EVREUX : PETITION POUR LE DROIT AU SEJOUR DE JEAN IPOSO OHOTO

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 27-Eure > Pétitions RESF27
Contact

Ne séparez pas ce père de ses trois enfants!

P3384 - EVREUX: PETITION POUR LE DROIT AU SEJOUR DE JEAN IPOSO OHOTO

 

Monsieur le Préfet de l’Eure,
Nous - amis et camarades de classe, parents d’élèves, citoyens - vous demandons de bien vouloir annuler l’Obligation à Quitter le Territoire Français que vous venez de notifier à Monsieur Jean IPOSO OHOTO et lui accorder un titre de séjour "vie privée et familiale" pour lui permettre de vivre en France auprès de ses enfants et leur permettre de continuer à vivre auprès de leur mère retrouvée.


Monsieur le Préfet de l’Eure,


Jean IPOSO-OHOTO a dû fuir la RDC en mars 2016 pour sauver sa vie et celle de ses trois enfants, après avoir été arrêté, incarcéré et torturé suite à sa “désertion” de l’armée Congolaise où on l’avait envoyé, à son insu, dans des opérations de guerre, sur le front de Goma, en mai 2012, alors qu’il avait travaillé bénévolement pendant plusieurs mois sur un poste d’accueil d’une caserne dans l’espoir d’y être embauché.


Ayant réussi à s’échapper de cet enrôlement forcé, il a dû se cacher pendant près de deux années,sans aucune nouvelle de sa compagne et de ses enfants.


Il ignorait alors qu’elle avait tenté de le retrouver en allant à Goma avec les enfants, en pleine période de troubles, et qu’elle y avait été victime de très graves violences à la suite desquelleselle avait disparu en laissant les enfants seuls dans la rue.


Ce n’est que lorsqu’il a enfin pu prendre le risque de sortir de la clandestinité qu’il a pu reprendre contact avec ses beaux-parents et faire venir auprès de lui ses enfants qui avaient été recueillis par un proche.


A Kinshasa où il avait retrouvé un emploi et où ses enfants étaient désormais scolarisés, des militaires l’ont reconnu. Peu après, il été enlevé, incarcéré et torturé, soumis à des sévices de toutes natures pendant plus d’une semaine. Promis à une mort certaine, il n’a dû d’avoir la vie sauve que grâce à la présence d’un de ses geôliers qui, étant de la même origine ethnique que lui, a accepté de se laisser corrompre et de l’aider à fuir.


Pour protéger ses enfants et se protéger, il a donc décidé de quitter la RDC pour rejoindre la France le 28 juillet 2016.


Grâce à un recoupement effectué par les travailleurs sociaux du 115, Monsieur Iposo a pu retrouver la mère de ses enfants, réfugiée en france suite aux violences dont elle avait, elle aussi, été victime. 


Débouté de sa demande d’asile le 28 août 2017, compte tenu de son état de santé (reconnu par la MDPH), consécutif aux traumatismes qu’il a vécus, et de la présence sur le territoire français de la mère de ses enfants il a sollicité un titre de séjour “vie privée et familiale”. 


Les enfants aujourd’hui âgés de 10, 14 et 16 ans sont scolarisés depuis leur arrivée en France ( respectivement en école primaire, collège et lycée) ; ce sont nos camarades de classe, nos voisins, les amis de nos enfants. Ils sont parfaitement intégrés et l’aîné des garçons vient d’ailleurs d’être repéré pour ses qualités exceptionnelles en rugby et intégrera le centre professionnel de Vannes dès septembre 2019. 


Leur maman, bien qu’ayant recomposé une cellule familiale avec un ressortissant français (elle est mère d’un enfant français, leur petite soeur) , participe à nouveau activement à leur éducation. 


Monsieur le Préfet de l’Eure, nous vous demandons de bien vouloir annuler l’Obligation à Quitter le Territoire Français que vous venez de notifier à Monsieur Jean IPOSO OHOTO et lui accorder un titre de séjour "vie privée et familiale" pour lui permettre de vivre en France auprès de ses enfants et leur permettre de continuer à vivre auprès de leur mère retrouvée.



EVREUX, le 17 décembre 2018.

vendredi 21 décembre 2018.

Je signe cette pétition...  Que mettre ici ?
Que mettre ici ?

Comment ça marche ?
Comment signer en 3 étapes :
1. [Maintenant !] Remplissez le formulaire ci-dessous et cliquez sur « Valider ». Aussitôt, le site va automatiquement vous envoyer un email (courriel) pour s’assurer de votre existence et que ce n’est pas une plaisanterie douteuse mais que vous avez bien l’intention de signer

2. [Dans 5 minutes] Vous allez recevoir cet email (courriel) de confirmation automatique.

3. [Dès réception !] Cliquez sur le lien contenu dans le mail de confirmation, ou bien, si le lien est inactif, copiez le dans votre navigateur internet favori (Firefox, Safari, Mozilla, Netscape, Opera, Explorer...).
N’attendez pas ! Faites le dès réception du message. Merci !
- Oui, vous pouvez confirmer plusieurs jours après, mais pourquoi attendre et risque d’oublier ?! -
La signature apparaîtra une heure plus tard environ dans la liste des signataires.

En cas de problème, répondez au message, sans rien effacer, et en expliquant au mieux ce qui se passe... Un humain(!) vous répondra.

Identifiants personnels
email_adress :
email_confirm:


  •  Que mettre ici ?
    Que mettre ici ?

    AVERTISSEMENT À PROPOS DES EMAILS
    Entrez votre adresse email sous sa forme simple, par exemple mdubois@erenis.fr ou marie.dubois@papiers.org

    SVP n’allez pas plus loin si vous n’êtes pas sûr(e) de votre adresse courriel (email) ou si votre boîte email est pleine et ne peut plus recevoir de messages :
    Comme expliqué ci-dessus, cette adresse courriel est obligatoire pour la validation : un message automatique doit y être envoyé.
    Ce message contiendra un lien internet avec un code de confirmation personnel et unique.
    Après signature, surveillez votre boîte email !
    . Assurez-vous que votre boite email n’est pas pleine et peut recevoir des messages,
    . Assurez vous que personne d’autre n’a accès à vos messages,
    . Si vous utilisez un système anti-spam (bien !), vérifiez que ce mail ne soit pas bloqué, ou surveillez ceux qui ont déjà été bloqués pour voir s’il n’y est pas !
    ... sinon votre confirmation de signature ne pourra jamais aboutir !
    Il suffira de cliquer sur le lien qui sera indiqué dans le mail pour confirmer votre engagement.

    En cas de problème, si votre adresse email est refusée, ou si vous n’avez pas reçu d’email après plusieurs heures, etc. : contactez resf.appel@gmail.com ... Un humain(!) vous répondra.

    NB : Une adresse courriel ne peut pas être réutilisée pour une seconde signature.

    Les adresses courriel collectées ne sont pas rendues publiques, ni dans la liste des signataires, ni autrement.

  •  Que mettre ici ?
    Que mettre ici ?


    Que mettre ici ?
    Une pétition si elle est bien sûr une manifestation de solidarité et de soutien à la cause décrite a pour vocation de convaincre les autorités et les juges du bien fondé de cette cause et du sérieux et de la motivation des signataires. Il faut donc qu’elle apparaisse dans tous ses éléments comme crédible et respectueuse : Nom : nom et prénom du signataire (évitez les pseudos : celui qui signe s’engage personnellement) suivi autant que possible d’une indication qui peut lui donner du poids et/ou du sens : métier, fonction ...
    Entrez votre nom comme par exemple « Marie Dubois »
    (prénom nom, et autres précisions que vous jugerez utiles : Ville, Fonction, Mandat, Appartenance...). Nous protégeons strictement votre adresse email ; Nous faisons le maximum pour que les autres informations ne soient pas archivées sur internet et consultables quand on y fait une recherche. Mais votre nom et les autres indications que vous y joignez sont visibles à la consultation des dernières signatures.
    Évitez donc d’indiquer dans cette zone "votre nom" une adresse email ou postale, protégez-vous !
    . Risque légal : La plupart des pétitions ne comportent pas ce risque (délit de solidarité"). si vous ne souhaitez pas assumer ce risque, vous avez le choix de ne pas signer, ou de signer avec un pseudonyme mais ce dernier recours ôte de la crédibilité à la pétition toute entière.
    Vous pouvez exprimer votre soutien de bien d’autres façons : faire un don, aider le collectif le plus proche de vous, etc.


    En cas de problème, si vos noms ou qualités comportent une erreur, si vous souhaitez les changer, si vous souhaitez qu’un(e) proche signe avec votre adresse email, etc. : contactez appel@resf.info si possible en répondant au message reçu de façon à conserver toutes les informations décrivant la pétition et votre signature, et avec la même adresse email que celle utilisée pour la signature ... Un humain(!) vous répondra.


    NB : Nous nous reservons la possibilité de rejeter les signatures comportant des noms ou autres indications à caractère injurieux ou infamants.

Un message, un commentaire ?
  •  Que mettre ici ?
    Que mettre ici ?

    Que mettre ici ?
    Une pétition si elle est bien sûr une manifestation de solidarité et de soutien à la cause décrite a pour vocation de convaincre les autorités et les juges du bien fondé de cette cause et du sérieux et de la motivation des signataires. Il faut donc qu’elle apparaisse dans tous ses éléments comme crédible et respectueuse.
    Votre commentaire doit être lié à l’objet de la pétition et donner une note plus personnelle à la signature.
    Éviter les formules stéréotypés et passe-partout ainsi que les commentaires agressifs et offensants, pratiquer la "litote" : dire moins pour suggérer davantage.
    Vos commentaires pourront peut-être être utilisés par les initiateurs de la pétition pour ajouter des arguments ou des formulations utiles à la défense de la cause objet de la pétition.

    Si vous voulez adresser une question ou un commentaire à RESF il faut s’adresser au contact indiqué pour cette pétition
    ou à : appel@resf.info

    Si, après avoir signé, vous voulez apporter une correction à votre commentaire, vous ne pourrez pas le faire vous-même
    ... mais vous pouvez vous adresser à appel@resf.info

Déjà signé?
592 signatures en ligne

Dernières signatures
592 signatures en ligne
Faire connaître cette pétition

À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 27-Eure / Pétitions RESF27
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0