Malick DIOP, pris en charge par l'ASE après 16 ans, doit obtenir un titre de séjour ! L'OQTF du préfet des Hauts-de-Seine doit être annulée BONNE NOUVELLE : MALICK A RECU UNE APS EN ATTENDANT UN TITRE DE SEJOUR !

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 92-Hauts de Seine > Actions
Contact
Pictos - écrire - signer

P3375 - Malick DIOP, pris en charge par l'ASE après 16 ans, doit obtenir un titre de séjour ! L'OQTF du préfet des Hauts-de-Seine doit être annulée
BONNE NOUVELLE : MALICK A RECU UNE APS EN ATTENDANT UN TITRE DE SEJOUR !

 


Au Sénégal, Malick a été élevé par un oncle et a pu aller à l’école jusqu’à l’âge de 8 ans. Ensuite il a dû travailler pour aider sa famille. Quand il a eu 15 ans et demi, il est parti, dans l’espoir d’une vie meilleure.


Arrivé en France, il a été pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance alors qu’il avait un peu plus de 16 ans.


Malick a demandé son « admission au séjour » à la préfecture des Hauts-de-Seine lorsqu’il est devenu majeur, en s’appuyant sur la loi qui permet la délivrance d’un titre de séjour pour les jeunes pris en charge par l’ASE entre 16 et 18 ans.


Mais la préfecture des Hauts-de-Seine a décidé de tourner le dos à la bienveillance à laquelle les circulaires invitent pour l’examen de la situation de ces jeunes arrivés mineurs en France, et sa demande a été rejetée avec OQTF.


Malick remplit pourtant les critères montrant ses « réelles perspectives d’insertion professionnelle », ce qui aurait dû amener le préfet à lui accorder un titre de séjour.
Dès qu’il est arrivé en France, en avril 2016, il a immédiatement suivi des cours de français et un « atelier de citoyenneté ». Il a été inscrit à la rentrée 2017 en CAP Cuisine, donc dans une formation professionnelle, où il réussit brillamment. Il est parmi les meilleurs éléments de sa classe et il a fait plusieurs stages en cuisine.


  • Ses enseignants reconnaissent « son investissement de manière acharné dans un travail personnel »,


  • Ses éducateurs reconnaissent « qu’il est respectueux des règles de vie du lycée, qu’il est sérieux et que son attitude et son travail sont exemplaires »,


  • Les professionnels reconnaissent « qu’il fait un très bon travail au niveau culinaire et qu’il est très impliqué ».


Il est donc à même d’obtenir le CAP Cuisine qu’il prépare et pourra s’insérer sur le marché du travail dans la foulée et ainsi devenir rapidement autonome.
Il n’y a rien qui puisse justifier que son parcours d’intégration soit interrompu par une décision qui s’avère injuste car elle ne tient compte ni de sa situation personnelle ni de son mérite.
Malick, qui présente tous les signes de son intégration à notre société, doit pouvoir poursuivre la formation qu’il a entamée et obtenir son diplôme dans des conditions décentes.


Monsieur le Préfet, nous vous demandons donc de revenir sur votre décision et de délivrer à Malick DIOP le titre de séjour auquel il peut prétendre.


Nous demandons que Malick puisse continuer en France ses études, qu’il puisse passer son CAP. Nous demandons que le Préfet des Hauts de Seine lève sa décision de refus de séjour et d’obligation de quitter le territoire.


 


Collectif de mineurs & jeunes majeurs isolés du 92

mardi 4 décembre 2018.

371 signatures en ligne La pétition est close
Faire connaître cette pétition

FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 92-Hauts de Seine / Actions
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0