CHRONIQUE DE L'INTOLERABLE > Macron, an II (mai 2018- avril 2019)

Accueil > RESF > Chronique de l’INTOLERABLE > Macron 2017-2020
Contact
  2 RESF - Logo RESF moyen 90x126 avec texte "resf"

CHRONIQUE DE L'INTOLERABLE > Macron, an II (mai 2018- avril 2019)

 

Ce qui était inacceptable sous les quinquennats de Nicolas Sarkozy et François Hollande le reste sous celui de leur successeur. Ces « chroniques de l’intolérable » illustrent et affirment notre vigilance et notre détermination à voir changer des situations inadmissibles.

Pour tous, la loi doit changer !
Nous suivrons ces personnes et ces familles au fur et à mesure que des informations nous parviendront


Nota : cette chronique n’est ni exhaustive, ni complète, ni définitive. Elle est en perpétuelle actualisation.
Contact par mail resf-adminsite@rezo.net

2019
Avril 2019
Mars 2019
Février 2019

2018
Décembre 2018
Novembre 2018
Octobre 2018
Aout 2018
Juillet 2018
Juin 2018
Mai 2018



AVRIL 2019


25 avril


Les Ollières (07)


Moussa Kondé, orphelin guinéen de 19 ans, enfermé au CRA de Lyon. En France depuis 3 ans, en apprentissage de maçonnerie au CFA de Livron, il a été convoqué à la gendarmerie des Ollières-sur-Eyrieux pour une "simple formalité", en fait envoyé en rétention en vue d’une expulsion pour la Guinée


25 militaires armés et gilets pare-balles, et la brigade cynophile, ont été mobilisés pour évacuer les soutiens qui tentaient de s’opposer à l’arrestation de Moussa.


 Moussa attend une date d’audience au CAA de Lyon, les dizaines d’attestations (scolarité, professeurs, associations, employeur avec promesse d’embauche, collègues de travail, famille d’accueil, camarades de classe...) prouvent que toutes les conditions de l’octroi du titre de séjour sont remplies. Seul un document prouvant le décès de ses parents est attendu par la cour.
 


24 avril


Langogne (48)


Acharnement contre la famille Hajdarmartaj et leur fils Arnold, 10 ans, scolarisé à l’école primaire.


En février, cette famille albanaise est assignée à résidence.


La jeune femme âgée de 35 ans, est hospitalisée après une 1ère tentative de suicide, suivie d’une nouvelle tentative, toujours hospitalisée


L’assignation prend fin le 9 avril, mais le 24, alors que la jeune femme est toujours hospitalisée, la gendarmerie remet à son mari une nouvelle assignation à résidence avec l’obligation pendant les vacances scolaires de venir pointer accompagné de son fils.


M. Hajdarmartaj craint d’être expulsé avec son fils.


 


23 avril


Issy les Moulineaux (92)


Vassiriki Doumbia, arrêté à Paris alors qu’il se rendait à son ambassade pour chercher son passeport.


Enfermé depuis au CRA de Vincennes. En France depuis 2011, père de trois enfants dont deux scolarisés. En attente du résultat d’une procédure d’asile pour ses filles, il n’a pas déposé de demande d’admission exceptionnelle au séjour, procédure pour laquelle il remplit tous les critères.


18 avril


Rennes (35)


Renvoi annoncé en Géorgie de Madame O., 66 ans, à qui la PAF a remis une assignation à résidence et fait entrevoir un vol imminent. Elle est arrivée en France en 2010, avec son mari, ses deux filles adultes, son gendre et ses 3 petits-enfants. La famille d’origine arménienne, fuyait de graves difficultés en Géorgie, mais a été déboutée de sa demande d’asile.


Le mari de madame O. est décédé à Rennes. Les petits-enfants ont construit leur vie en France. Les deux aînés, aujourd’hui majeurs, régularisés, sont étudiants à l’université et travaillent pour aider leur famille. Une autre est lycéenne, et la plus jeune, née en France, est à l’école élémentaire. En octobre 2018, la préfecture refuser un titre Etranger malade à Mme O, malade, et a délivré une Obligation de Quitter le Territoire Français. Au bout de 9 ans en France !


16 avril


Avignon (84)


Aboudou Raoufou SAMADOU interpellé à la suite d’un simple contrôle d’identité, enfermé au centre de rétention de Paris-Vincennes.


Arrivé en France en 2007, il a eu des titres de séjour de 2007 à 2017, d’un an à chaque fois. Il avait rendez-vous à la préfecture d’Avignon le 29 avril 2019 afin de renouveler ses documents. Sa compagne est française, ils ont trois enfants, 9, 4 et 2 ans, dont deux scolarisés. 


 


12 avril 2019.



Sarreguemines (57)


Originaires du Kosovo, Bislim SHABANI et son épouse sont arrivés en France fin 2014 avec leurs deux enfants : Berat né le 29/05/2006 et Alfred né le 05/08/2008.
 Les contacts qu’ils ont gardé dans leur pays confirment que les graves menaces qui les ont poussés au départ sont loin d’être terminées. Les enfants les premiers sont menacés, ainsi que leurs parents s’ils sont retrouvés.
 Berat est actuellement scolarisé en classe de 5e au collège Himmelsberg et Alfred en CM2 à l’école publique Blauberg de Sarreguemines. C’est leur 4e année scolaire, qu’ils poursuivent brillamment. Mr Shabani occupe un emploi dans l’hôtellerie. Grâce à ses compétences linguistiques (il maîtrise 5 langues), son savoir faire dans tous les domaines , il répond au besoin de flexibilité recherché et donne toute satisfaction dans le domaine.
Malgré les graves menaces dont ils sont l’objet au Kosovo, sans pouvoir être défendus par la police de leur pays... leur demande d’asile n’a pas abouti . La CNDA n’a pas plus entendu leurs craintes en cas de retour.


10 avril


Lozère (48)


Arrestation d’Haroon AFRIDI, lors de son pointage quotidien au commissariat, pour l’emmener en centre de rétention d’où il sera expulsé, sans doute vers le Pakistan.


 En mai, cela fera 4 ans que M. AFRIDI a fui son pays en raison de son appartenance ethnique (il est Pachtoun, ethnie est discriminée dans l’ensemble du pays.)


Haroon a subi le pire lors de sa fuite : la prison et les violences en Iran et en Turquie ; puis les camps de Bulgarie avec tabassages et morsures de chiens, les camps de Serbie, la jungle de Calais … Il a trouvé sa place en Lozère où il a montré une volonté acharnée de s’intégrer, de trouver du travail qu’il a trouvé plusieurs fois, mais il n’y a pas été autorisé.


Le 24 avril prochain, il était convoqué au GUDA à Montpellier pour déposer une demande de réexamen.


9 avril


Bois Colombes (92)


Convocation à l’aéroport pour embarquement immédiat de Shéryl NUNAG épouse OFALSA, mère de 2 enfants de 5 et 3ans ½, tous deux scolarisés. En France depuis 2006, elle est depuis 2013 titulaire d’un titre de séjour « salarié ». Ayant perdu un de ses employeurs à la suite d’un conflit, son titre de séjour ne lui a pas été renouvelé malgré les bulletins de salaire d’autres employeurs.


La préfecture lui a délivré une Obligation de Quitter le Territoire Français suivie de la rétention de son passeport et d’une assignation à résidence lorsqu’elle s’est présentée à la Préfecture avec un nouveau contrat de travail.


Son mari est en attente de sa carte « salarié », ses parents sont en France et titulaires de cartes de séjour. Elle n’a plus aucune famille aux Philippines.
 


 3 avril 2019
Etampes (91)
M. Ramos Uricare, sa femme Mme Rodriguez de Ramos et leur trois enfants Adrian, Bianca et Samantha ont fui le Venezuela et sont venus rejoindre leur famille en France. Ils sont arrivés en novembre 2017.

Les trois enfants sont scolarisés à Etampes respectivement depuis octobre 2018, février 2018 et janvier 2018 et sont d’excellents élèves. Aucun d’eux ne parlait français à leur arrivée, c’est dire les efforts qu’ils ont fournis pour s’intégrer à leur nouveau pays. Adrian a été scolarisé directement en 1ère STI2D, au lycée Geoffroy Saint Hilaire, sans passer par une classe d’intégration pour primo-arrivants. Il a eu les encouragements au 1er semestre et souhaite continuer en BTS après son baccalauréat. Bianca est en 3ème au collège J.E. Guettard et a eu les félicitations à chaque trimestre. Samantha, quant à elle, est scolarisée à l’école Eric Tabarly dans une classe de primo-arrivants et est déjà prête pour intégrer une classe classique dès la prochaine rentrée.
Les parents ont été déboutés de leur demande d’asile.


 



MARS 2019


29 mars 2019
Colombes (92)
 
Madame Shéryl NUNAG vit en France depuis 2006 et elle est depuis 2013 titulaire d’un titre de séjour « salarié ». Ayant perdu un de ses employeurs à la suite d’un conflit, son titre de séjour ne lui a pas été renouvelé malgré les bulletins de salaire d’autres employeurs.

Madame Shéryl NUNAG a deux enfants de 5 ans et 3 ans 1/2 nés en France et tous les deux scolarisés en école Maternelle. Son mari, épousé en France le 05-07-2014 est en attente de sa carte « salarié », les parents de Madame Shéryl NUNAG sont en France et titulaires de cartes de séjour. Elle n’a plus aucune famille aux Philippines.

La préfecture lui a délivré une Obligation de Quitter le Territoire Français suivie de la rétention de son passeport et d’une assignation à résidence lorsqu’elle s’est présentée à la Préfecture avec un nouveau contrat de travail avec convocation à l’aéroport le 9 avril.


21 mars


Le conseil constitutionnel valide les tests d’âge osseux pour les jeunes migrants.


 


20 mars 2019



Marseille (13)
Monsieur et Madame Bel-Hamri sont arrivés en France en janvier 2013.
Leur fils Fayçal est aujourd’hui en classe de CM1 à l’école Barthélémy St Savournin. Il a fait toute sa scolarité à Marseille, et a participé à différentes activités dans notre ville : karaté, scoutisme…
Depuis 2015 , Mme Bel-Hamri est bénévole dans l’association Abbé Pierre. Elle a fait plusieurs formations dans ce cadre (accueil des personnes sans abris, insalubrité des logements).

En octobre 2018, suite à leur demande de titre de séjour, M. et Mme Bel-Hamri ont reçu un récépissé de 3 mois les autorisant à travailler. Ils se sont inscrits à Pôle Emploi, et Mme Bel-Hamri a signé un contrat d’un an avec l’ADPEI. Or, le 17 décembre 2018, ils ont reçu une Obligation de Quitter le Territoire Français, contre laquelle ils ont déposé un recours.



 20 mars 2019



Nîmes (30)
Daniel Bystrytskyi est en terminale L au lycée Philippe Lamour à Nîmes. Sa soeur est au collègue. Lui et ses parents sont en France depuis 2 ans, pour fuir le conflit dans la région du Donbass en Ukraine. Ils se sont vus refusés deux demandes de titre de séjour et ont reçu une Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF) le 15 mars.


19 mars


Montpellier (34)


Interpellation d’Ibrahima, jeune guinéen, par la PAF (Police Aux Frontières) arrêté dans son foyer, puis après une garde à vue pour mise en doute de sa minorité, il est incarcéré le 21 mars à la maison d’arrêt pour adultes de Villeneuve Lès Maguelone. L’ASE a suspendu la prise en charge sans attendre le jugement. Ses professeurs n’ont pas été prévenus. En 2016, à 14 ans, Ibrahima, a entrepris depuis la Guinée un long voyage de tous les dangers, via le Niger, l’Algérie, la Libye et l’Italie ...


Arrivé en France en mars 2018 il a été pris en charge à Montpellier par l’Aide Sociale à l’Enfance. Hébergé depuis septembre 2018 au foyer résidence habitat jeunes à Béziers, il est scolarisé en lycée à Bédarieux où il prépare un CAP. Il aura 17 ans fin mai 2019.


Le 23 avril 2019 il sera jugé en correctionnelle à Montpellier


14 mars


Noisy le Grand (93)


Papa Samba Sarr, professeur de maths, a été interpellé à la sortie du lycée Evariste Galois où il enseigne, placé en garde à vue et enfermé au CRA de Plaisir (78). En France depuis 2013, il travaille dans l’Education nationale depuis 2016. C’est l’impossibilité d’obtenir un rendez-vous par Internet à la sous-préfecture du Raincy qui explique qu’il n’ait pas pu changer son statut d’étudiant à salarié et qu’il soit devenu sans-papier.


Libéré le 18 mars par la J L D, mais l’OQTF est maintenue. La mobilisation se poursuit.


 


14 mars


Vanves (92)


Rétention en ZAPI de Roissy de Kadjatou Souleymane, mère de famille nigérienne en France depuis 2003, régularisée en 2013. Après un séjour d’une année au Niger (décès de son père), un visa de tourisme lui a été délivré. A Roissy, faute d’avoir pu montrer les garanties d’hôtel et de ressources exigées pour les touristes, elle n’a pas été autorisée à retrouver son mari, ses enfants et son logement.


Renvoyée le 21 mars à Niamey. 


Roya citoyenne


Sept personnes, dont trois membres du Conseil d’administration de Roya Citoyenne ont été réveillées au petit matin, perquisitionnées, emmenées en garde à vue ( certains menottés devant leurs enfants) par des gendarmes armés. Alain Creton :"A 6 heures du matin, ils tambourinaient comme des fous, ils sont rentrés avec des fusils d’assaut,équipés pour aller au combat. J’avais un gamin de cinq ans à la maison, vous vous rendez compte ! »


12 mars


Lyon


Garde à vue pour Issiaka, jeune majeur lyonnais de 18 ans et 3 mois pris en charge par l’ASE. A sa sortie, OQTF sans délai, interdiction de retour de 18 mois et convocation au tribunal correctionnel. Deux jours plus tard, il a tout perdu : mis à la porte du foyer où il résidait depuis presque 3 ans, il ne peut plus poursuivre sa formation en CAP, le département en ayant coupé le financement. Pas d’autre solution pour lui que le 115.


Rhône (69)
Nerxhivane et Fidan réfugiés kosovares, sont entrés « illégalement » sur le sol Français en 2011. Les deux enfants, Roza (8 ans) et Rion (6 ans), sont nés et scolarisés en France
Alors de demande d’asile dont ils ont été déboutés en demande de titre de séjour, auxquelles ils pensaient de bonne foi avoir droit, ils ont abouti à des Obligations de Quitter le Territoire Français réitérées tous les deux ans. La dernière en septembre 2018, sans délai, et assortie d’une interdiction de retour d’un an.
Le 8 mars 2019, Madame Toska, seule chez elle avec ses deux enfants de 6 et 8 ans encore endormis (Le papa est au travail, comme tous les matins) est effrayée quand elle entend frapper à la porte.
Elle n’ouvre pas immédiatement. Fallait-il vraiment que la PAF enfonce la porte ?
Les enfants ont été tirés de leur lit ou ils restaient cachés, pleurant en claquant les dents, terrorisés par les bruits de la porte enfoncée et les policiers qui entrent en nombre dans leur chambre. Madame a reçu l’injonction de s’habiller au plus vite sinon elle serait ramenée à l’aéroport en pyjama.
Elle a été conduite à l’aéroport, montée à l’avion les pieds et poings liés, où elle n’a été détachée que lorsque l’avion avait pris de l’altitude... sous les yeux de la petite Roza qui a découvert dans l’appareil sa mère menottée.



 


5 mars 2019



Amiens (80)
Menad Lamrani, né le 18 janvier 1996, est arrivé à Amiens venant d’Algérie le 11 novembre 2015. Il est hébergé par sa sœur et fréquente depuis janvier 2017 le lycée de l’Acheuléen.

Il y réussit très bien et, après une période d’adaptation en classe d’accueil, il a entamé une formation d’Installateur Sanitaire et doit passer le CAP en juin 2019. Ses professeurs le complimentent régulièrement et lui ont recommandé de préparer un bac professionnel en deux ans après le CAP.
Menad est licencié à l’Amiens Université Club, section Athlétisme où il entraine les jeunes deux fois par semaine. En 2018, il a permis au club d’accéder à l’Elite 1(les 8 meilleurs clubs français) en courant le 3000 m Steeple, il a fini 3ème de la Transbaie 2018 derrière les deux kényans et a réalisé la meilleure performance Espoirs en France en semi-marathon.
La préfecture de la Somme a prononcé une OQTF : Menad doit quitter le territoire français avant le 26 mars 2019, avant les épreuves du CAP.
 


4 mars


Gennevilliers (92)


Rafle à la sortie du métro. Arrestation de plusieurs pères sans papiers.


Jose Edinson MEZA, colombien, placé en centre de rétention de Paris-Vincennes 2019. Arrivé en France il y a 5 ans, il est marié, père d’une fille de 16 ans, scolarisée en 3ème, sa femme est enceinte de 6 mois. Il a refusé d’embarquer le 21 mars.


Farid LANANI a été arrêté à 8h du matin alors qu’il partait travailler et enfermé au CRA de Plaisir (78). La famille a 4 enfants dont 2, 11 ans et 7 ans, sont scolarisés. Cette famille algérienne est venue en France pour fuir des violences dans leur entourage. Ils n’ont plus de famille en Algérie, leurs parents sont décédés et c’est en France qu’ils ont choisi de vivre en paix.


Plusieurs samedis de mobilisation à Clichy contre les expulsions de parents sans papiers. Au 30ème jour de rétention, les deux pères ont été maintenus en rétention


Farid Lanani libéré le 5 avril, suite à un appel sur un vice de procédure.


 


Paris, 92


Fode Diaby, lycéen assigné à résidence dans le 92, interdit de venir à Paris et de préparer le BTS au lycée Jacquard (Paris 19ème). Il a reçu une OQTF de la préfecture de Nanterre, pour laquelle il a déposé un recours au Tribunal administratif. Forte mobilisation.



FEVRIER 2019


28 février 2019



Montceau-les Mines (42)

Mme SIMONINA L., jeune maman albanaise est arrivée il y a un an et demi à Montceau-les-Mines avec son mari et ses deux enfants en bas âge. Son mari a dû fuir son pays en raison des menaces sérieuses pour sa vie, du fait de la loi parallèle en vigueur dans son pays, le Kanun (dont l’une des caractéristiques principales est la possible vengeance personnelle, par le sang, sur les enfants mâles pour les conflits qui ont concernés leur père). L’angoisse permanente d’avoir à revenir en Albanie a un impact destructeur sur l’équilibre psychologique de son mari Mark L. qui est, ainsi que l’atteste son médecin, dans l’incapacité de s’occuper seul de ses enfants. Psychologiquement atteint il ne sort pas de son logement. Les enfants suivaient jusque-là une scolarité des plus normales à Saint-Vallier où ils sont logés, parlant déjà bien le français.
Le jeudi 21 février 2019, ellea été contrôlée alors qu’elle raccompagnait à Lyon sa belle-mère, venue d’Albanie en visite, afin qu’elle prenne le bus pour rentrer chez elle. Sans papier en règle, puisque la demande d’asile de sa famille a jusque là été refusée, Mme Simonina L. s’est vue retenue toute la journée à la Police de l’Air et des Frontières, puis transférée le soir au Centre de Rétention Administrative de Lyon. Rapidement, le juge des libertés et de la détention a jugé que sa situation ne justifiait pas sa libération, et il a donc été signifié à Simonina qu’elle serait prochainement mise dans un avion pour l’Albanie.

26 février 2019



Le Havre (76)



Alpha est né le 3 février 2002. Orphelin de père, maltraité, battu par des membres de sa famille, il a fui la Guinée avec l’aide d’un voisin secourable.
Arrivé en France en février 2018, il a été rejeté dès son premier entretien par l’ASE. Il a néanmoins pu avec le secours des associations commencer en septembre 2018 un apprentissage et prépare au lycée professionnel Horthitèque de Fauville en Caux un CAP horticole en alternance avec les établissements Aubry.
S’appuyant sur son livret scolaire guinéen et un acte de naissance qu’il avait réussi à récupérer, l’avocate d’Alpha a déposé une requête pour faire admettre sa minorité.
Reconvoqué à la PAF mardi 26 février, il a été placé en garde à vue et conduit au CRA (Centre de Rétention Administrative) de Oissel.
Il est sous le coup d’une OQTF sans délai assortie d’une IRTF de trois ans.


15 février


Toulouse (31)


Un jeune" Dublin" accueilli au CAO, embarqué manu militari au CRA de Toulouse alors qu’il était assigné à résidence et venait pointer comme chaque jour à la gendarmerie.


Il a refusé de monter dans l’avion et a pu faire un recours contre son arrestation à la gendarmerie sans traducteur. Recours gagné.



10 février 2019



Beauvais (60)
 La famille T. est présente en France depuis près de 7 ans. Elle est arrivée en mars 2012. Elle y éduque ses 3 enfants de manière irréprochable et participe activement à la vie de l’école.
Les enfants n’ont connu l’école qu’en France :
Anzhelika, la fille ainée, née en 2008, a été scolarisée depuis près de 7 ans, de septembre 2012 jusqu’au 15 octobre 2015 dans des écoles de Senlis ou demeurait la famille. Suite au rejet de la demande d’asile, la famille a dû se déplacer et sa scolarité s’est poursuivie à l’école Roquesable de Fleurines, puis à l’école E. Vaillant de Creil et à l’école Jean Macé de Beauvais.
Zhasmena, sa sœur cadette et son autre sœur Alexandra née à Beauvais en 2012 ont suivi un parcours similaire dans les mêmes écoles. Elles sont aussi à l’école Jean Macé de Beauvais actuellement.
Monsieur et Madame T. s’expriment maintenant couramment en français Ils font de leur mieux depuis leur arrivée en France pour s’intégrer avec leurs enfants. Mais cela est difficile quand le droit au travail leur est interdit. Pourtant, Monsieur T. est titulaire d’un diplôme supérieur en aviation : il était ingénieur technique dans son pays de 2005 à 2012. Et Madame T. est titulaire d’un diplôme supérieur en esthétique (cosmétologie).
La famille vient de recevoir une OQTF

7 février 2019
Paris (75)
Cherif Diallo est arrivé en France en 2014 (mineur isolé), son parcours l’a, dans un premier temps amené à Amiens, dans la Somme, où il était non seulement scolarisé en CAP Plomberie au Lycée de l’Acheuléen, mais aussi pris en charge par l’Aide Sociale dès octobre 2014
A sa majorité, en novembre 2016, il bénéficiera d’un Contrat Jeune Majeur jusqu ‘au 31 janvier 2018.
En novembre 2016, il s’est présenté à la Préfecture de la Somme pour déposer une demande de séjour « Etudiant » avec son éducatrice ASE, mais la Préfecture a refusé de prendre son dossier.
Titulaire de 2 CAP dans les métiers du bâtiment, Cherif décide de poursuivre ses études à Paris, où il est hébergé chez une connaissance. Il s’inscrit en Bac Pro au lycée Hector Guimard en Septembre 2018 ; Il comptait recommencer ses démarches de régularisation une fois bien installé.
Arrêté jeudi 7 février Porte de Pantin suite à un contrôle de police, Cherif Diallo s’est non seulement vu remettre une OQTF mais a été placé en Centre de Rétention à Vincennes !



5 février 2019



Vannes (56)



Elton et Vonessa sont arrivés d’Albanie en France en 2016, avec leurs enfants, Elva, Amla et Klejsi, qui n’avait alors que quelques mois. Fuyant la misère de leur pays et des menaces de mort pesant sur Elton (son père a été assassiné), le couple espérait trouver en France un asile : ils l’ont effectivement obtenu dans un premier temps, le CADA mettant à leur disposition un logement, une avocate défendant leurs droits, des enseignants et des parents leur réservant un bon accueil.
 Mais la situation a changé depuis qu’ils ont reçu une obligation de quitter le territoire français et qu’ils ont dû rendre leur logement : la famille est désormais séparée durant la nuit, la maman et ses enfants sont logés dans un mobil-home, dont ils sont mis à la porte le matin à 7 heures.
 



JANVIER 2019


24 janvier


Champigny sur Marne (94)


Levan GAGNIDZE a été arrêté à la gare du Nord. Emmené au commissariat, il a été rapidement libéré. Mais le lendemain, la police a appelé sa femme en demandant qu’il revienne afin de « faire son dossier ». A son arrivée, il a été retenu sous prétexte d’attendre un interprète et sa femme a été renvoyée. Le soir même il a été emmené au centre de rétention à Vincennes.


30 janvier, M. GAGNIDZE est sorti du CRA de Vincennes, il doit encore passer devant le tribunal administratif de Paris.


17 janvier


Tribunal de Bobigny (93)


Procès de Caroline pour entrave à la circulation d’un aéronef. Arrêtée pour avoir protesté le 30 juillet 2018 dans un avion en partance pour Erevan (Arménie) face à une scène de violence envers un sans papiers renvoyé en Arménie. Une nuit de garde à vue, l’impossibilité de partir, le vol aller et retour non remboursé.


16 janvier


Villers-Cotterets (02)


La famille AMGHAR, les deux parents, la grand-mère (86 ans) et 2 enfants mineurs scolarisées en collège, a été arrêtée et placée le lendemain dans un centre d’hébergement à Nogent-L’Artaud dans l’attente d’une décision d’expulsion prévue pour vendredi 18 janvier


10 janvier


Tribunal de Gap (05)


Marie, Pierre et Kevin ont été jugés coupables et sanctionnés pour avoir été solidaires avec des personne exilées. Qui par sa voiture, son thermos ou sa couverture de survie. Mais ne nous trompons pas, c’est à nouveau la solidarité et le devoir de fraternité qui ont été condamnés et pénalisés (rappel du verdict : 3 et 4 mois de prison avec sursis pour Pierre et Kevin et peine d’amende pour Marie). 


 


Mesnil Amelot (77)


Extension de la grève de la faim des retenus. Les conditions d’enfermement se sont considérablement détériorées : La nourriture est très critiquée, la salubrité des cellules, les conditions sanitaires et médicales déplorables. L’autoritarisme des policiers-gardiens dépassent très souvent le strict gardiennage


8 janvier 2019



Hauts de Seine (92)
Au Mali, Moussa a pu aller à l’école jusqu’à l’âge de 12 ans. Ensuite il a dû travailler pour aider sa famille. Arrivé en France, il a été pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance alors qu’il avait un peu plus de 16 ans.
Moussa a demandé son « admission au séjour » à la préfecture des Hauts-de-Seine lorsqu’il est devenu majeur, en s’appuyant sur la loi qui permet la délivrance d’un titre de séjour pour les jeunes pris en charge par l’ASE entre 16 et 18 ans.
Dès qu’il est arrivé en France, en janvier 2017, il a passé les tests du Centre Information et d’Orientation et il a été orienté vers un CAP de logistique, donc en filière pro., où il réussit et se prépare, par le biais de stages à s’intégrer en milieu professionnel.
Sa demande de régularisation a été rejetée avec OQTF.


 


7 janvier


Annecy(74)


La préfecture de Haute-Savoie a décidé de renvoyer Souleymane Diallo, 18 ans, jeune footballeur, en Guinée, le 7 janvier prochain. La préfecture met en avant son absence de création de lien social du jeune footballeur pour justifier son expulsion. Or Souleymane s’est au contraire parfaitement intégré. Il est arrivé en France à l’âge de 16 ans. Il a appris à parler le français. Il prépare un CAP de peintre et travaille déjà dans l’entreprise d’un entraîneur du club, qui a promis de l’embaucher.


4 janvier


Langogne (49)


Expulsion pendant les « fêtes » d’une famille albanaise, en France depuis 3 ans. Leur fils Eljan était en classe de 6ème.


 


3 janvier 2019


SOMME (80)


Madame Ermelinda Dos-Santos et Monsieur Antonio Malunzi ont fui l’Angola en mars 2017 en compagnie de leurs deux enfants Vidal et Hermal. Monsieur Antonio Malunzi, professeur fonctionnaire de biologie dans un lycée militaire de Luanda et militant du parti UNITA, avait, en septembre 2016, vu son salaire diminué de 70% en raison de son opposition au régime. Le 24 février 2017, alors qu’il manifestait dans le centre de Luanda, il a été arrêté, jeté en prison, torturé et transféré huit jours plus tard dans un hôpital militaire. Il a réussi à s’enfuir de cet hôpital pour arriver en France le 16 mars 2017 avec Ermelinda et leurs deux enfants. L’OFPRA et la CNDA leur ont refusé l’asile( juillet 2018).
Ils sont convoqués le 14 janvier 2019 au Tribunla Administratif d’Amiens.

 


3 janvier


Vincennes (94)


Grève de la faim des retenus du bâtiment 2 A du centre de rétention de Vincennes. Ils demandent


La libération de tous les prisonniers


Etre respecté et traiter dignement, on est pas des chiens.


La fermeture de ce CRA, qui a des gros problèmes d’hygiène.


Le respect de l’égalité entre tous le monde


La fin des violences policières


La fin des vols cachés et violents


De la bonne nourriture


Un véritable accès au soin


 


2019



 



DECEMBRE 2018


19 décembre


Guyane (971)


 


Au moins trois étudiants de l’Université de Guyane ont été enfermés au centre de rétention ces dix derniers jours. De nombreuses rondes de la Police aux frontières ont été constatées aux abords du campus.


La communauté universitaire est très inquiète de cette situation. Les étudiants concernés par ces arrestations n’ont d’ailleurs pas pu passer leurs examens de fin de semestre. Ils ne pourront donc pas valider leur diplôme.


 


 13 décembre


Dans la nuit, trois personnes ont été arrêtées par la police à Briançon alors qu’elles portaient secours à des exilé·e·s par une température de – 15 degrés. Parmi les cinq personnes secourues, quatre étaient des mineurs voyageant seuls dont deux auraient été pris en charge au Refuge solidaire.


Gap


Condamnation des 7 de Briançon par le tribunal correctionnel de Gap, qui les a déclarés coupables d’aide à l’entrée sur le territoire d’une personne en situation irrégulière. Benoit, Théo, Bastien, Lisa et Eleonora ont été condamnés à 6 mois d’emprisonnement avec sursis simple. Juan a été condamné à 12 mois d’emprisonnement dont 8 avec sursis simple et 4 fermes et Mathieu à 12 mois d’emprisonnement dont 4 fermes et 8 avec sursis avec mise à l’épreuve.


 


Sartrouville (78)


Oleksandr K., ressortissant ukrainien, enfermé au centre de rétention de Vincennes.


Depuis 10 ans, il fait des allers retours entre l’Ukraine et la France afin de ne pas se trouver en situation irrégulière. Il est entré pour la dernière fois sur le territoire, il y a deux mois et demi. Interpellé pour un contrôle d’identité, il n’a pu montrer les justificatifs de son entrée (malgré son passeport biométrique le prouvant et en possession de la préfecture de Police). M. K . vit en couple et participe à l’éducation et à l’entretien de l’enfant de sa compagne, ressortissante polonaise en situation régulière en France.


Premier refus d’embarquer le mercredi 26 décembre - attend son expulsion.


 


9 décembre


Paris


Arrestation et placement en rétention au CRA de Vincennes de Rachid Rizqy, ressortissant marocain en France depuis 18 ans. En France depuis 18 années, il est père de 3 enfants, âgés respectivement de 6, 4 et 2 ans, scolarisés dans le 18e arrondissement de Paris pour deux d’entre eux. Sa compagne a une carte de résident. Tous les recours de Rachid Rizqy devant le Tribunal administratif et le Juge des libertés ont été perdus. Deuxième tentative d’expulsion annoncée pour le 8 janvier.


 


3 décembre


Orléans (45)


Abdoul Mahdjid Touré, jeune majeur ivoirien de 19 ans, enfermé au CRA de Vincennes suite à un contrôle d’identité. Arrivé seul à 16 ans1/2 à Orléans, début janvier 2016, il n’obtient qu’en septembre 2016 la reconnaissance de sa minorité et le droit à une assistance éducative. Son parcours est jonché de difficultés, un patron peu scrupuleux met fin à son contrat d’apprentissage, c’est le motif pour lequel la préfecture du Loiret lui signifie en juillet 2018 un nouveau refus de séjour avec Obligation de Quitter le Territoire Français. Il a pourtant décroché un CDI le 20 mars 2018 dans la restauration à Créteil.


Expulsé pour la Côte d’Ivoire le 13 décembre


 



NOVEMBRE 2018


27 novembre


Clichy (92)


Enfermement au CRA du Mesnil-Amelot de Robert GASANIANI, ressortissant géorgien, arrivé en France avec sa femme en 2012. Ils ont déposé une demande d’asile qui a été rejetée par l’OFPRA et la CNDA. Expulsé en Géorgie début 2017, il est revenu en France peu après. Père de 3 enfants de 7, 5 et 4 ans, tous scolarisés à Clichy.


 


26 novembre


Paris


Amen, jeune burkinabe de 15 ans, gravement blessé après s’être jeté du 4ème étage dans l’atrium du palais de justice de Paris. Il avait été recalé une première fois « au faciès » de la DEMIE (cellule d’évaluation des MNA à Paris) puis à nouveau, malgré la demande d’évaluation transmise par l’antenne des mineurs du barreau de Paris.


 


15 novembre


Arles (13) -Nîmes (30)


Acharnement contre Aluisio Quintai, jeune angolais placé en rétention en août, dont l’OQTF avait été annulée, le Juge reconnaissant la réussite du parcours scolaire et d’intégration d’Aluisio.  La préfecture des Bouches du Rhône dénie sa minorité une nouvelle fois et, surtout, elle souligne que « l’intéressé ne justifie pas d’une intégration ou insertion socioprofessionnelle particulièrement notable et stable depuis son arrivée en France ». Aluisio a pourtant été de ceux que, le 5 novembre, le ministre de l’Education, JM Blanquer, est venu féliciter et récompenser dans son lycée.


 


La Garenne Colombes (92)


Saker NAKAI 23 ans, de nationalité tunisienne, placé en centre de rétention de Paris-Vincennes. a été interpellé à la suite d’un simple contrôle d’identité, il est en France depuis 2011, alors âgé de 16 ans. Dès son arrivée sur le territoire français, il a été pris en charge par l’Aide sociale à l’Enfance jusqu’à 21 ans. S’est retrouvé sans papiers quand son récépissé de demande de carte de séjour n’a pas pu être renouvelé, le patron n’ayant pas déclaré sa situation. En couple, il prend en charge l’entretien et l’éducation des enfants de sa compagne française.


 


1e novembre


Angres (59)


Le camp de migrants d’Angres a été démantelé mardi (une nouvelle fois). Les 35 migrants présents ont tous été emmenés à Croisilles, Saint Omer ou Coquelles !


 



OCTOBRE 2018


23 octobre


Nice (06)


« Dispositif saturé » pour un couple de demandeurs d’asile, 22 et 24 ans, avec leur bébé. « A partir de 1 an, on est trop âgé pour obtenir l’hébergement prioritaire du PAU (Place d’Accueil d’Urgence) et/ou de mise à l’abri auprès du 115 !!! L’enfant a 1 an et 1 jour.


A la rue !


 


19 octobre


Trappes (78)


Enfermement d’un père de famille algérien au CRA du Mesnil Amelot. 45 jours de rétention. Importante mobilisation à l’école de l’école Jean Macé où sont scolarisés les enfants.


Quelques heures avant sa libération, il subit une nouvelle tentative de le mettre dans l’avion. Le père a refusé d’embarquer, garde à vue, comparution immédiate et prison avec sursis. Pas de nouvelles pendant 36 heures.


Libéré le 4 décembre.


 


19 octobre


Courcouronnes (91)


Les élèves du lycée Brassens de Courcouronnes ont manifesté pour Oussama, lycéen menacé d’expulsion, et son père, en France depuis 7 ans, et protesté ainsi contre les OQTF qui les frappent.


La manifestation a été préparée au cours d’une Assemblée Générale réunissant entre 150 et 200 jeunes du lycée. Le lendemain à 8h30, les élèves ont mis en place un barrage filtrant devant les grilles du lycée et ont brandi des pancartes en scandant : « Oussama, reste-là », « Des papiers pour Oussama », « Liberté, Egalité, Scolarité », … et ont même entonné à deux reprises la Marseillaise. Tout s’est très bien passé, aucun incident n’est venu entacher cette action. À 9h25, les élèves étaient en classe. 


Grâce à cette action, un rendez-vous en Préfecture a été obtenu.


 


15 octobre


Rennes (35)


Comparution au Tribunal administratif d’Abdou, 24 ans, soudanais, 2 ans de « voyage » vers l’Europe, arrivé en France le 11 juin 2017 pour faire sa demande d’asile. Dès sa première présentation à la préfecture de Rennes, il est placé en procédure Dublin pour un retour en Italie. En décembre 2017, il est assigné à résidence avec obligation de se présenter 3 fois par semaine à la PAF en attendant un vol pour Bologne. Assignations à résidence et menaces d’expulsion se succèdent. Abdou tente à deux reprises de se suicider.


 


Paris


Enfermement de Rachid DIEBATE, ressortissant sénégalais, au centre de rétention de Vincennes.


En France depuis 2010, arrivé de manière régulière, Rachid DIEBATE a été marié à une Française, avec qui il a eu deux enfants, de nationalité française. M. DIEBATE participe à leur éducation et à leur entretien. Dès 2011, M. DIEBATE avait initié des démarches afin d’obtenir un titre de séjour sans résultat, en raison de difficultés liées à sa domiciliation. Il a subi deux tentatives d’expulsion.


 


14 octobre


Paris


Enfermement au CRA de Vincennes de Franck DALLO, lycéen ivoirien de Terminale BacPro au Lycée Professionnel Chennevière Malézieux à Paris (12ème), arrêté gare Montparnasse, alors qu’il se rendait sur son lieu de stage. Il prépare cette année un bac professionnel, envisage une poursuite de formation en BTS en alternance, il a déjà trouvé l’entreprise prête à l’accueillir.


Son lycée s’est mobilisé, photo de famille, rectorat, administration, personnels, enseignants et élèves tous rassemblés devant le lycée, beaucoup avec un badge RESF, qui a rendu un minimum de conscience aux responsables et qui les a fait reculer. L’OQTF est effacée.


Libéré le 17 octobre.


 


11 octobre


Saint Clément les Places (69)


Intervention musclée de la gendarmerie au Centre Alpha pour déloger et menotter Moussa, MNA, qui refuse d’être transféré vers un autre centre spécial réservé aux MNA. Face à la colère des autres jeunes, des renforts arrivent, 4 voitures de gendarmes pour une petite vingtaine de jeunes révoltés qui ne veulent pas voir leur copain partir. La police fait son job, menace les jeunes de les gazer, sort les matraques, frappe, et embarque Moussa.


 


7 octobre


Massy (91)


Enfermement de Yousri, étudiant de BTS, au CRA du Mesnil Amelot. En avril, la préfecture de l’Essonne lui a signifié un refus de le régulariser et délivré une OQTF. Suite à un contrôle d’identité dans la rue, la préfecture de Créteil l’a placé en rétention


Arrivé en France à l’âge de 16 ans, Yousri est en 2ème année de BTS au lycée Viollet-le-Duc à Villiers-Saint-Frédéric (78). Forte présence de ses camarades et de ses profs au Tribunal administratif.


Libéré le 17 octobre au T.A.


 


6 octobre


Montargis (45)


Enfermement en rétention de Trésor TSHIDIBI NKAYA, ressortissant congolais (RDC) au CRA de Plaisir (78), puis au bout des pistes de Roissy, au CRA du Mesnil Amelot.


 


4 octobre


Chilly Mazarin (91)


Refus d’inscription scolaire pour plusieurs familles hébergées par le Samu Social. Depuis la rentrée, les familles se battent pour leur scolarisation.


2 octobre


Voiron (38)


Brehima, jeune malien,
était scolarisé jusqu’à ses 18 ans au lycée jean Jaurès à Grenoble.
Dans son parcours de formation, il a réalisé plusieurs stages en
entreprise et dans des collectivités territoriales, au cours desquels il
a démontré sa capacité à accéder à une formation de CAP. Brehima est
très apprécié de ses collègues. Il est motivé, courageux, endurant,
bienveillant.


Il a été accepté à la MFR de Vif en CAP
Jardins-Espaces verts en apprentissage. A la suite d’un stage, une
entreprise du Pays Voironnais lui a proposé un CDD de deux ans dans le
cadre d’un contrat d’apprentissage. Mais une Obligation de Quitter le Territoire Français vient interrompre ce parcours professionnel prometteur.


1er octobre


Mayotte (976)


Près de 300 bacheliers et étudiants n’ont pu s’inscrire pour poursuivre leurs études en métropole faute d’avoir obtenu à temps leur régularisation des services de la préfecture, malgré leur affectation dans Parcoursup. Et ce malgré l’existence d’un protocole d’accord, signé par le vice-rectorat et la préfecture de Mayotte, qui vise à réduire les délais d’instruction des dossiers.


 



SEPTEMBRE 2018


24 septembre


Grenoble (38)


Ilyas est un jeune d’origine algérienne menacé d’expulsion,
qui vient de recevoir une OQTF de la Préfecture de l’Isère en guise de « cadeau d’anniversaire » pour son passage à la majorité !


Les parents d’Ilyas sont divorcés ; tout contact ayant été rompu avec son père depuis longtemps, sa mère l’élevait seule jusqu’à ce que de graves problèmes de santé et des hospitalisations répétitives ne lui permettent plus d’assurer l’éducation de son dernier fils. Il a alors été décidé
d’envoyer Ilyas en France dans la famille de sa sœur, qui a depuis sa
garde juridique légale. Scolarisé dès son arrivée en 3ème au collège
Stendhal de Grenoble, il est parfaitement intégré. En un temps
d’apprentissage record, il parle et écrit un français remarquable avec
une aisance déconcertante ! Ilyas a démontré sa grande volonté et sa
capacité d’intégration par ses efforts pour apprendre le français, ses
résultats scolaires, l’obtention de son BSR puis de son permis de
conduire, de son diplôme du BAFA, et enfin par son implication dans une
MJC où il s’occupe d’autres jeunes... Actuellement, Ilyas poursuit sa
scolarité en Terminale Bac Pro Mécanique à Grenoble et devait passer le
bac cette année… Jusqu’à la réception d’une OQTF ce 19 septembre 2018.


21 septembre


Cornebarrieu (31)


Suicide d’un jeune tunisien de 31 ans, arrivé au CRA à la mi-août, et dont la rétention venait d’être prolongée.


 


20 septembre


Chalons en Champagne (51)


Enfermement au CRA de Metz de Mouminy Diallo, jeune majeur guinéen, arrivé en France à 16 ans, et pris en charge par l’ASE jusqu’à 18 ans. A sa majorité, il reçoit une obligation de quitter le territoire (OQTF), il n’est pas expulsé en raison de l’épidémie d’Ebola, mais il est assigné à résidence. Soutenu par RESF 51, il mene à bien sa scolarité : baccalauréat, suivi d’une deuxième OQTF pour échec à un examen. Il obtient son BTS en juin 2018, une 3ème OQTF s’abat sur lui et conduit à son arrestation. La pétition de soutien récolte plus de 56 000 signatures. Transféré au CRA du Mesnil Amelot.


EXPULSE en Guinée le 19 octobre, jour de son anniversaire


 


17 septembre


Béziers (34)


Cette famille albanaise est en France depuis février 2014, c’est-à-dire depuis 4 ans et demi, les enfants ont été scolarisés dès le premier jour sans jamais le moindre problème d’assiduité. Du point de vue juridique, une action en justice en appel était en cours. Monsieur Tocilla était suivi à l’hôpital Pellegrin de Bordeaux


Arrivé en France 9 mois plus tard, en
octobre 2017, il a été pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance,
comme la loi l’exige). Après des formations de remise à niveau à
Montpellier, puis à Béziers, et après un test d’évaluation, il devait
être scolarisé en septembre 2018. Passionné de foot, il faisait partie
de l’équipe de foot de Jacou.


Le 12 Juin 2018, la PAF (Police
Aux Frontières), estime que son extrait de naissance est faux et les
tests osseux et dentaires (controversés par le corps médical) lui
donnent entre 17 à 19 ans, alors qu’il a eu 17 ans le 20 juillet 2018. Le 13 Juin 2018 il est jugé en correctionnelle puis est incarcéré à la maison d’arrêt pour adultes de Villeneuve Lès Maguelone.
IL passe à la Cour d’appel de Montpellier le jeudi 27 septembre


13 septembre


Cayenne (973)


Enfermement au CRA de Cayenne d’Ernso Beljour, lycéen haïtien, 22 ans. Fortes mobilisations de ses camarades et enseignants du lycée Anne-Marie Javouhey, à plusieurs reprises dispersées par la police à coups de de gaz lacrymogènes.


Libéré le 1er octobre, le Préfet a fini par lâcher devant la médiatisation, trouvant le prétexte d’une nationalité française ignorée jusqu’alors, pour justifier la libération du lycéen.


 


10 septembre


Saint Clément les Places (69)


Sit-in des Mineurs non accompagnés (MNA) dans le village pour protester contre leur regroupement forcé dans ce centre spécial, réservé aux MNA, à la limite du Rhône et de la Loire, où rien n’était aménagé (pas de draps de rechange, ni de serviettes de toilette, nourriture insuffisante et dégoûtante), un centre qu’ils vivent comme une impasse au regard de leurs projets d’intégration. 


 



21 août 2018


Arles (13)

Arrêté et placé au CRA de Cornebarrieu à proximité de Toulouse, Aluisio Quintai avait été accueilli depuis 2016 par deux familles arlésiennes.


Libéré pLibéré par le juge des libertés le 24 août grâce à la mobilisation de ses soutiens de Nîmes et d’Arles. Le 29 août, le tribunal administratif de Marseille a levé son OQTF. Début septembre Aluisio a repris les cours au lycée Frédéric Mistral de Nîmes, en classe 1ère Bac Pro géomètre-topographe.



JUILLET 2018


15 juillet


Le Havre (76)


IANE MOLEKA est congolaise, née le 8 mars 2003 à Kinshasa, elle a 15 ans et depuis le 21 juin, est enfermée en rétention au CRA d’Oissel.


Elle
était présente avec sa petite sœur quand ses parents furent tués à
l’église Bundo Diacongo de Papa Muanda Nsemi, tués lors
d’une manifestation politique. Dans sa fuite ce jour-là de la RDC, elle a
été séparée de sa sœur.Un passeur l’a amenée en Angola pour faire un
visa, laisser ses empreintes, elle y a été dotée de l’âge d’une majeure,
pour pouvoir sortir du pays.
Elle n’a pas eu en main les documents
de voyage et est très perturbée par la mort de ses parents, par son exil
et ses contacts administratifs consécutifs ...


Mise à l ’abri
dans un premier temps par l’ASE à l’hôtel au Havre, elle a été conduite à
la PAF qui prétend que l’identité sous laquelle elle est entrée est
authentique. .


Elle a été placée au CRA le 21 juin par la préfecture au motif qu’elle mentirait sur sa nationalité et son âgeElle est déjà passée devant le JLD qui n’a pas prononcé de libération, puis devant la Cour d’Appel, puis au T A.


Transférée
le 11 juillet à Roissy, elle a refusé de signer les papiers
d’éloignement vers l’Angola en réaffirmant qu’elle n’était pas
angolaise.


Finalement ramenée au CRA
de OISSEL, d’autres tentatives de renvoi vers l’Angola sont à craindre
avant une ultime audience le 21 juillet.


2 juillet


Courbevoie (92)


Monsieur DEGALA vit
en France depuis un an avec sa femme, Maricris, et leur enfant, John
Rik. L’état de santé de M. Ricardo DEGALA est fragile, il suit un
traitement médical et a été hospitalisé à deux reprises.


La
famille réside à Courbevoie où John (11 ans) a été scolarisé en
2017/2018 à l’école Alexandre DUMAS dans une classe lui permettant
d’apprendre le français. Il est studieux et commence à bien
s’intégrer. A la rentrée, John sera accueilli au collège Georges SEURAT,
dans une classe spécialisée pour les enfants non francophones.
Mme Maricris DEGALA travaille comme aide à la personne.


 Monsieur
Ricardo DEGALA, de nationalité philippine, est enfermé au centre de
rétention de Paris-Vincennes depuis le 2 juillet 2018,
suite à un contrôle d’identité au moment où il rechargeait son Pass Navigo à la station RER de La Défense (92).



JUIN 2018


19 juin


Ivry sur Seine (94)


Orpheline à l’âge de 4 ans, Khaoula KHELFA de nationalité algérienne,
est venue en France à l’âge de 14 ans, accompagnée de son père, veuf,
qui l’a confié à son fils ainé prétextant qu’il ne pouvait pas s’en
occuper en Algérie. Elle est scolarisée en classe d’accueil durant
l’année 2015 – 2016 au collège Danielle CASANOVA à Ivry sur Seine pour
apprendre le français, puis elle a été admise en classe de 2nd Bacpro
aide à la personne au Lycée Louise Michel à Champigny sur Marne pour
l’année scolaire 2016 – 2017 et en 2017 – 2018 en en classe de 1ère.
Khaoula est admise en classe de Terminale pour l’année 2018 – 2019
toujours dans le même Lycée.


Khaoula est hébergée et prise en
charge par son frère, sa sœur, ses oncles, tantes et ses grands-parents
qui habitent à Ivry sur seine. Khaoula n’a pas de contact avec son père
qui l’a abandonnée, elle n’a plus d’attaches avec l’Algérie, sa famille
affective et effective est ici en France à Ivry sur Seine.


Elle est menacée d’expulsion.


19 juin


Vitry sur Seine (94)


A l’âge15 ans, Mamoudou a
quitté son village malien et après un périple d’un an, il est arrivé à
Ivry chez son oncle maternel ,titulaire d’une carte de résident, qui le
considère comme son fils. 


Dès son arrivée en France, Mamoudou
s’inscrit à un cours d’accompagnement d’insertion sociale et
professionnelle, A la rentrée scolaire 2015/2016, il intègre une classe
pour apprendre le français et obtient l’examen DELF A1. 


Depuis la
rentrée 2016/2017, il est scolarisé au Lycée Chérioux, où il prépare
avec assiduité et sérieux un CAP Jardinier Paysagiste qu’il doit passer
cette année.


Depuis le 6 juin 2018, il est sous le coup d’une OQTF.



MAI 2018


15 mai


Orly (94)


Arrivé en France le 17 mars 2015 à l’âge de 15 ans, Chawki EL BENNA,
de nationalité tunisienne, s’est inscrit en classe d’accueil au collège
Robert DESNOS à Orly durant l’année 2015-2016. Par la suite, il a été
admis au Lycée Jacques BREL à Choisy le Roi en classe de CAP pour les
primo arrivants, pour l’année scolaire 2016- 2017. Après avoir obtenu
brillamment son diplôme DELF il a été admis au Lycée Maximilien PERRET
d’Alfortville en classe de Seconde Professionnelle (Installation
Sanitaire et Thermique) pour l’année scolaire 2017-2018.


Chawki
est hébergé et pris en charge par son oncle qui habite à
Villeneuve-Le-Roi. Il a fait le choix de quitter son pays, la Tunisie,
où la situation sociale et économique ne lui permettait pas d’étudier.
Chawki est venu en France avec la volonté et le désir de faire des
études et d’apprendre un métier.


Chawki est un élève assidu,
sérieux, travailleur .Il est intégré à la communauté scolaire et est
très apprécié de ses camarades et de ses professeurs.


Chawki
souhaite continuer sa formation afin de pouvoir plus tard travailler en
France, dans ce pays qu’il aime et où il a tissé de nombreux liens
d’amitiés.


Il a reçu le 17 avril une OQTF.


10 mai


Gironcourt-sur-Vraine (88)


Jeudi 10 mai 2018 [jour férié] en fin d’après-midi, la
gendarmerie est venue intercepter une famille albanaise de
Gironcourt-sur-Vraine (Vosges) en train de fêter avec des amis
l’anniversaire de Jola et Meji, jumelles de 10 ans.


Avec politesse
on leur explique qu’ils vont être conduits à Metz pour l’étude de leur
demande d’asile, qu’il faut prendre le minimum d’affaires, quelques
vêtements, un pyjama, des couches pour le bébé de 4 mois... "juste pour
une nuit", puisqu’ils seront de retour le lendemain.


De là tout va se passer très vite :


Enfermés dans
un Centre de rétention le soir même ils seront évacués tôt le matin
vers l’aéroport régional avant même d’avoir pu être enregistrés par
le service juridique compétent sur place. Les
parents menacés d’être menottés devant leurs enfants pétrifiés.... et
tout le monde embarqué dans un petit avion affrété pour eux seuls en
compagnie de 10 policiers !!!


Ils seront laissés à Tirana
sans argent, sans bagages, sans vêtements, dans un pays où ils ont
fui de graves dangers un an plus tôt. Ils
se terrent, cachés dans un hameau, éloignés de tout, traumatisés, sans
école pour les aînés et surtout sans soins pour la petite Melissa qui
est malade. 


6 mai


Ivry-sur Seine (94)


Arrivé en France le 23 mars 2015 à l’âge de 17 ans, Mohamed NATTAHI, de nationalité tunisienne, s’est
inscrit en classe d’accueil au lycée Romain Rolland à Ivry-sur-Seine
durant l’année 2015-2016. Après avoir obtenu brillamment son diplôme DELF, il a été admis au Lycée Maximilien PERRET d’Alfortville pour suivre les 3 années de formation du Baccalauréat Professionnel
Technicien du Froid et du Conditionnement d’Air (TFCA). Il a fait une excellente année de Seconde en 2016-2017, et il est actuellement en classe de Première pour l’année scolaire 2017-2018.


Mohamed a fait le choix de quitter son pays, la Tunisie, où la situation sociale et économique ne lui permettait pas d’étudier. Mohamed est venu en France avec la volonté et le désir de faire des études et d’apprendre un métier utile et en plein essor. Sa cousine, vivant en France, l’héberge et le prend en charge matériellement.


Mohamed est un élève assidu, sérieux, travailleur et qui obtient de très bons résultats. Il est intégré à la communauté scolaire et est très apprécié de ses camarades et de ses professeurs.


Il a reçu le 23 mars 2018 une Obligation de Quitter le Territoire Français.


3 mai


 Vitry-sur –Seine (94)


Youssouf, 19 ans, élève au lycée Adolphe Chérioux est en 2e année CAP Installations sanitaires. Il est arrivé en France à l’âge
de 15 ans, il entreprend de rejoindre son père installé en France
depuis plusieurs années (titulaire d’une carte de résident).


En quittant le Mali, il projetait de retrouver son père, vivre avec lui et apprendre un métier.


Youssouf est un garçon sérieux et très apprécié par l’ensemble de ses professeurs.


Il aspire à vivre dignement de son travail.


Il a reçu une ’Obligation de Quitter le Territoire Français. Il demande
l’attributiond’ un titre de séjour VPF afin qu’il puisse poursuivre ses
études professionnelles ou rechercher un emploi selon les opportunités afin de construire sa vie en France.

jeudi 18 avril 2019.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de RESF / Chronique de l'INTOLERABLE / Macron 2017-2020
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0