Encore un dérapage du Président de Conseil Départemental !

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 06-Alpes Maritimes ...
Contact

Alpes Maritimes 06

Encore un dérapage du Président de Conseil Départemental !

Ode à un Président de Conseil Départemental – 4 décembre 2016 :

 

Pendant que de simples citoyens sont obligés de porter secours aux réfugiés frigorifiés dans la montagne à la frontière italienne, M. Ciotti les prend pour des passeurs mafieux !!! Il écrit au Procureur de la République pour les dénoncer ! http://www.nicematin.com/politique/eric-ciotti-alerte-le-procureur-sur-des-passeurs-agissant-dans-la-vallee-de-la-roya-98288


Ode à un Président de Conseil Départemental – 4 décembre 2016 :


 


« Dans les Alpes Maritimes, on a de la chance : 


On a « hérité » d’une manière un peu spéciale de présider un Conseil Départemental, une manière qui est au top du top :


 


- Au top de la connaissance des lois : que des mineurs étrangers ne soient jamais en situation irrégulière en France, nul n’est censé l’ignorer ? eh bien, pas mal de « serviteurs » de l’Etat ne le savent pas. Et que, en droit français, le doute doive bénéficier à l’ « accusé », ils ne savent pas non plus ? Heureusement qu’il y a de simples citoyens pour gueuler dans le désert que ces jeunes ont le droit d’être accueillis. 


- Au top de l’honnêteté intellectuelle : quand un Président de Conseil Départemental assimile les citoyens solidaires à « des passeurs qui exploitent la détresse humaine » (alors qu’ils ne prennent évidemment aucun argent), il est capable de nous dire, comme Georges Orwell, dans « 1984 », que « La guerre c’est la paix, la liberté c’est l’esclavage, l’ignorance c’est la force ». Quelle culture ! les vrais mafieux, eux, pendant ce temps, peuvent continuer tranquillement leur petit ou gros business…


- Au top de la citoyenneté : et le devoir d’assistance à personne en danger ? ah mais, ici, on fait un tri dans les lois qui nous arrangent et on demande leurs papiers aux gens qui se noient avant de les secourir…


- Au top d’un défaut de « comprenette » : ah ! le gentil élève-élu qui prévient le maître-procureur que des vilains garnements se sont cachés… sauf qu’il est le seul à n’avoir pas vu que le maître le savait et avait déjà pris des mesures (d’ailleurs disproportionnées).


- Au top de l’humour noir (mais alors très noir) : allons bon ! l’ASE accueille les mineurs « signalés par les services de l’État et confiés par la Justice »… oui mais qu’en est-il de ceux qui sont directement expulsés en Italie par la PAF, sans aucune procédure légale (nous les avons vus) ? de ceux qui attendent pendant des mois que la Justice leur attribue un référent ? de ceux qui se présentent dans un commissariat en demandant protection et sont remis à la rue car « il n’y a pas de place » (parfois avec un croissant et un café… c’est gentil) ? eh bien… ils viennent voir les associations de bénévoles qui essaient de les mettre à l’abri en attendant des réponses institutionnelles qui mettent des semaines à arriver (quand elles arrivent). Que ces associations se fassent ensuite incriminées par les pouvoirs publics … bah, c’est pas grave.


- Au top de la pratique du buzz : Un bon élu se doit-il de passer son temps à appeler les médias pour faire des déclarations tonitruantes et à se répandre sur les réseaux sociaux ? eh bien, ma foi, quand c’est efficace pour matraquer l’opinion publique et ne pas lui laisser le temps de réfléchir, pourquoi s’en priver ?


- Au top de la sécurité : quand on a fait son fond de commerce en assimilant les étrangers aux délinquants, on a du mal à voir en eux des personnes comme nous, dans la détresse, qui ne cherchent qu’à protéger leurs enfants ou à sauver leur vie. Dommage que ces discours hargneux et diviseurs empêchent les habitants de les accueillir comme beaucoup l’ont été autrefois, dans notre région.


- Au top du cynisme : Ah bon ? le Foyer de l’Enfance héberge 207 mineurs (ou 199 selon les versions) et se trouve saturé ? Pourtant nous, simples citoyens, nous voyons que des structures associatives se sont proposées depuis longtemps et n’obtiennent pas de réponse. Et, outre la mise à l’abri, la loi prévoit que ces jeunes soient soignés, scolarisés, accompagnés avec toute l’empathie qui en fera des citoyens bien dans leur peau et bien dans leur patrie d’adoption. 


- Au top de la cacophonie : dans notre département, quand vous êtes un être humain doté d’empathie pour la souffrance d’autrui (un être humain normal, quoi), que vous prenez en stop, dans la nuit, ou que vous hébergez un réfugié frigorifié et que vous êtes arrêté par la police, vous risquez, à l’appréciation des différents services, au choix : 1) rien du tout - et même, parfois, des encouragements ; 2) un avertissement et vous poursuivez votre chemin avec votre passager ; 3) des remontrances et vous repartez sans votre passager ; 4) une grosse engueulade et votre passager est renvoyé en Italie ; 5) une mise en garde à vue avec relaxe sans poursuites quelques heures plus tard ; 6) une mise en garde à vue avec voiture et téléphone confisqués, logement perquisitionné, puis libéré avec convocation ultérieure pour procès ; 7) une retenue en garde à vue au-delà du délai légal ou une assignation à résidence en attendant le procès. Ici, dans notre magnifique région, nous avons vu tous ces cas de figure. Ça laisse perplexe, n’est-ce pas ?


- Au top de la pratique évangélique : un élu sa proclamant chrétien, voulant que notre pays se réfère à ses racines chrétiennes « au nom de la laïcité » (!!!), mais faisant la sourde oreille quand le pape demande d’accueillir les réfugiés, ça n’arrive pas que chez nous mais reconnaissez que nous avons la palme de la cohérence !


- Au top de l’humanité : peut-être ont-ils des excuses ceux qui n’ont jamais ressenti le bonheur d’agir en paix avec sa conscience, jamais découvert une relation de confiance avec des personnes terriblement éprouvées mais reconnaissantes, jamais partagé de beaux moments d’échanges, jamais goûté le sourire retrouvé des enfants. Mais a-t-on des excuses quand on est un élu ayant une mission de service public ?


- Au top du courage : on aura compris que M. Ciotti aurait sûrement été un Résistant arpentant, dès 1940, notre belle montagne frontalière pour sauver les victimes du fascisme. Mais alors, passer la frontière dans l’autre sens, ça lui pose un problème ? pourtant, aujourd’hui, avec un GPS …


Puisque l’approche de Noël nous pousse à l’indulgence envers ceux qui ne l’ont pas méritée, voici quelques suggestions de cadeaux à faire à M. Ciotti :


Un Evangile : notamment celui de St Luc (chapitre 10 verset 30) et celui de St Mathieu (chapitre 25 verset 34) avec un commentaire adapté aux mal-comprenants.


Une vie de Saint Martin pour le réconforter en apprenant que même un ignoble va-t-en guerre peut changer complètement de vie et être sauvé. (Dieu, s’il existe, ne veut pas la mort du pêcheur…)


L’histoire des passeurs de St Martin Vésubie (« Justes parmi les Nations ») par Danielle Baudot Laksine (il est bien allé à la commémoration mais n’a pas tout compris).


Un faux titre de séjour pour lui permettre d’entrer en douce dans la vallée de la Roya qui n’est ouverte qu’aux SSS (= Sauveteurs Solidaires Souriants). Pour en ressortir, rien n’est prévu. 


Des tongs pour aller marcher en haut de la Roya et vérifier l’efficacité des militaires armés (de couvertures et boissons chaudes, sans doute) poursuivant des gamins de 14/17 ans près des falaises pour que, en tant que tuteur légal bienveillant, il les ramène dans ses Foyers de l’Enfance. 


Un hélicoptère pour tourner autour des réunions de villageois et les dissuader d’ouvrir trop vite leur porte à des jeunes déboussolés (Quand on n’est pas capables de leur assurer tout le confort, il vaut mieux faire semblant de ne pas les entendre, non ? on peut aussi les dénoncer à la police… ça s’est déjà vu). 


Une fusée de détresse pour alerter le procureur au sujet des citoyens solidaires que celui-ci a déjà inculpés (n’étant pas dans la foule qui les ovationnait, il n’a pas réalisé que le sale boulot était déjà en cours). 


Une louche (au choix : pour servir la soupe aux migrants affamés ou pour asséner son catéchisme sécuritariste sur le crâne de ceux qui l’ont élu). 


5 kg de carottes : il paraît que ça rend aimable, avec un vrai sourire franc et chaleureux (euh… il faudra bien 20 kg… ) 


Bon, pendant qu’il ouvrira tous ses cadeaux, on aura quelques minutes de paix. »


RESF 06

 


 

dimanche 11 décembre 2016.

Faire connaître cet article
À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 06-Alpes Maritimes
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0