Pétition en soutien à la famille Sufiev-Amershoeva-Raufov (33)

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 33-Gironde > Pétitions
Contact

P3466 - Pétition en soutien à la famille Sufiev-Amershoeva-Raufov (33)

 


Madame la Préfète de la Région Nouvelle-Aquitaine,


 


La famille SUFIEV-AMERSHOEVA-RAUFOV, originaire du Tadjikistan et en procédure Dublin, mérite une attention toute particulière. La famille a dû fuir son pays en raison des menaces qui pesaient sur elle du fait des activités journalistiques du père. Fondateur du groupe de presse Ozodagon, dont les médias étaient parmi les plus populaires du Tadjikistan pour leur liberté de ton, Urmondzhon SUFIEV a été contraint de quitter le pays avec son épouse et leurs trois enfants. Avant leur fuite, des dizaines d’articles émanant de médias proches du gouvernement et demandant l’arrestation voire l’assassinat de M. SUFIEV ont été publiés. M. SUFIEV a reçu le soutien de Reporters sans Frontières, qui vous a adressé un courrier en date du 25 juillet 2019. Dans sa « présentation du Tadjikistan », France Diplomatie (ministère des Affaires étrangères) souligne que le président Rahmon a été réélu à la tête de l’État « au terme d’une campagne marquée par l’absence de débat et d’opposition réelle » et indique que « les ONG locales et internationales dénoncent des atteintes croissantes à la liberté d’expression et d’information »1. M. SUFIEV et sa famille ne sauraient donc trouver dans leur pays les conditions favorables à leur sécurité. Il en va de même de la Lettonie, pays vers lequel ils sont dublinés.


 


Aujourd’hui sous le coup de la procédure Dublin III, la famille SUFIEV-AMERSHOEVA-RAUFOV est assignée à résidence et la préfecture demande leur renvoi en Lettonie, pays dans lequel ils ont transité sans avoir jamais eu l’intention d’y rester. En effet, les risques encourus en Lettonie sont particulièrement importants pour la famille. Pays occupé par l’URSS au moment de la Seconde guerre mondiale, théâtre d’un programme de russification du pays, la Lettonie, bien qu’État indépendant depuis 1991, compte encore de nombreux anciens collaborateurs des services spéciaux de Moscou sur son sol, dont certains sont encore très influents au plan politique2. Ces collusions ont des conséquences importantes tant l’on sait par ailleurs l’intérêt de la Russie pour le Tadjikistan, considéré comme un partenaire stratégique et qui abrite la plus grande base militaire russe en dehors de Russie3. Etant donné les intérêts de la Russie au Tadjikistan et considérant les liens profonds de la Russie avec la Lettonie, il apparaît que la famille SUFIEV-AMERSHOEVA-RAUFOV ne peut trouver en ce pays un lieu sûr.


 


La famille a fait le choix de la France, qu’elle admire pour avoir fait de la liberté d’expression une des valeurs centrales de la République. Cette liberté d’expression, au nom de laquelle ils se sont battus et qui est la cause de leur exil.


 


Nekfar SUFIEV, le fils cadet (17 ans), est élève au lycée Magendie de Bordeaux. Arrivé dans l’établissement en avril 2019, il a mis à profit la pause estivale pour apprendre le français et a progressé tellement rapidement et brillamment qu’il en a obtenu les félicitations de son enseignante de français à la rentrée, impressionnée par son investissement. Nekfar est également très bien intégré au lycée où il s’est fait des amis et participe aux activités théâtre dans le cadre lesquelles il s’est produit avec ses camarades sur la scène du TnBA en juin dernier.


 


Son frère, Bobosufi RAUFOV (25 ans) est diplômé en relations internationales de l’Université Nationale Kirghize, il a travaillé sur le site internet du journal de son père. Sa sœur, Zevarbonu RAUFOVA (23 ans), est diplômée en journalisme de Université Nationale Tadjike, a travaillé dans une radio tadjike. Tous les deux ont reçu des menaces et ont été licenciés en rapport aux activités de leur père. Depuis leur arrivée en France, ils ont également progressé seuls dans leur apprentissage du français, montrant leur désir de pouvoir rester en France. Urmondzhon SUFIEV, le père, est fin connaisseur de la prose d’Apollinaire, qui avait été naturalisé français en son temps. Zulkhomor AMERSHOEVA, la mère, était professeur d’école, après des études de journalisme.


 


L’équilibre qu’ont enfin commencé à trouver Nekfar au lycée et l’ensemble de la famille dans la société française ne doit pas être rompu. Un comité de soutien a été formé au lycée Magendie, qui regroupe des membres de l’équipe éducative, des parents d’élèves et des camarades de Nekfar. Le comité de soutien rencontre actuellement des journalistes et des élus afin de les sensibiliser au cas de cette famille et de les alerter sur la procédure en cours.


 


Nous demandons expressément que Nekfar puisse poursuivre sa scolarité en France, et qu’il puisse y vivre en sécurité avec ses parents, son frère et sa sœur. Alors que la France défend la liberté de la presse de par le monde, nous demandons que leur demande d’asile puisse être examinée par les services compétents de l’administration française.


 


Le comité de soutien du lycée François Magendie (Bordeaux).


 


2- La liste de ces anciens collaborateurs a été publiée en décembre 2018 à Riga et est accessible sur le site kgb.arhivi.lv (« En Lettonie, une liste d’anciens collaborateurs du KGB révélée au grand jour », Le Figaro, 21/12/2018).


3- Zamira Rakhmatova, « Le Pamir tadjik : entre ambitions géopolitiques et logique économique », Mondes en développement, n°161, 2013, p.141-151.


 

mardi 24 septembre 2019.

Je signe cette pétition...  Que mettre ici ?
Que mettre ici ?

Comment ça marche ?
Comment signer en 3 étapes :
1. [Maintenant !] Remplissez le formulaire ci-dessous et cliquez sur « Valider ». Aussitôt, le site va automatiquement vous envoyer un email (courriel) pour s’assurer de votre existence et que ce n’est pas une plaisanterie douteuse mais que vous avez bien l’intention de signer

2. [Dans 5 minutes] Vous allez recevoir cet email (courriel) de confirmation automatique.

3. [Dès réception !] Cliquez sur le lien contenu dans le mail de confirmation, ou bien, si le lien est inactif, copiez le dans votre navigateur internet favori (Firefox, Safari, Mozilla, Netscape, Opera, Explorer...).
N’attendez pas ! Faites le dès réception du message. Merci !
- Oui, vous pouvez confirmer plusieurs jours après, mais pourquoi attendre et risque d’oublier ?! -
La signature apparaîtra une heure plus tard environ dans la liste des signataires.

En cas de problème, répondez au message, sans rien effacer, et en expliquant au mieux ce qui se passe... Un humain(!) vous répondra.

Identifiants personnels
email_adress :
email_confirm:


  •  Que mettre ici ?
    Que mettre ici ?

    AVERTISSEMENT À PROPOS DES EMAILS
    Entrez votre adresse email sous sa forme simple, par exemple mdubois@erenis.fr ou marie.dubois@papiers.org

    SVP n’allez pas plus loin si vous n’êtes pas sûr(e) de votre adresse courriel (email) ou si votre boîte email est pleine et ne peut plus recevoir de messages :
    Comme expliqué ci-dessus, cette adresse courriel est obligatoire pour la validation : un message automatique doit y être envoyé.
    Ce message contiendra un lien internet avec un code de confirmation personnel et unique.
    Après signature, surveillez votre boîte email !
    . Assurez-vous que votre boite email n’est pas pleine et peut recevoir des messages,
    . Assurez vous que personne d’autre n’a accès à vos messages,
    . Si vous utilisez un système anti-spam (bien !), vérifiez que ce mail ne soit pas bloqué, ou surveillez ceux qui ont déjà été bloqués pour voir s’il n’y est pas !
    ... sinon votre confirmation de signature ne pourra jamais aboutir !
    Il suffira de cliquer sur le lien qui sera indiqué dans le mail pour confirmer votre engagement.

    En cas de problème, si votre adresse email est refusée, ou si vous n’avez pas reçu d’email après plusieurs heures, etc. : contactez resf.appel@gmail.com ... Un humain(!) vous répondra.

    NB : Une adresse courriel ne peut pas être réutilisée pour une seconde signature.

    Les adresses courriel collectées ne sont pas rendues publiques, ni dans la liste des signataires, ni autrement.

  •  Que mettre ici ?
    Que mettre ici ?


    Que mettre ici ?
    Une pétition si elle est bien sûr une manifestation de solidarité et de soutien à la cause décrite a pour vocation de convaincre les autorités et les juges du bien fondé de cette cause et du sérieux et de la motivation des signataires. Il faut donc qu’elle apparaisse dans tous ses éléments comme crédible et respectueuse : Nom : nom et prénom du signataire (évitez les pseudos : celui qui signe s’engage personnellement) suivi autant que possible d’une indication qui peut lui donner du poids et/ou du sens : métier, fonction ...
    Entrez votre nom comme par exemple « Marie Dubois »
    (prénom nom, et autres précisions que vous jugerez utiles : Ville, Fonction, Mandat, Appartenance...). Nous protégeons strictement votre adresse email ; Nous faisons le maximum pour que les autres informations ne soient pas archivées sur internet et consultables quand on y fait une recherche. Mais votre nom et les autres indications que vous y joignez sont visibles à la consultation des dernières signatures.
    Évitez donc d’indiquer dans cette zone "votre nom" une adresse email ou postale, protégez-vous !
    . Risque légal : La plupart des pétitions ne comportent pas ce risque (délit de solidarité"). si vous ne souhaitez pas assumer ce risque, vous avez le choix de ne pas signer, ou de signer avec un pseudonyme mais ce dernier recours ôte de la crédibilité à la pétition toute entière.
    Vous pouvez exprimer votre soutien de bien d’autres façons : faire un don, aider le collectif le plus proche de vous, etc.


    En cas de problème, si vos noms ou qualités comportent une erreur, si vous souhaitez les changer, si vous souhaitez qu’un(e) proche signe avec votre adresse email, etc. : contactez appel@resf.info si possible en répondant au message reçu de façon à conserver toutes les informations décrivant la pétition et votre signature, et avec la même adresse email que celle utilisée pour la signature ... Un humain(!) vous répondra.


    NB : Nous nous reservons la possibilité de rejeter les signatures comportant des noms ou autres indications à caractère injurieux ou infamants.

Un message, un commentaire ?
  •  Que mettre ici ?
    Que mettre ici ?

    Que mettre ici ?
    Une pétition si elle est bien sûr une manifestation de solidarité et de soutien à la cause décrite a pour vocation de convaincre les autorités et les juges du bien fondé de cette cause et du sérieux et de la motivation des signataires. Il faut donc qu’elle apparaisse dans tous ses éléments comme crédible et respectueuse.
    Votre commentaire doit être lié à l’objet de la pétition et donner une note plus personnelle à la signature.
    Éviter les formules stéréotypés et passe-partout ainsi que les commentaires agressifs et offensants, pratiquer la "litote" : dire moins pour suggérer davantage.
    Vos commentaires pourront peut-être être utilisés par les initiateurs de la pétition pour ajouter des arguments ou des formulations utiles à la défense de la cause objet de la pétition.

    Si vous voulez adresser une question ou un commentaire à RESF il faut s’adresser au contact indiqué pour cette pétition
    ou à : appel@resf.info

    Si, après avoir signé, vous voulez apporter une correction à votre commentaire, vous ne pourrez pas le faire vous-même
    ... mais vous pouvez vous adresser à appel@resf.info

Déjà signé?
795 signatures en ligne

Dernières signatures
795 signatures en ligne
Faire connaître cette pétition

À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 33-Gironde / Pétitions
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0