Faxez, mailez pour la libération de Monsieur F. ATEK, commerçant et père de famille !Monsieur Farouk ATEK expulsé ce matin !

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 93-Seine Saint-Denis ...
Contact
  5 RESF - Heeeeelp! 100 x 42 avec texte "resf"

Faxez, mailez pour la libération de Monsieur F. ATEK, commerçant et père de famille !
Monsieur Farouk ATEK expulsé ce matin !

 

05.07.16
Son épouse avait tenté de le joindre à plusieurs reprises ce matin mais en vain. Aucune info affichée hier soir pour M. ATEK sur le tableau des vols programmés pour les retenus. Les flics l’ont réveillé ce matin, l’ont dépossédé de son portable et emmené de force à l’aéroport. C’est seulement en fin d’après-midi, une fois arrivé en Algérie, qu’il a pu joindre son épouse...

26.06.16 :
Le JLD (audience de prolongation) a maintenu Monsieur Farouk ATEK en rétention pour 20 jours supplémentaires. Tous les recours juridiques sont presque épuisés. Reste la Cour d’Appel du JLD mais sans grand espoir de libération. Le consulat d’Algérie a délivré le laissez-passer de la honte qui a permis aux autorités françaises de présenter ce père de famille à un vol ce matin. Monsieur a refusé de monter dans l’avion car il était inconcevable pour lui d’être séparé de sa famille. D’expérience, nous savons que la deuxième tentative d’expulsion se fait souvent sous contrainte.

Signer aussi la pétition
Voir le resf.info


Encore un père de famille en rétention... Le démembrement des familles bat toujours son plein sous Hollande ! Monsieur ATEK, commerçant (oui, vous avez bien lu !!!) sans histoire et père d’une petite fille, Maelys, risque d’être expulsé d’un moment à l’autre vers l’Algérie, en laissant derrière lui une famille privée de son principal soutien financier et affectif.... Il en est à son 18ème jour de privation de liberté, 18 jours séparé des siens, 18 jours que son commerce est menacé de fermeture, 18 jours durant lesquels des salariés vivent dans l’inquiétude de perdre leur travail si Monsieur est expulsé.... Dans la conjoncture économique actuelle, est-il raisonnable de mettre en péril un commerce de proximité qui participe au développement d’un quartier, pour un simple défaut de titre de séjour de son gérant ? De toute évidence, il serait beaucoup plus judicieux et responsable, notamment en terme de coût, de ne pas l’expulser et de le régulariser...

Merci d’être nombreux-ses à manifester votre indignation (avec courtoisie) en adressant mail, fax au préfet du Val d’Oise, jusqu’à que libération s’en suive. Modèle de courrier ci-dessous. Merci d’avance ! Une pétition qui sera remise au préfet, va suivre.

Fraternellement
Malika C.


Pour sa libération, écrire à la préfecture du Val-d’Oise :


Fax : 01 77 63 60 11


prefecture@val-doise.gouv.fr Préfet : Jean-Yves LATOURNERIE jean-yves.latournerie@val-doise.gouv.fr


Directeur du cabinet : Jean-Simon MERANDAT jean-simon.merandat@val-doise.gouv.fr


Secrétaire général : Daniel BARNIER daniel.barnier@val-doise.gouv.fr


Monsieur le Préfet,


Je souhaiterais attirer votre attention sur la situation de Monsieur F. ATEK, ressortissant algérien entré en France en octobre 2015 avec sa femme et sa petite fille de 8 ans, Maelys, actuellement scolarisée en classe de CE2 à Drancy.


Interpellé sur son lieu de travail, suite à un contrôle URSSAF sur dénonciation, Monsieur F. ATEK se retrouve enfermé au Centre de rétention du Mesnil Amelot depuis le 30/05/2016 en exécution d’un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière pris le même jour par vous-même. Entre Monsieur ATEK et la France, c’est une longue histoire d’amour...


Tout commence en 2004, lorsqu’il rejoint en France sa famille (père, frères et sœurs), la plupart ont aujourd’hui la nationalité française. Il y poursuit ses études à l’Université Panthéon-Assas et est titulaire d’une carte mention "étudiant" de 2004 à 2006. En 2007, il retourne en Algérie pour y épouser sa fiancée qui avait tenté d’obtenir un visa pour le rejoindre en France mais en vain. De leur union, née en Algérie, Maelys, aujourd’hui âgée de 9 ans.


Le couple vit à Drancy où est également scolarisée leur fille, exclusivement francophone. En Algérie, Maelys fréquentait une école privée française et ne maîtrise pas la langue arabe, langue nationale et officielle en Algérie. Ses parents sont d’origine kabyle et non arabophone. Son épouse a également toute sa fratrie en France, tous titulaires d’une carte de résident ou de la nationalité française.


Monsieur ATEK a vendu tous ses biens en Algérie pour pouvoir investir dans un commerce en France. Monsieur est associé gérant majoritaire d’une boucherie située à Arnouville les Gonesse (95), une ville où les commerces de proximité se font rares mais qui commençait à renaître avec l’ouverture de la boucherie.


Par son activité, Monsieur a non seulement contribué à redynamiser un quartier mais a également créé de l’emploi pérenne en embauchant deux salariés en CDI. A jour de toutes ses cotisations et appréciés de tous, il devrait pouvoir rester en France et se voir délivrer un titre de séjour.


Si Monsieur est expulsé, son épouse et sa fille ne pourront pas le suivre car Maelys serait contrainte d’interrompre sa scolarité en France et d’intégrer une école publique algérienne, donc un système éducatif en langue arabe qu’elle ne connaît pas.


Une telle situation serait donc traumatisante pour cette enfant décrite comme une "élève investie dans les apprentissages", "un bon élément" par l’équipe éducative de son école drancéenne.


Ainsi, la décision d’expulser ce père de famille porte gravement atteinte au droit au respect de la vie privée et familiale et à “l’intérêt supérieur de l’enfant qui doit être une considération primordiale”.


Par conséquent, je vous demande instamment, Monsieur le Préfet, d’user de votre pouvoir discrétionnaire, de renoncer à l’expulsion de M. F. ATEK et d’abroger l’Arrêté Préfectoral de Reconduite à la Frontière pris à son encontre afin de lui permettre d’être présent auprès de sa fille et de participer à son entretien et à son éducation.


Recevez, Monsieur Le Préfet, l’expression de mes sentiments citoyens les plus respectueux.


Pour le Réseau Éducation Sans frontières


Prénom NOM

mercredi 15 juin 2016.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 93-Seine Saint-Denis
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0