Lettre ouverte/pétition au Président de la MAIF

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 65-Hautes Pyrénées > ACTUALITÉ
Contact

P3292 - Lettre ouverte/pétition au Président de la MAIF

 

PRAHDA : La MAIF doit cesser de financer la machine à expulser !
Sous-couvert d’un investissement à impact social, la MAIF participe au fonds Hémisphère, qui a permis le rachat des hôtels Formule 1 pour les transformer en lieux d’hébergements pour demandeurs d’asile, dans le cadre du PRAHDA.

Mais ces lieux sont en fait un hébergement à bas coût avec prestations minimalistes et accompagnement social réduit, qui ont notamment pour but d’assigner à résidence et expulser plus facilement les personnes qui sont déboutées du droit d’asile ou "Dublinées".
Ainsi la Maif se met en contradiction avec l’éthique qu’elle revendique pour ses investissements.
En tant que citoyens, et/ou sociétaires nous dénonçons cette participation et demandons son retrait."

Voir la réponse de la Maif
Voir notre réponse à celle de la Maif



Lettre ouverte à



Monsieur le Président de la MAIF


 


 

Pour des investissements réellement responsables,


La MAIF doit cesser de financer la machine à expulser !



Confrontés aux conditions d’hébergement dans les PRAHDA nous avons découvert l’existence de cet investissement. Cela nous a amenés à nous interroger sur une véritable escroquerie à "l’investissement responsable".


En effet la présentation de cet investissement comme s’incrivant "dans une démarche innovante d’investissement à impact social" est un pur mensonge.


La création du "fonds à impact social" Hémisphère en 2017 par la SNI , filiale de la Caisse des Dépôts, avait pour objet de répondre à un appel d’offre de l’État pour un nouveau programme d’hébergement de demandeurs d’asile (PRAHDA). En effet les lieux d’hébergement et d’accueil sont structurellement sous-dimensionnés
depuis des années.


Mais lorsque l’on regarde les PRAHDA, on constate qu’il s’agit d’un accueil "low cost"qui ressemble davantage à une antichambre à l’expulsion qu’à un véritable accueil. Les PRAHDA ont comme fonction d’accueillir pendant 45 jours, renouvelables une fois, des demandeurs d’asile qui n’ont pas encore déposé leur demande, ou bien qui attendent une réponse de l’administration. C’est aussi un lieu de regroupement des fameux "dublinés," qui doivent être renvoyés vers le pays de l’espace Schengen où ils ont déposé leurs empreintes la première fois. Le centre est le lieu où l’administration peut les assigner à résidence, en attendant leur expulsion.


Le rachat d’anciens « Formule 1 » par le fonds Hémisphère est une opération financière puisque la SNI, « maître d’œuvre », "promet à ses partenaires un taux-plancher de 3,5%, un chiffre attrayant puisque le placement bénéficie de multiples garanties des filiales de la Caisse des dépôts. Le taux sera en outre amélioré en fonction d’un certain nombre de critères sociaux, préalablement établis :
niveau de scolarisation des enfants accueillis, réussites en termes de relogement des individus et des familles… Le gestionnaire des logements, Adoma (ex-Sonacotra, filiale de la SNI) est ainsi incité à ne pas se contenter d’un rôle de simple accueillant. Un auditeur externe sera mandaté (sans doute un des grands cabinets anglo-saxons de la place) pour vérifier que les critères sont effectivement remplis. Outre le retour financier, ce sont la lisibilité et le fléchage transparent d’un tel placement qui attirent les investisseurs. Ces derniers connaissent dans ce système précisément les actifs dans lesquels sont placés leurs fonds et l’usage qui en est fait. Ils peuvent aussi estampiller ces participations parmi
leurs investissements socialement responsables – ce qui n’est jamais mauvais en termes de communication. " ("Challenges", 17-3-17)


De mauvais esprits font remarquer que ces "critères sociaux" correspondent à des obligations légales de base dans notre pays (scolarisation) ou à une vue de l’esprit (relogement) s’agissant de demandeurs d’asile promis pour beaucoup à l’expulsion ou à la clandestinité.


Par contre, l’effet pervers immédiat de ce taux de rapport de 3,5% est de réduire d’autant la prestation de service aux hébergés...déjà réduite par le prix de journée alloué par l’Etat à ce programme : "Alors que le coût moyen d’une journée d’hébergement avec assistance sociale est estimé à 23 euros TTC, le coût journalier moyen des nouvelles places d’hébergement est estimé à 18 euros TTC",
avoue cyniquement le Ministère du Logement, cité par la Caisse des Dépôts
https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Articles/Articles&cid=1250278805787


De fait il sera réduit à 16,5 euros...


La Maif, qui s’est dotée en 2009 d’une "Charte de l’investissement responsable", et dont le président et le directeur général viennent de rappeler dans l’éditorial de son dernier bulletin aux sociétaires ("Maif social club n °176 de janvier 2018) "Notre éthique en matière de placements", ne peut décemment demeurer dans ce Fonds d’Investissement.


En effet son rôle et son action contreviennent au principe n°1 du Pacte mondial des Nations Unies auquel la Maif déclare souscrire :


"Principe 1 : Les entreprises sont invitées à promouvoir et à respecter la protection du droit international relatif aux Droits de l’Homme."


Dans lequel il est précisé : "Une attention particulière devrait être accordée aux droits des
groupes vulnérables, notamment les femmes, les enfants, les personnes atteintes de handicaps, les peuples autochtones, les travailleurs migrants, les personnes âgées, etc."


En conséquence, les soussigné-e-s, parmi lesquel-le-s des sociétaires Maif qui se signalent comme tel-le-s, demandent :


1-Le retrait de la Maif du fonds Hémisphère


2-Dans l’attente de l’effectivité de ce retrait, le reversement des 3,5% de dividende à des associations effectivement engagées dans un vrai
accueil des exilé-e-s, telles que la Auberge des Migrants, Roya Citoyenne, GISTI, Cimade,...


3-Une communication claire et sans ambiguïté en direction des sociétaires, après analyse des responsabilités, sur le manquement aux engagements qu’a représenté cet investissement.

jeudi 29 mars 2018.

Je signe cette pétition...  Que mettre ici ?
Que mettre ici ?

Comment ça marche ?
Comment signer en 3 étapes :
1. [Maintenant !] Remplissez le formulaire ci-dessous et cliquez sur « Valider ». Aussitôt, le site va automatiquement vous envoyer un email (courriel) pour s’assurer de votre existence et que ce n’est pas une plaisanterie douteuse mais que vous avez bien l’intention de signer

2. [Dans 5 minutes] Vous allez recevoir cet email (courriel) de confirmation automatique.

3. [Dès réception !] Cliquez sur le lien contenu dans le mail de confirmation, ou bien, si le lien est inactif, copiez le dans votre navigateur internet favori (Firefox, Safari, Mozilla, Netscape, Opera, Explorer...).
N’attendez pas ! Faites le dès réception du message. Merci !
- Oui, vous pouvez confirmer plusieurs jours après, mais pourquoi attendre et risque d’oublier ?! -
La signature apparaîtra une heure plus tard environ dans la liste des signataires.

En cas de problème, répondez au message, sans rien effacer, et en expliquant au mieux ce qui se passe... Un humain(!) vous répondra.

Identifiants personnels
email_adress :
email_confirm:


  •  Que mettre ici ?
    Que mettre ici ?

    AVERTISSEMENT À PROPOS DES EMAILS
    Entrez votre adresse email sous sa forme simple, par exemple mdubois@erenis.fr ou marie.dubois@papiers.org

    SVP n’allez pas plus loin si vous n’êtes pas sûr(e) de votre adresse courriel (email) ou si votre boîte email est pleine et ne peut plus recevoir de messages :
    Comme expliqué ci-dessus, cette adresse courriel est obligatoire pour la validation : un message automatique doit y être envoyé.
    Ce message contiendra un lien internet avec un code de confirmation personnel et unique.
    Après signature, surveillez votre boîte email !
    . Assurez-vous que votre boite email n’est pas pleine et peut recevoir des messages,
    . Assurez vous que personne d’autre n’a accès à vos messages,
    . Si vous utilisez un système anti-spam (bien !), vérifiez que ce mail ne soit pas bloqué, ou surveillez ceux qui ont déjà été bloqués pour voir s’il n’y est pas !
    ... sinon votre confirmation de signature ne pourra jamais aboutir !
    Il suffira de cliquer sur le lien qui sera indiqué dans le mail pour confirmer votre engagement.

    En cas de problème, si votre adresse email est refusée, ou si vous n’avez pas reçu d’email après plusieurs heures, etc. : contactez resf.appel@gmail.com ... Un humain(!) vous répondra.

    NB : Une adresse courriel ne peut pas être réutilisée pour une seconde signature.

    Les adresses courriel collectées ne sont pas rendues publiques, ni dans la liste des signataires, ni autrement.

  •  Que mettre ici ?
    Que mettre ici ?


    Que mettre ici ?
    Une pétition si elle est bien sûr une manifestation de solidarité et de soutien à la cause décrite a pour vocation de convaincre les autorités et les juges du bien fondé de cette cause et du sérieux et de la motivation des signataires. Il faut donc qu’elle apparaisse dans tous ses éléments comme crédible et respectueuse : Nom : nom et prénom du signataire (évitez les pseudos : celui qui signe s’engage personnellement) suivi autant que possible d’une indication qui peut lui donner du poids et/ou du sens : métier, fonction ...
    Entrez votre nom comme par exemple « Marie Dubois »
    (prénom nom, et autres précisions que vous jugerez utiles : Ville, Fonction, Mandat, Appartenance...). Nous protégeons strictement votre adresse email ; Nous faisons le maximum pour que les autres informations ne soient pas archivées sur internet et consultables quand on y fait une recherche. Mais votre nom et les autres indications que vous y joignez sont visibles à la consultation des dernières signatures.
    Évitez donc d’indiquer dans cette zone "votre nom" une adresse email ou postale, protégez-vous !
    . Risque légal : La plupart des pétitions ne comportent pas ce risque (délit de solidarité"). si vous ne souhaitez pas assumer ce risque, vous avez le choix de ne pas signer, ou de signer avec un pseudonyme mais ce dernier recours ôte de la crédibilité à la pétition toute entière.
    Vous pouvez exprimer votre soutien de bien d’autres façons : faire un don, aider le collectif le plus proche de vous, etc.


    En cas de problème, si vos noms ou qualités comportent une erreur, si vous souhaitez les changer, si vous souhaitez qu’un(e) proche signe avec votre adresse email, etc. : contactez appel@resf.info si possible en répondant au message reçu de façon à conserver toutes les informations décrivant la pétition et votre signature, et avec la même adresse email que celle utilisée pour la signature ... Un humain(!) vous répondra.


    NB : Nous nous reservons la possibilité de rejeter les signatures comportant des noms ou autres indications à caractère injurieux ou infamants.

Un message, un commentaire ?
  •  Que mettre ici ?
    Que mettre ici ?

    Que mettre ici ?
    Une pétition si elle est bien sûr une manifestation de solidarité et de soutien à la cause décrite a pour vocation de convaincre les autorités et les juges du bien fondé de cette cause et du sérieux et de la motivation des signataires. Il faut donc qu’elle apparaisse dans tous ses éléments comme crédible et respectueuse.
    Votre commentaire doit être lié à l’objet de la pétition et donner une note plus personnelle à la signature.
    Éviter les formules stéréotypés et passe-partout ainsi que les commentaires agressifs et offensants, pratiquer la "litote" : dire moins pour suggérer davantage.
    Vos commentaires pourront peut-être être utilisés par les initiateurs de la pétition pour ajouter des arguments ou des formulations utiles à la défense de la cause objet de la pétition.

    Si vous voulez adresser une question ou un commentaire à RESF il faut s’adresser au contact indiqué pour cette pétition
    ou à : appel@resf.info

    Si, après avoir signé, vous voulez apporter une correction à votre commentaire, vous ne pourrez pas le faire vous-même
    ... mais vous pouvez vous adresser à appel@resf.info

Déjà signé?
1229 signatures en ligne

Dernières signatures
1229 signatures en ligne
Faire connaître cette pétition

FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 65-Hautes Pyrénées / ACTUALITÉ
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0