L'Humanité / Les Raba de retour à Gray

Accueil > ACTUS générales > Dans les médias d’ici ...
Medias - L

Les Raba de retour à Gray

 

Source l’Humanité

Journal l’Humanité

Rubrique Société

Article paru dans l’édition du 10 mai 2007.

Société

Les Raba de retour à Gray

Sans-papiers. Jusuf et Shpresa Raba, accompagnés de leurs trois enfants, sont revenus à Gray pour la première fois depuis leur expulsion.

Pendant quelques heures, les enfants de la famille Raba ont pu retrouver leurs copains. Une rencontre minutieusement préparée par RESF.

Ainsi la famille kosovare, expulsée en novembre dernier au mépris des dispositions de la circulaire Sarkozy, a pu retrouver le quartier où elle a vécu pendant cinq ans, à Gray, en Haute-Saône. Une soixantaine d’habitants des Capucins attendaient vivement cet instant devant le kiosque rebaptisé Raba, lieu symbole des rassemblements qui, deux fois par semaine, accueillait toutes les personnes indignées par cette expulsion.

Quand la voiture s’arrête et laisse descendre toute la petite famille, les cris de joie explosent. « Cela nous semble irréel. On pensait qu’on n’aurait pas assez de pouvoir pour les faire rentrer et ils sont là », se réjouit Anne-Marie Richard, l’institutrice de deux des enfants Raba. Des larmes apparaissent sur le visage de Shpresa Raba, la maman : « Lorsqu’on approchait de Gray, les enfants ont, eux aussi, crié de joie. On attendait tellement ce moment. » Dashnor, cinq ans, et Dashroje, trois ans, les deux enfants nés en France, se blottissent contre Jusuf, le père. Les mouvements de foule leur font encore un peu peur. Quirim, l’aîné, lui, n’attend pas la fin des discours de bienvenue pour s’éclipser de l’autre côté de la rue. Devant son école primaire, il décroche la chaise de la grille de l’école, cette chaise qui, patiemment, a attendu son retour. Les fesses vissées à ce symbole, l’aîné des Raba lâche : « J’ai hâte de revenir ici pour jouer avec mes copains comme avant. »

Le retour chez eux, à Gray, n’est pourtant pas encore acquis, comme le souligne Patrice Muzard, membre du Réseau Éducation sans frontières. « Nous sommes soulagés de les voir et, en même temps, rien n’est réglé. On ose croire qu’il n’y aura pas d’acharnement sur eux. » Demain, les Raba se rendront à la préfecture du Rhône pour obtenir un dossier de demande d’asile, ce précieux sésame qui devrait leur permettre de résider sur notre territoire dans l’attente de vrais papiers qui assureront enfin aux enfants Raba le droit de vivre tranquillement avec leurs copains des Capucins. Shpresa Raba plaide dans ce sens : « J’espère que le nouveau président, M. Sarkozy, va nous donner les papiers. » Tous les soutiens en France de cette famille devenue le symbole des luttes contre les expulsions l’espèrent également.

Alain Cwiklinski

vendredi 11 mai 2007.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de ACTUS générales / Dans les médias d'ici
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0