Est Republicain (4 mars 2017) : L'expulsion de la famille échoue

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 25-Doubs ...
Contact
Medias - L

BETHONCOURT - DROIT D’ASILE

(4 mars 2017): L’expulsion de la famille échoue

 
 
« C’est une famille très discrète, intégrée, les enfants vont à l’école ici », notent les voisins. « On vient les arrêter comme si c’étaient des truands ». Photo Francis REINOSO
 
« J’ai cru qu’ils venaient arrêter un terroriste ! ». Ce samedi, peu après huit heures, des cris percent la tranquillité du début de matinée dans le quartier de Champvallon à Bethoncourt. Au quatrième étage d’un immeuble, des gendarmes de la Cie de Montbéliard tentent de faire sortir toute une famille du logement, fourni par le CADA (centre d’accueil des demandeurs d’asile), qu’elle occupe depuis presque quatre ans. Le père refuse d’ouvrir la porte, lui et son épouse menacent même de se défenestrer. Ce qui conduit, en sus des forces de l’ordre et sous l’œil à la fois ébahi et indigné des voisins, au déploiement de la grande échelle des pompiers. Finalement vers 10 h 30, après des pourparlers, le climat s’apaise : les gendarmes repartent. La famille, elle, reste barricadée dans l’appartement.
Le travail, pas un argument
 
« Si ce n’est pas malheureux, ça ! », soupire une voisine. « Les enfants, les pauvres, ont eu peur ! ». Ils sont quatre dans ce foyer, scolarisés depuis quatre ans donc dans les différentes écoles de Bethoncourt. L’aîné a douze ans, la benjamine un an et demi. Les deux derniers petits sont nés en France.?Les autres en Algérie. « J’ai eu un problème au bled avec un concurrent », explique le père Kouider Kribi, qui travaillait comme chauffeur de taxi à Oran. « Ma femme elle-même a été menacée. Je suis venu en France pour la protéger ainsi que mes enfants »
Un argument qui n’a pas convaincu les autorités compétentes : les demandes d’asile de la famille ont été rejetées plusieurs fois et les différentes voies de recours ont échoué. Depuis mi 2015, elle est le coup d’une OQTF (obligation de quitter le territoire français). Fin 2016, le préfet a demandé, par courrier, aux Kribi de quitter l’ hébergement CADA. La promesse d’embauche -un CDD de maçon- fournie le mois dernier par le père- n’a pas infléchi la volonté du représentant de l’État.
Aujourd’hui ? « Cette famille est déboutée du droit d’asile et occupe indûment un logement », souligne le sous-préfet de Montbéliard, Jackie Leroux-Hertaux. « Mais l’on voit qu’une opération de reconduite à la frontière est difficile à mettre en œuvre. Des décisions seront prises dans le courant de la semaine prochaine ». Le père de famille est, lui, convoqué par les autorités mercredi. Il n’attendra pas, dit-il, que les gendarmes reviennent frapper chez lui. Il n’est pas non plus question de regagner l’Algérie. Bouger alors. Mais pour aller où ?
Sophie DOUGNAC
 
Source : L’Est Républicain du 4 mars 2017 http://www.estrepublicain.fr/edition-belfort-hericourt-montbeliard/2017/03/04/l-expulsion-de-la-famille-echoue
jeudi 9 mars 2017.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 25-Doubs
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0