DNA - Haut-Rhin : Education / L'inspection académique du Haut-Rhin suscite la polémique : Les écoliers sans papiers dans le collimateur ?

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 67-Bas Rhin > La revue de presse > Année 2007
Contact
Medias - DNA - Dernières Nouvelles d

DNA - Haut-Rhin : Education / L'inspection académique du Haut-Rhin suscite la polémique : Les écoliers sans papiers dans le collimateur ?

 

L’inspection académique du Haut-Rhin fait-elle la chasse aux écoliers sans papiers ? Un mail adressé lundi à tous les directeurs d’école, et démenti dans la journée, jette le trouble dans le milieu enseignant.

« Avez-vous connaissance de scolarisation d'enfants "sans-papiers" dans votre établissement ? Dans l'affirmative veuillez nous le faire savoir dans la journée par e-mail ou par téléphone. » Suivent deux numéros de téléphone et des remerciements.

Le message signé DVS/3 -division de la vie scolaire, un service de l'inspection académique- arrive lundi matin dans les boîtes des directeurs d'écoles maternelles et élémentaires, du Haut-Rhin.

« Dysfonctionnement interne »

A 14 h 39 un deuxième mail annule le premier. Signé par le chef de service de la DVS le message précise qu'il s'agit d'une « erreur » et que la demande est « sans objet ».

Interrogé hier matin, Gilles Pétreault, inspecteur d'académie du Haut-Rhin, évoque « un dysfonctionnement interne ». Le patron des services de l'éducation explique qu'il a demandé « un point sur le dossier des enfants sans papiers pour l'année scolaire précédente. Un mail est parti par erreur. C'est le deuxième message qui fait foi. Il n'y a aucune demande de ma part, ni de la part du rectorat ».

L'explication laisse dubitatifs les directeurs qui évoquent « un ballon d'essai ». « L'inspection a fait marche arrière quand elle a vu les réactions ». En effet, dès lundi, des protestations parviennent au siège de l'IA à Colmar. Extraits : « L'école n'a pas vocation à jouer les informateurs du ministère de l'Intérieur pour permettre aux préfets d'atteindre leurs quotas », « Ça me rappelle une tranche de notre histoire qui ne sent pas bon ». Une directrice précise qu'elle n'est « pas habilitée à vérifier les papiers des enfants et que l'école est obligatoire pour tous ». « Je ne sais pas ce qu'est un élève sans papiers. S'agit-il des CP qui n'ont pas pu produire de certificat de visite d'admission faute de médecin scolaire ? », ironise un directeur.

« Une étape qu'on ne doit pas franchir »

Hier matin, l'émotion n'était pas retombée. Beaucoup de directeurs continuent de dénoncer un procédé qu'ils assimilent à un appel à la délation. La profession réclame de l'« éthique » et de la « déontologie ». A l'école Brossolette de Mulhouse, le directeur est « choqué en raison du drame humain vécu par les familles de sans-papiers et à cause du manque de respect que l'institution témoigne à son personnel censé jouer les indics ». « Qu'on ne compte pas sur moi pour collaborer. Je réagis en tant qu'homme. En tant que fonctionnaire, j'estime qu'il y a là une étape qu'on ne doit pas franchir », s'indigne l'enseignant à la tête d'une maternelle métissée de Colmar.

Des directeurs se retranchent derrière leur devoir de réserve. D'autres estiment que l'inscription des élèves et par conséquent la vérification des papiers incombent aux municipalités. Les moins virulents se déclarent « gênés », même si quelques uns disent « comprendre la logique de la demande ».

Appel à la vigilance

Alors, fausse manoeuvre ou dérive de la part de l'IA du Haut-Rhin qui aurait relayé avec zèle une demande ? Et si oui, d'où émane-t-elle ? Le rectorat de Strasbourg et le ministère de l'Education déclarent n'avoir transmis aucune consigne aux inspections. Mais, après les préfets convoqués au ministère de l'Intérieur pour ne pas avoir atteint les quotas de familles en situation irrégulière à expulser et les tests ADN pour les candidats au regroupement familial, le sujet reste ultra sensible. Les enseignants se sentent instrumentalisés et enfermés dans un rôle qui n'est pas le leur.

A l'école St-Exupéry de Colmar, le directeur met la demande de l'IA en parallèle avec la base informatique élèves ; elle comporte une case nationalité que certains chefs d'établissement sont réticents à renseigner. Hier, le SNUIPP a condamné la chasse aux sans-papiers dans les écoles. Le syndicat des enseignants appelle ses adhérents à une extrême vigilance.

Agnès Muller Édition du Mer 19 sept. 2007

mercredi 19 septembre 2007.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 67-Bas Rhin / La revue de presse / Année 2007
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
Liens :
Tous les liens utiles
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0