Saint-Denis- URGENTISSIME ! Appel à fax/mails et SIGNEZ POUR LA LIBERATION ET LA REGULARISATION DE M. SOULEYMANE DOUMBIA, PAPA D'UN BEBE DE 2 MOIS !!!Expulsion programmée samedi 10 février09/02 Il est libre !

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 93-Seine Saint-Denis > Actions, événements > Appels à soutien individuel
Contact
 RESF - Logo Resf 93

P3273 - Saint-Denis- URGENTISSIME ! Appel à fax/mails et SIGNEZ POUR LA LIBERATION ET LA REGULARISATION DE M. SOULEYMANE DOUMBIA, PAPA D'UN BEBE DE 2 MOIS !!!
Expulsion programmée samedi 10 février
09/02 Il est libre !

 

Merci à tou(te)s de faxer mailer au préfet de police de Paris pour la libération de M. Souleymane DOUMBIA ressortissant ivoirien enfermé depuis 15 jours au centre de rétention de Vincennes en vue de son expulsion du territoire français, là où vivent sa compagne en situation régulière et de nationalité différente, ainsi que sa fille âgée de seulement 2 mois.

Son expulsion est programmée ce samedi 10 février.

Pourtant, son dossier de régularisation en cours d’examen à la préfecture de la Seine-Saint-Denis, semble avoir toutes les chances d’aboutir favorablement. En octobre 2017, il a été parrainé lors d’une cérémonie sous l’égide de MM. BRAOUEZEC et RUSSIER, respectivement président de Plaine Commune et maire de Saint-Denis. S’il est expulsé, la cellule familiale qu’il a construit en France sera littéralement broyée puisqu’elle ne pourra pas se reconstruire ailleurs.

Ne nous résignons pas devant cette ignominie ! Envoyons sans relâche mails, fax jusqu’à que libération s’en suive !

Réagissons (en veillant à rester toujours courtois-e) à cette mesure d’expulsion odieuse !
Faxez, écrivez au préfet de Police de Paris, M. Michel DELPUECH pour demander sa libération (modèle lettre ci-dessous) !
Fax : 01 53 73 67 23
mail : pp-dpg-sdae-secretariat@interieur.gouv.fr

Arrêté le 21/01/2018 lors d’un contrôle routier, M. Souleymane DOUMBIA a été placé en rétention au CRA de Vincennes le 22 janvier sur la base d’une Obligation de Quitter le Territoire Français prise à son encontre par le préfet de police de Paris.
Arrivé en France en 2011, M. DOUMBIA y vit depuis de manière ininterrompue. Il rencontre Mme T. de nationalité guinéenne et bénéficiaire de la protection subsidiaire. De cette union nait la petite Mariam, aujourd’hui âgé de seulement 2 mois. 
 
Avant la naissance de leur fille Mariam, le couple occupait un logement dans un immeuble squatté à la Plaine Saint-Denis faute d’autre solution locative. Expulsées de cet immeuble, les familles ont été accompagnées par un collectif de soutien et les personnes dépourvues de titre de séjour se sont vues parrainer en octobre 2017 lors d’une cérémonie à l’Hôtel de Ville de Saint-Denis sous l’égide de MM. BRAOUEZEC et RUSSIER, respectivement président de Plaine Commune et maire de Saint-Denis. Accompagné et soutenu dans sa démarche de régularisation auprès des services préfectoraux, M. Doumbia faisait partie de ceux dont le dossier pouvait prétendre à une décision favorable d’admission au séjour.
 
N’ayant pas encore de logement pérenne depuis lors, sa compagne et sa fille ont été placées dans foyer mère-enfant dès la sortie de la maternité, le temps qu’une solution pour l’ensemble de la famille soit trouvée.
 
En dépit de cette situation, M. DOUMBIA est omniprésent auprès de sa compagne encore très affaiblie suite à sa grossesse difficile et de leur enfant dont il s’occupe en permanence, comme l’attestent plusieurs professionnels. 
 
Expulser Monsieur ne serait que fragiliser davantage la mère et leur enfant et les priver de leur principal soutien matériel et affectif.
 
M. DOUMBIA a désormais des liens très distendus avec son pays d’origine. Ses attaches familiales se trouvent aujourd’hui reconstituées en France, dans le cadre du noyau familial qu’il a constitué avec sa compagne et leur enfant.
La reconduite de M. DOUMBIA en Côte d’Ivoire porterait gravement atteinte au droit de son enfant à ne pas être séparé arbitrairement de son père. 
 
De plus, la Convention Internationale des Droits de l’Enfant dont la France est signataire, stipule que pour toutes les décisions administratives ou autres, c’est “l’intérêt supérieur de l’enfant qui doit être une considération primordiale”.
 
Parce que M. DOUMBIA est en France depuis 7 ans, parce qu’il vit maritalement avec une femme de nationalité différente, parce que son enfant aura indéniablement besoin de lui, parce qu’il est évident que cette cellule familiale ne pourra se reconstruire hors de France, parce que la place d’un père n’est pas dans un centre de rétention mais auprès des siens, nous, signataires de la présente pétition demandons au préfet de Police de Paris d’annuler l’obligation de quitter le territoire français et de mettre tout en œuvre pour qu’il retrouve sa famille au plus vite.
 
 


 

jeudi 8 février 2018.

Je signe cette pétition...  Que mettre ici ?
Que mettre ici ?

Comment ça marche ?
Comment signer en 3 étapes :
1. [Maintenant !] Remplissez le formulaire ci-dessous et cliquez sur « Valider ». Aussitôt, le site va automatiquement vous envoyer un email (courriel) pour s’assurer de votre existence et que ce n’est pas une plaisanterie douteuse mais que vous avez bien l’intention de signer

2. [Dans 5 minutes] Vous allez recevoir cet email (courriel) de confirmation automatique.

3. [Dès réception !] Cliquez sur le lien contenu dans le mail de confirmation, ou bien, si le lien est inactif, copiez le dans votre navigateur internet favori (Firefox, Safari, Mozilla, Netscape, Opera, Explorer...).
N’attendez pas ! Faites le dès réception du message. Merci !
- Oui, vous pouvez confirmer plusieurs jours après, mais pourquoi attendre et risque d’oublier ?! -
La signature apparaîtra une heure plus tard environ dans la liste des signataires.

En cas de problème, répondez au message, sans rien effacer, et en expliquant au mieux ce qui se passe... Un humain(!) vous répondra.

Identifiants personnels
email_adress :
email_confirm:


  •  Que mettre ici ?
    Que mettre ici ?

    AVERTISSEMENT À PROPOS DES EMAILS
    Entrez votre adresse email sous sa forme simple, par exemple mdubois@erenis.fr ou marie.dubois@papiers.org

    SVP n’allez pas plus loin si vous n’êtes pas sûr(e) de votre adresse courriel (email) ou si votre boîte email est pleine et ne peut plus recevoir de messages :
    Comme expliqué ci-dessus, cette adresse courriel est obligatoire pour la validation : un message automatique doit y être envoyé.
    Ce message contiendra un lien internet avec un code de confirmation personnel et unique.
    Après signature, surveillez votre boîte email !
    . Assurez-vous que votre boite email n’est pas pleine et peut recevoir des messages,
    . Assurez vous que personne d’autre n’a accès à vos messages,
    . Si vous utilisez un système anti-spam (bien !), vérifiez que ce mail ne soit pas bloqué, ou surveillez ceux qui ont déjà été bloqués pour voir s’il n’y est pas !
    ... sinon votre confirmation de signature ne pourra jamais aboutir !
    Il suffira de cliquer sur le lien qui sera indiqué dans le mail pour confirmer votre engagement.

    En cas de problème, si votre adresse email est refusée, ou si vous n’avez pas reçu d’email après plusieurs heures, etc. : contactez resf.appel@gmail.com ... Un humain(!) vous répondra.

    NB : Une adresse courriel ne peut pas être réutilisée pour une seconde signature.

    Les adresses courriel collectées ne sont pas rendues publiques, ni dans la liste des signataires, ni autrement.

  •  Que mettre ici ?
    Que mettre ici ?


    Que mettre ici ?
    Une pétition si elle est bien sûr une manifestation de solidarité et de soutien à la cause décrite a pour vocation de convaincre les autorités et les juges du bien fondé de cette cause et du sérieux et de la motivation des signataires. Il faut donc qu’elle apparaisse dans tous ses éléments comme crédible et respectueuse : Nom : nom et prénom du signataire (évitez les pseudos : celui qui signe s’engage personnellement) suivi autant que possible d’une indication qui peut lui donner du poids et/ou du sens : métier, fonction ...
    Entrez votre nom comme par exemple « Marie Dubois »
    (prénom nom, et autres précisions que vous jugerez utiles : Ville, Fonction, Mandat, Appartenance...). Nous protégeons strictement votre adresse email ; Nous faisons le maximum pour que les autres informations ne soient pas archivées sur internet et consultables quand on y fait une recherche. Mais votre nom et les autres indications que vous y joignez sont visibles à la consultation des dernières signatures.
    Évitez donc d’indiquer dans cette zone "votre nom" une adresse email ou postale, protégez-vous !
    . Risque légal : La plupart des pétitions ne comportent pas ce risque (délit de solidarité"). si vous ne souhaitez pas assumer ce risque, vous avez le choix de ne pas signer, ou de signer avec un pseudonyme mais ce dernier recours ôte de la crédibilité à la pétition toute entière.
    Vous pouvez exprimer votre soutien de bien d’autres façons : faire un don, aider le collectif le plus proche de vous, etc.


    En cas de problème, si vos noms ou qualités comportent une erreur, si vous souhaitez les changer, si vous souhaitez qu’un(e) proche signe avec votre adresse email, etc. : contactez appel@resf.info si possible en répondant au message reçu de façon à conserver toutes les informations décrivant la pétition et votre signature, et avec la même adresse email que celle utilisée pour la signature ... Un humain(!) vous répondra.


    NB : Nous nous reservons la possibilité de rejeter les signatures comportant des noms ou autres indications à caractère injurieux ou infamants.

Un message, un commentaire ?
  •  Que mettre ici ?
    Que mettre ici ?

    Que mettre ici ?
    Une pétition si elle est bien sûr une manifestation de solidarité et de soutien à la cause décrite a pour vocation de convaincre les autorités et les juges du bien fondé de cette cause et du sérieux et de la motivation des signataires. Il faut donc qu’elle apparaisse dans tous ses éléments comme crédible et respectueuse.
    Votre commentaire doit être lié à l’objet de la pétition et donner une note plus personnelle à la signature.
    Éviter les formules stéréotypés et passe-partout ainsi que les commentaires agressifs et offensants, pratiquer la "litote" : dire moins pour suggérer davantage.
    Vos commentaires pourront peut-être être utilisés par les initiateurs de la pétition pour ajouter des arguments ou des formulations utiles à la défense de la cause objet de la pétition.

    Si vous voulez adresser une question ou un commentaire à RESF il faut s’adresser au contact indiqué pour cette pétition
    ou à : appel@resf.info

    Si, après avoir signé, vous voulez apporter une correction à votre commentaire, vous ne pourrez pas le faire vous-même
    ... mais vous pouvez vous adresser à appel@resf.info

Déjà signé?
428 signatures en ligne

Dernières signatures
428 signatures en ligne
Faire connaître cette pétition

FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA à ce propos :

Saint-Denis- URGENTISSIME ! Appel à fax/mails et SIGNEZ POUR LA LIBERATION ET LA REGULARISATION DE M. SOULEYMANE DOUMBIA, PAPA D’UN BEBE DE 2 MOIS !!!
Expulsion programmée ce samedi 10 février

Vendredi 9 février 18:00-19:00

URGENT – URGENT — URGENT

MOBILISONS NOUS pour M. DOUMBIA

Vendredi 9 février 2018
à 18 H devant la préfecture de police de Paris

M. Souleymane DOUMBIA, ressortissant ivoirien est enfermé depuis 15 jours au centre de rétention de Vincennes. Son expulsion du territoire français est programmée ce samedi 10 février. Sa compagne, en situation régulière et de nationalité différente, et lui, viennent d’avoir une petite fille âgée de seulement 2 mois.
M. Doumbia fait partie du Collectif 57/59, expulsé de l’avenue du Président Wilson, à la Plaine Saint Denis.En octobre 2017, il a été parrainé lors d’une cérémonie sous l’égide de MM. BRAOUEZEC et RUSSIER, respectivement président de Plaine Commune et maire de Saint-Denis.

Le dossier de régularisation de M. Doumbia, en France depuis 7 ans, en cours d’examen à la préfecture de la Seine-Saint-Denis, semblait avoir toutes les chances d’aboutir. S’il est expulsé, la cellule familiale qu’il a construit en France sera littéralement broyée puisqu’elle ne pourra pas se reconstruire ailleurs et la petite Mariam sera privée de son père.
Le préfet de Paris peut encore arrêter cette décision inadaptée et inhumaine. Sollicité à maintes reprise, il ne répond pas.
Nous proposons de faire une délégation auprès du Préfet pour demander l’annulation de cette OQTF et le maintien de M. Doumbia sur le territoire français, en accord avec la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, dont la France est signataire, laquelle prévoit que « l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale ».
Rendez vous à 17 h 45 au métro Cité, ou 16 H 45 au métro Porte de Paris pour un départ de Saint Denis.

Le comité de soutien

Préfecture de Police de Paris 9 boulevard du Palais 75004 Paris- Face à l’entrée principale du Tribunal de Grande Instance

À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 93-Seine Saint-Denis / Actions, événements / Appels à soutien individuel
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0