire, et harcelée par des appels
téléphoniques fréquents. La mère de famille souffrant de problèmes de
santé a dû être hospitalisée en urgence à cause du stress engendré par
ces méthodes.

Une autre famille a été convoquée à la gendarmerie pour une
assignation à résidence : la bénévole du Réseau Education Sans
Frontières qui les accompagnait a été contrainte de donner son propre
numéro de portable et de tenir au courant les autorités des déplacements
de cette famille.

Deux interpellations ont eu lieu en préfecture pour des personnes
dont les décisions d’expulsion étaient encore en jugement devant le
tribunal administratif. Pour l’une d’entre elle, la rétention a été
annulée au motif que l’arrestation de la personne était illégale.

La semaine dernière une jeune femme avec une enfant gravement malade a
été transférée de son hôtel dans un autre hôtel devenu lieu de
rétention puis emmenée en centre de rétention de Saint-Jacques de la
Lande en vue d’une expulsion. Elle a été libérée par le juge des
libertés. Lundi 15 février, la jeune femme est à nouveau convoquée à la
préfecture où elle se rend accompagnée par une bénévole de la Cimade et
le maire de Séné. Il lui est signifié une assignation à résidence dans
un hôtel avec obligation de se présenter tous les jours au commissariat
de police et de dormir tous les soirs à l’hôtel. L’assignation est de 45
jours soit jusque fin mars or la procédure Dublin doit se terminer le
12 avril !

En début de semaine, une famille avec deux enfants a été conduite au
centre de rétention afin d’être expulsée en Hongrie, alors même que deux
décisions d’annulation de réadmission en Hongrie ont été prises
récemment, faisant jurisprudence ; ils ont été relâchés.

Nous protestons avec vigueur face à ces agissements
contraires au respect et à la dignité des personnes et qui ne semblent
avoir pour objet que de créer un sentiment d’insécurité et du stress
puisque la quasi-totalité des décisions de la préfecture s

mercredi 17 février 2016.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de ACTUS générales / Communiqués communs et autres que Resf
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0