Gray (70) : Des nouvelles de la famille AOUCHEVA

Accueil > RESF - Collectifs locaux > 70-Haute Saône > Famille AOUCHEVA
Contact
Pictos - Stop Renvois 150x107

Gray (70): Des nouvelles de la famille AOUCHEVA

(arretée mercredi 21 mai vers 6:15, emmenée à Dole-Tavaux (39) et directement reconduite en Pologne et remise aux autorités polonaises)

 

MERCI DE SIGNER LA PETITION !

Tchétchènes du 70 : la famille AOUCHEVA arretée ce mercredi 21 mai vers 6:15 emmenée à Dole (39) et a été conduite vers un aéroport puis placée à bord d’un avion spécialement affreté pour eux vers la Pologne. Quelle efficacité pour les services de gendarmerie au service de la préfecture ! Il aura fallu moins de 2 heures pour que la famille soit extraite de chez elle et placée à bord d’un avion !


 

Mercredi 28 avril 2010: Laela Aoucheva a reçu son statut de réfugié lundi 26 avril 2010 (enfin) et donc peut maintenant circuler avec sa famille dans l'espace Schengen. Cette famille qui séjournait à Gray (70) voit donc la fin de son calvaire. On peut légitimement s'interoger sur le bilan de la politique du gouvernement français: cette famille aurait due être régularisée depuis longtemps... en France. On peut dire que malgré les dépenses importantes (au niveau financier) et l'impact négatif sur la famille et les enfants (stress, scolarité), cette famille tchétchène reporte une victoire définitive et peut envisager son avenir sereinement. Laela faisait savoir hier que ses enfants ont peur de revenir à Gray suite au traumatisme des deux arrestations au petit matin, du séjour au centre de rétention de Oissel conclu après bataille juridique par une libération puis une expulsion par avion spécial...

Jeudi 30 avril 2009: Des nouvelles de la famille: Ayub a obtenu un statut de réfugié.auprès des autorités polonaises. Leila est toujours en attente d'une décision. Ies enfants sont scolarisés. Ils sont surtout des soucis d'ordre financiers en raison de leut faibles revenus dans un pays où les prix sont au même niveau qu'en France.

Mercredi 21 mai 2008: Chronique d'une expulsion expresse soigneusement préparée...

Dans les médias:
- 19-20 de France 3 Franche Comté.
- Journal de France Bleu Besançon.
- Sur le site du quotidien Libération
- Sur le site d'information en ligne Mediapart
- Article dans l'Est Républicain

14:00. Dès l'arrivée de l'avion, la famille a été remise aux autorités polonaises.

13:40: La famille est jointe par téléphone et indique qu'elle est en Pologne. Le fils répond et indique que sa maman n'est pas avec lui mais avec les policiers, puis le père qui remercie son interlocuteur français et indique qu'il a été "déporté en Pologne". Il dit "merci" aux personnes qui se sont mobilisés pour eux. Une voix en français crie alors "Stop téléphone", la conversation est alors coupée. Depuis leur téléphone ne répond plus.

On notera que l'aéroport de Tavaux près de Dole a été spécialement ouvert pour ce vol spécial (il accueille très peu de vol ordinairement). On réalise mieux les moyens mis à disposition pour expulser les familles.

Décidemment, ce gouvernement trouve de l'argent quand il s'agit d'expulser avec ll'argent de nos impôts ou d'augmenter de manière subtentielle le pouvoir d'achat du président de la république! Une consolation, les policiers français qui accompagnent ce jour-là la famille ne bénéficieront pas des Miles qu'ils peuvent accumuler d'ordinaire sur les vols Air France pour s'offrir des vols gratuits pour des vacances de rêves à coup d'expulsion de demandeurs d'asiles, le tout au frais du contribuable...

8:22: La famille est à bord d'un avion (Laëla a pu passer un coup de fil)

8:00: La famille Aoucheva est à Dole (39)

7:20: La famille Aoucheva a été arrêtée ce matin vers 6h15 à Gray (70). 5 véhicules de gendarmerie, 19 gendarmes, etc... Le jour des enfants, mercredi, les grands moyens ont été déployés pour venir chercher cette famille de Tchétchènes avec 5 enfants scolarisés. La famille a été conduite à Dole (39). Elle pourrait être emmenée sur un avon (privé? spécialement affreté?) depuis l'aéroport de Toul...

Alors même qu'un certificat médical est daté du 15 mai 2008, les préfectures continuent encore ce type de travail... POURQUOI?

Merci de protester auprès du préfet de Haute-Saône (70) et du préfet de région à Besançon (25)!

----

Vendredi 11 avril 2008:

15:50. "la procédure" de réadmission" vers la Pologne est annulée.Le référé suspension introduit par Me Brigitte BERTIN, avocate à Besançon, de la famille Aouchev  était venu en audience ce jeudi 10 avril. C'est un coin de ciel bleu dans une journée Franc-comtoise  pluvieuse!!!! Les parents sont plus que très heureux. Remerciements chaleureux à Me Bertin.

----

Samedi 5 avril 2008:

11:00. Lettre de l'avocat à qui l'on adresse nos remerciements:

Chers Messieurs,
En réalité, la préfecture de la Haute-Saône a demandé au J.L.D. "le placement en rétention" de M. AOUCHEV. Cette demande est donc irrecevable ! Le Juge l'a donc rejeté, et a condamné la préfecture à  régler 300 euros à  M. AOUCHEV ! L'assignation à résidence de M. AOUCHEV est donc terminée.
Cordialement


10:00. Bonne nouvelle! Le préfet de Haute-Saône a perdu son jugement d'hier contre Ayub Aouchev! Le préfet est condamné a verser 300 euros de dommages et intérêts à Ayb (ce qui couvre les frais d'avocat pour cette fois)

----

Vendredi 4 avril 2008: Ayub convoqué à 15h30 vendredi 4 avril à Rouen...

Serait-ce encore de l'acharnement de la part du du préfet de Haute-Saône? Il reste qu'il est inadmissible que l'interessé ne soit informé d'une convocation à l'autre bout de la France que 3 heures!

Ayub Aouchev - qui on le rappelle est assigné à résidence à Gray en haute-saône avec obligation de pointer tous les jours à 15h à la gendarmerie - est convoqué AUJOURD'HUI vendredi 4 avril à 15h30 à la cour d'appel de Rouen salle 112 pour comparaitre sur demande du préfet de Haute-Saône . Il ne l'a appris qu'à 12h26 (c'est signé et daté en français - de la main du gendarme-  et en russe - de la main de sa femme Laela Aoucheva - sur le papier remis en main propre par les gendarmes de Gray)

Il a indiqué: "je ne peux comparaitre à l'audience de ce jour à 15h30 en raison notamment de l'horaire tardif où j'en suis informé mais je souhaite être représenté par Me Falacho ou Me Rouly du Cabinet Eden".

----

Dimanche 30 mars 2008:

Article interessant du comité Tchétchénie: "L’Etat français assume-t-il le risque de violer la convention européenne des droits de l’homme et la convention de Genève sur les réfugiés ?".
----

Vendredi 28 mars 2008:

20:00. Article dans l'Est républicain sur la famille AOUCHEVA de Gray: "Vivre en paix".
----

Jeudi 27 mars 2008:

17:00. Pour la famille AOUCHEVA: le juge de la cour d'appel a confirmé que Laëla AOUCHEVA restait libre conformément au jugement du JLD de vendredi. En revanche, son mari, Ayub AOUCHEV est assigné à résidence avec obligation de "pointer" tous les jours à la gendarmerie. On remercie leur avocat, Me Falacho.

14:00. La pref a gagné en appel contre la famille DADAYEV de Luxeuil. Ils sont donc désormais en danger.

----

Mercredi 26 mars 2008:

14:00.

1. Le préfet de Haute-Saône a fait appel de la décision de vendredi: ce matin, les gendarmes de Gray se sont rendu au domicile de la famille AOUCHEVA pour leur notifier que la préfecture de Haute-Saône avait fait appel de la décision du JLD de Rouen prise vendredi 21 mars de les laisser sortir du centre de rétention de Oissel. Ils sont convoqués demain jeudi 27 mars à Rouen, et, ont indiqué, après conseil de leur avocate, qu'ils ne pourront pas s'y rendre mais qu'ils seront néanmoins représentés par leur avocat de Rouen, Me Falacho. Le RESF 76 sera présent également (on peut se féliciter de l'efficacité du réseau de solidarité)

2. La préfecture de Haute-saône a également fait appel pour la famille DADAYEV de Luxeuil, dont le cas sera jugé devant la cour d'appel de Rouen à 16h aujourd'hui. La famille sera défendue par Me Mary du cabinet Eden. Appel donc aux personnes de bonnes volonté sur Vesoul et Luxeuil pour la solidarité avec cette famille

3. Par ailleurs demain jeudi 27 mars à 9h30 au TA de Besançon rue Mégevant, une AUTRE famille tchétchène de Gray (dont je tairai le nom). RdV pour les gens qui souhaitent être présents: 9h15 sur l'esplande des droits de l'homme ou devant le TA. Appel à toutes les bonnes volontés!

On ne sait pas quel est le terme approprié, mais il est certain, que si la préfecture ne fait pas preuve d'acharnement contre les familles tchétchènes, on peut dire qu'elle fait preuve d'une grande pugnacité contre elles.

12:00. La préfecture de haute-Saône a fait appel de la décision du JLD de vendredi qui a fait sortir la famille Aoucheva du centre de rétentention de Rouen.  A l'heure où l'on écrit ce lignes, les gendarmes étaient aux domicile de cette famille à Gray pour leur notifier cette information. Ce sera donc demain jeudi 27 mars matin au tribunal à Rouen. La famille ne pourra pas s'y rendre mais sera représentée.

----

Mardi 25 mars 2008

18:30. Nous avions bien fait de mettre au conditionnel l'information donnée cette après-midi au sujet de pressions qui auraient été exercées pour que les Dadayev ne puissent ré-intégrer leur logement à Luxeuil. On ne peut que se féliciter que la famille puisse être rentrée à bon port dans l'appartement d'où ils avaient été emmenés mercredi 19 mars vers le centre de rétention de Oissel.

Le RESF 70

----

Lundi 24 mars 2008

La famille Aoucheva est revenue dans l'appartement qu'elle occupait dans le quartier des Capucins à Gray.
Reportage au 19-20 de France 3 Franche Comté.

 


FR3 Besancon 240308 Aoucheva

----

Dimanche 23 mars 2008.

17:00. " Les familles Aoucheva et Dadayev remercient (dixit) "du fond du coeur et l'âme" toutes et tous qui se sont mobilisés lors de leurs arrestations. Nous remercions la Cimade, la Ligue des droits de l'Homme et le RESF de Rouen pour les démarches et leur présence au Tribunal, ainsi que Me Falacho du Cabinet Eden, leur avocat.

Les enfants pourront retrouver leurs écoles et collège dès mardi 25 mars. Madame Leila Aoucheva est rentrée à Gray dans des conditions sanitaires particulières grâce à la solidarité de RESF 70 et 76 mais les frais inhérents à ce transport sont importants (sans CMU, Madame Leila Aoucheva n'a pu bénéficier d'un transport en ambulance comme nous le souhaitions) c'est pourquoi nous faisons encore appel à la solidarité financière. La mobilisation continue, signez et faites signer la pétition sur "educationsansfrontières.org" à la page Haute-Saône.

Rappelons le livre "Tchétchénie, le déshonneur russe" d'Anna Politkovskaïa,  journaliste de nationalité russe au Novaïa Gazeta , assassinée à le 7 octobre 2006.

Pas en notre nom! Rendez-vous mardi 25 mars à Gray au kiosque à partir de 16h30."

Patrice. Gray.

Adresse pour les dons: Libellés les chèques à : Collectif Raba et envoyer à: P. Muzard, 6 rue des mésanges 70100 Gray la Ville ou au  Collectif Raba c/o CFDT - Santé Sociaux, 5 cours François Villon, 70000 VESOUL.

14:00. "Mme Lejla Aoucheva a été rapatriée depuis Rouen jusqu'à Gray en Haute-Saône dans des conditions sanitaires de sécurité avec les moyens que la solidarité a permis. Elle n'a hélas pas pu bénéficier d'une ambulance, nous rappelons qu'elle ne bénéficie pas d'une carte de CMU." PS

Un article dans l'Est Républicain d'hier.

----

Vendredi 21 mars 2008:

20:45. Les deux familles sont sorties libres du centre de rétention de Oissel et ont été prises en charges par des militant(e)s de RESF 76. Souhaitons leur une bonne soirée pour gouter la liberté retrouvée, demain, le combat continuera pour leur régularisation..

17:40: Faudra-t-il envoyer la facture du rapatriement des 12 Tchétchènes en Haute-Saône à la prefecture de Vesoul?

17:05. "Décision positive aussi pour les AOUCHEVA!" PS

16:39. "La décision du JLD pour la famille DATAJEV est tombée: le juge a demandé leur libération. Attente toutefois que cette décision puisse être concretisée. Attendre encore quelques heures. Pas encore de décision pour les AOUCHEVA. On attend... Rassemblement en ce moment au kiosque des Capucins à Gray" PM & PS

14:00. Il est notable que la préfecture de Haute-Saône a dépêché quelqu'un à Rouen pour continuer ce qui ressemble à un acharnement contre ces familles tchétchènes de Haute-Saône. Après les 5 véhicule de gendarmerie pour venir chercher les Aoucheva et leur 5 enfants à l'heure du petit déjeuner mercredi, le transfert à la gendarmerie d'Autrey les Gray qui, on le rappelle ne fonctionne pas d'ordinaire (ouverte pour les expulsions?), enfin après avoir fait traverser la France à ces deux familles venues demander asiles dans un grand département où les écoles ferment faute d'élèves,qui compte 200 000 habitants et où les étrangers sont très peu nombreux, l'Etat Français continue à dépenser l'argent du contribuable en envoant un fonctionnaire à Rouen.

12:25. "Du monde était au tribunal. Lejla Aoucheva vient de m'appeler. Elle remercie les gens qui sont venus nombreux à l'appel de RESF notamment. Elle remercie encore tous les gens mobilisés au quartier des Capucins à Gray et partout. Réponse du tribunal vers 15:30." PS

11:00. Les deux familles tchétchènes (AOUCHEVA et DATAJEV) sont devant le JLD et devraient revenir au centre de rétention pour le déjeûner. Résultat vers 13:00.

9:05. La famille AOUCHEVA passe à 9:30 devant le JLD. Après elle, à 10:00, ce sera le tour de la famille DATAJEV arrêtée à Luxueil le même mecredi que les AOUCHEVA. Les DATAJEV sont un couple de Tchétchènes avec trois enfants. Ils seront défendus par le même avocat ce matin. Afin de participer aux frais pur les 2 familles Tchétchènes de Haute-Saône, qui ont toutes deux droit à notre solidarité, les dons sont les bienvenus et peuvent être libellés à : Collectif Raba et envoyés à:
P. Muzard, 6 rue des mésanges 70100 Gray la Ville

ou au  Collectif Raba c/o CFDT - Santé Sociaux, 5 cours François Villon, 70000 VESOUL.

A Gray: "Nous étions 25 ce soir au kiosque, la gendarmerie est passée 9 fois autour du kiosque." PM

"Hier soir, j'ai discuté assez longtemps avec Lejla AOUCHEVA. Elle était enfermée dans une petite chambre avec 4 des ses enfants. Son mari Ayub était dans une autre chambre ave le plus grand, lui aussi enfermé... Le moral était moyen... Mais on a tout de même réussi à rire un peu. Lejla AOUCHEVA  me dit de faire passer le message suivant: elle remercie les gens de Gray et d'ailleurs qui se mobilisent pour leur famille et est très touchée par la solidarité des Français." PS.

Par ailleurs la famille a égamement été jointe hier vers 21:00 depuis Gray où les familles du quartier des Capucins sont mobilisées.

----

Jeudi 20 mars 2008:

11:45: "Mme Aoucheva a vu la dame de la Cimade, ainsi qu'un médecin du centre de rétention. Son avocat sera Me Falachot du cabinet Eden. Lejla allait donner à manger à ses enfants." P. S.

10:10. "Ils ont passé la nuit au centre de rétention de Oissel. J'ai échangé des sms avec eux. La Cimade les rencontrent à 10:30. Et on vient de me téléphoner" P. S.

Article dans l'Est Républicain d'aujourd'hui. "Gray: départ forcé d'une famille tchétchène".

Ecouter également sur France Bleu Besançon: "Une famille tchétchéne qui résidait en Haute-Saône a été envoyée en centre de rétention...".
----

Mercredi 19 mars 2008 :

23:00. "Nous avons rencontré la famille Aoucheva, il y a plusieurs mois . Au cours de ces semaines, nous avons certainement plus appris que donné, en gestes simples du quotidien. Cinq enfants, la Tchétchénie, l'Ingouchie et la France. Madame Aoucheva a eu besoin de soins et d'hospitalisation,il a fallu aider pour que l'ensemble des démarches soient moins compliquées.
Au cours de nos conversations la guerre en Tchétchénie, le criminel silence de l'occident, l'abandon de tout un peuple, de toute une région du monde.Et puis l'inquiétude s'est fait de plus en plus pressante.
Le mercredi 12 mars, Madame et Monsieur Aoucheva saisissent le Tribunal administratif de Besançon en référé afin de simplement pouvoir obtenir une autorisation provisoire de séjour. La réponse est tombée lundi 17: rejeté.
Lundi et mardi, nos rencontres ne pouvaient ignorer le devenir mais nous gardions espoir. Mardi 18 mars, la soirée fut gaie avec des projets pour les jours et les semaines qui suivent.
Mercredi 19 mars, il est 8 heures du matin lorsque les gendarmes nous informent que la famille Aoucheva est en garde à vue. Sous le choc,des contacts sont pris dans l'urgence: amis, élus, enseignants des écoles qui accueillent les enfants. Le nombre de fonctionnaires et de véhicules réquisitionnés est conséquent: dans la gendarmerie et dans le village. Nous sommes étonnés de trouver au sein de la gendarmerie, le représentant de la Préfecture qui est déléqué aux audiences des Tribunaux sur l'ensemble des dossiers des demandeurs d'asile.
Nous avons demandé à rencontrer la famille pour leur témoigner de notre solidarité mais le représentant de la Préfecture accompagné de deux gendarmes est venu nous signifier l'impossibilité de les rencontrer même pour leur dire adieu.
Celui-ci nous a dit que la France était un état de droit et que toutes les procédures avaient été respectées. Mais quand on lui répondu que ce droit manque d'humanité, il reste coi.
Nous remercions les gendarmes, en particulier le responsable ,qui, par la suite, nous ont permis de dire adieu à Ayub, Eda et Chamil et a permis à la maîtresse de Animat (trois ans) de lui dire faire un dernier bisou, quand ils étaient tous installés dans les deux véhicules de gendarmerie avant leur départ.
Partis à 11h15 d'Autrey les Gray, ils sont arrivés un peu avant 17h au Centre de rétention administrative de Rouen où nous avons pu les joindre par téléphone.
Nous tenons à préciser que Madame Aoucheva a été hospitalisée  et a subi une intervention chirurgicale avec prise d'antibiotiques et piqûres à domicile qui n'ont pu être administrées en raison de la non prise en charge CMU. Des soins étaient en cours : examens complémentaires et suivi médical et rendez-vous avec un spécialiste du CHU de Besançon le 25 mars...
Lors de la consultation du 3 mars 2008, le médecin du CHU a établi un certificat médical qui précise qu'elle n'est pas autorisée à voyager , quelque soit le type de transport... Il a été fait état de ce certificat par l'avocat de Mme Aoucheva lors de l'audience du mercredi 12 mars 2008 au Tribunal Administratif de Besançon. il était joint au dossier, la préfecture de Haute-Saône ne peut pas l'ignorer et même la visite d'un médecin quelques minutes dans l'enceinte de la gendarmerie ne peut se substituer sur le fond quant à l'état de santé de Madame Aoucheva.
Nous laissons les hommes et les femmes apprécier l'humanisme et l'état de droit!!!
Environ 25 personnes se sont rassemblées ce midi à Gray et autant à 17h à Vesoul, une pétition est en ligne sur le site RESF. Un nouveau rassemblement aura lieu demain au Kiosque à Gray jeudi 20 mars à partir de 16h30 afin que chacun puisse s'exprimer. Une réunion du Collectif se tiendra aussi demain jeudi 20 mars, à partir de 18h ,au siège de la CFDT,espace Villon à Vesoul." Patrice M.

17:00. Environ 25 personnes à Vesoul devant la prefecture pour protester contre l'arrestation de la famille le matin à Gray.

14h05. "Laëla Aoucheva vient de m'appeler. Elle est avec toute sa famille dans un véhicule de gendarmerie qui les conduit vers un centre de rétention à Rouen. Les gendarmes l'ont laissé téléphoner. L'un d'eux a fait comprendre à Laëla qu'ils pourraient être directement expulsés aujourd'hui même par avion. Laëla me raconte un peu sa matinée, qu'elle a quand même pu prendre des vêtements. Elle a heureusement ses diplômes avec elle. Elle souhaitait pouvoir rentrer en contact avec son avocate et bénéficier d'une traduction lors de cet échage. Elle était inquiète. Le moral pas très haut - à la fin de la conversation elle s'est mise à pleurer". Patrice S.

13:00. Rassemblement au kiosque des Capucins avec environ 25 présents. Les habitant(e)s du quartier d'autant plus choqué que ce matin, les gendarmes sont venus avec 5 voitures à 6h30. La famille Aoucheva habitait (coincidence?) exactement le même appartement qu'occupait la famille Raba, dont l'arrestation a entrainé une grande mobilisation à Gray et ailleurs.. Cette nouvelle arrestation d'une famille sans-papier est la première à Gray depuis l'affaire Raba. Le quartier est sous le choc. Après le rassemblement quelques uns d'entre nous se retrouve devant la fameuse cage d'escalier et les voisins parlent de cette famille gentille qui vient d'être arrêtée...  VOIR PHOTOS DU RASSEMBLEMENT ET DE L'IMMEUBLE OU VIVAIT LA FAMILLE.


9h48. La famille Aoucheva est dans la gendarmerie d'Autrey les Gray (gendarmerie qui d'ordinaire ne
fonctionne pas: ouverte pour les expulsions?). Une délégation tente d'entrer en contact, qui comprend notamment des élus (2 conseillers généraux) Henri Blanchot (PS)  et Claudie Duban (PS) - nouvellement élue conseillère générale de Gray.

9h24. "La Préfecture ne recule devant rien, comme nous l'avons vu au Tribunal ce mercredi 12 mars, la famille Aoucheva, Madame et Monsieur et leurs 5 enfants ont été expulsés dans leur quartier sans bruit afin d'expulser dans le silence. Nous appelons les hommes de coeur et les femmes de coeur et de raison quelque soient nos opinions à ne pas laisser faire à nous rassembler ce jour à 12 h au kiosque de Gray et à 17 h devant la préfecture de Haute Saône à Vesoul." Collectif Raba, P Muzard.
----

Mercredi 19 mars, 8h34

ALERTE!

La famille AOUCHEVA vient d'être arrêtée ce matin.
Lejla Aoucheva (née en 1973, arrivée en France fin 2007), son mari M. Ayub Aouchev (né en 1972, arrivé en France en Avril 2007) et leurs 5 enfants (entre 12 et 3 ans) sont arrivés de Tchétchénie via la Pologne. Mme Aouchéva n'est pas en grande forme suite à une opération le 17 janvier dernier. Elle ne devrait normalement pas être transportée comme l'atteste un certificat médical. M. Aouchev est également en situation de grand stress (ils avaient tous deux été à l'hôpital de Besançon il y a quelques jours...). M. Aouchev souffre par ailleurs notamment aux mains et aux doigts ce qui a fait injustement porter des soupçons qui le mettait en cause comme s'il avait voulu dénaturer ses empreintes digitales (jusqu'où ira-t-on en France dans la suspicion?).

Mme Laëla Aoucheva a fui la Tchétchénie car, en 2004, son véhicule a été écrasé par un char Russe, le conducteur a été tué, et elle blessée légèrement près de l'oeil, aux cotes et à la jambe. M. Ayub Aouchev a dû fuir lorsqu'il a été rattrapé dans la forêt. Il a subi des coups sur le crane.

Protester auprès du préfet de Haute-Saône!!!!

INTERVENONS , INTERVENEZ !
Téléphonez à la Préfecture de
Haute-Saône : 03 84 77 70 00
Fax : 03 84 76 49 60
Mail : prefecture@haute-saone.pref.gouv.fr
http://www.haute-saone.pref.gouv.fr/


Contacts RESF:
Patrice Salzenstein (RESF Besançon - parle russe) 06 16 63 54 32
Patrice Muzard (RESF Gray) 06 84 17 87 78
RESF 76: 06.68.63.20.05
Avocate: Me Brigitte Bertin (Besançon) / Me Falachot du cabinet Eden (Rouen)

mercredi 28 avril 2010.

Faire connaître cet article
FAIRE UNE RECHERCHE sur les mots-clefs associés à cet article :
cliquer sur le mot-clef pour retrouver les articles ayant le même mot-clef
À L'AGENDA de RESF - Collectifs locaux / 70-Haute Saône / Famille AOUCHEVA
Derniers articles parus :
FIL RSS   liste actusWWW
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0